Quatre espions anglais en Russie

Publié le par Adriana Evangelizt

 Le mystère de la «pierre électronique»


Le FSB, les services spéciaux russes, a affirmé lundi matin avoir confondu quatre «espions» britanniques bénéficiant du statut diplomatique; ils auraient versé d'importantes sommes d'argent à certaines ONG russes. L'information a été lancée dimanche soir, avec un grand luxe de détails, de noms, de vidéos tournées clandestinement et de documents, par la chaîne de télévision publique «Rossia». Mais, curieusement, malgré son côté savoureux faisant penser aux romans de John Le Carré, elle n'a pas été reprise dans les bulletins d'information de «Rossia» et des autres chaînes de télévision. «L'enquête se poursuit», a déclaré un porte-parole du FSB (ex-KGB), précisant que quatre «diplomates» du Royaume-Uni étaient «soupçonnés d'avoir fait de l'espionnage», recourant notamment à un appareil de transmission de données sophistiqué, caché dans une pierre laissée dans un parc, une sorte de boîte aux lettres électronique. Le service de presse du FSB a confirmé la teneur de l'émission «Correspondant spécial» du journaliste Arkadi Mamontov par laquelle le scandale a éclaté, précisant lui avoir fourni toutes ses informations.

Citoyen russe arrêté

«Rossia» a cité au moins quatre noms de membres de l'ambassade britannique, dont celui de Marc Doe, deuxième secrétaire, qui aurait emporté la «pierre» remplie d'électronique, celle-ci ayant des problèmes de fonctionnement (photos). «Rossia» a également montré des images filmées par le FSB montrant un homme identifié comme un secrétaire-archiviste de l'ambassade britannique, Chris Peart, passant à proximité de la «pierre» électronique. L'appareil était capable de recevoir et transmettre des informations vers un ordinateur de poche à une distance de 20 mètres, a indiqué le FSB. «Au cours de l'enquête, nous avons réussi à identifier un citoyen russe qui cherchait à entrer en contact avec les services britanniques précisément selon cette procédure. Il a été arrêté et a ensuite reconnu ses activités d'espionnage», selon un fonctionnaire du FSB. Alerté sur l'existence de tels appareils, le FSB en aurait découvert un autre exemplaire à Moscou, qu'il a saisi, a indiqué son porte-parole.

Selon «Rossia», M. Doe aurait remis, le 27 octobre 2004, 23000 livres sterling au Groupe Helsinki de Moscou ou, le 18 janvier 2006, 5719 livres au Fonds Eurasie pour le développement de journaux à faible tirage. Une nouvelle loi controversée a récemment renforcé le contrôle des autorités sur les activités et le financement des ONG russes. La présidente du groupe Helsinki de Moscou, Lioudmila Alexeeva, une ancienne dissidente très respectée - dont l'organisation a été citée comme ayant reçu des fonds -, a placé l'affaire «dans le cadre de la campagne de calomnies» contre les défenseurs des droits de l'homme.

Interrogé sur le sort des quatre diplomates britanniques accusés d'espionnage, M. Ignattchenko a déclaré que la question serait tranchée «au niveau politique». En règle générale, les diplomates accusés d'activités «incompatibles avec leur statut» sont déclarés persona non grata. «Nous ne faisons jamais de commentaires sur des questions de sécurité», a déclaré de son côté le Premier ministre britannique Tony Blair lors de sa conférence de presse mensuelle.

Sources : LA LIBRE BE

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article