Ashley Alexandra Dupre, la call-girl de Spitzer, répond à ses mails Facebook

Publié le

 

Et voilà l'objet du délit en vedette, elle est même venue à Saint-Tropez en 2007...

 

Ashley Alexandra Dupre, la call-girl de Spitzer, 

répond à ses mails Facebook

 

Ashley Alexandra Dupre, la call-girl impliquée dans le scandale Spitzer.

C’est le syndrome «Jérôme Kerviel». Depuis que son nom a été révélé mercredi par le New York Times, Ashley Alexandra Dupre, la call-girl au centre du scandale Spitzer est la cible des internautes qui essayent de trouver la moindre trace de sa vie sur le Web.

Première découverte:
sa page MySpace, où l’on peut voir plusieurs photos de la jeune fille, dont une à Saint-Tropez en 2007 (y aurait-il un Spitzer français?). Mais la surprise est que la call-girl est avant tout une chanteuse de mauvais R’n’B qui revendique dans ses «friends» Madonna, Mary J Blige… et Céline Dion. Les fans peuvent même acheter sa musique sur le site amiestreet.com. «Je suis toute entière pour ma musique et la musique est tout pour moi», déclare t-elle pour se présenter, oubliant de mentionner ses activités avec Eliot Spitzer.

«Ashley Alexandra Dupre était dans ma classe!»

Comme Jérôme Kerviel au temps de sa splendeur, Ashley Alexandra Dupre est devenue une véritable star de Facebook. Déjà
10 groupes ont été créés en son honneur, du classique «Ashley Alexandra Dupre is the next American Idol» au prospectif «Ashley Alexandra Dupre was in my class!» La call-girl a aussi son propre profil Facebook. Et elle répond aux internautes qui la sollicitent, comme ce blogueur ravi de discuter avec la star médiatique de la semaine.

Les réseaux sociaux font une nouvelle fois la démonstration de leur formidable capacité à dévoiler l’intimité des personnes qui atterrissent au cœur de l’actualité. Grâce à Facebook et MySpace, il est déjà possible de visionner
un beau diaporama des photos d’Ashley Alexandra Dupre. Ou d'admirer cette petite séquence récapitulative (photo+chansons)…




Si vous voulez laisser un petit message à Ashley, seule solution, passer par
son blog MySpace qui est commentable sans avoir besoin d'être son ami. Déjà près de 1000 commentaires de soutien, d'insultes ou de moqueries.

Même CNN n'a rien d'autre à montrer sur la jeune fille que sa page MySpace (
regardez leur reportage). Un conseil: si vous envisagez de devenir une star sulfureuse dans les mois qui viennent, fermez par prévention vos blogs et tous vos profils sociaux.

Sources 20 MN

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans USA-ISRAËL

Commenter cet article