Irak: plus de 100 morts en trois jours, Sadr prône une solution pacifique

Publié le

Ce Maliki, c'est vraiment le dernier des vendus et le dernier des pourris. Un collabo de première. Il a dû passer un deal avec Cheney non seulement pour brader le pétrole mais aussi pour balancer Sadr. Et là, ils sont en train de massacrer ses hommes mais aussi des civils soyons en certains...



  Irak: le Premier ministre veut continuer l'offensive, Sadr prône un "règlement pacifique"

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki s'est engagé jeudi à poursuivre l'offensive contre des miliciens chiites du leader radical Moqtada Sadr, qui a de son côté appelé au "règlement pacifique" d'une confrontation ayant fait plus de 100 morts depuis mardi.

Dans ce contexte, Bagdad a été placé sous couvre-feu total de ce jeudi soir 23H00 (20H00 GMT) à dimanche 05H00 (02H00 GMT).

"Nous sommes venus à Bassorah à l'invitation des civils pour remplir notre devoir national et les protéger des bandes qui les ont terrorisés", a déclaré le Premier ministre Maliki, dans un communiqué de son bureau.

"Nous n'allons pas renoncer à notre engagement" et "estimons que négocier avec des hors-la-loi est contraire à la constitution", a-t-il dit. "Leur seule option est de déposer les armes".

Quelques heures plus tard, le chef radical chiite Moqtada Sadr a "appelé à une solution pacifique et politique de la crise pour éviter que le sang soit versé", selon un communiqué publié par son bureau dans la ville sainte chiite de Najaf.

Cet appel intervient après trois jours d'affrontements meurtriers entre sa milice l'Armée du Mahdi, et les forces régulières irakiennes ainsi que les troupes américaines, à Bagdad, Bassorah (sud), et d'autres villes du sud.

Après avoir débuté à Bassorah, les combats ont gagné la ville chiite de Kout, plus au nord, où ils ont fait au moins 44 morts.

Ces nouvelles victimes portent à 105 le bilan provisoire des tués dans les violences depuis mardi, selon un décompte de l'AFP. Les affrontements ont également fait des centaines de blessés.

Le couvre-feu total imposé dans la capitale irakienne interdit la circulation des véhicules et des piétons de jeudi soir à dimanche matin, a annoncé le commandement militaire irakien.

Bagdad a déjà été par le passé placé sous couvre-feu total, ainsi en juin 2007 à la suite de l'attentat contre le mausolée chiite de Samarra.

Le Premier ministre irakien avait lancé mercredi un ultimatum de 72 heures aux miliciens pour qu'ils déposent les armes. Moqtada Sadr avait lui réclamé des négociations et appelé ses partisans à une campagne de protestation nationale contre les "attaques" visant son mouvement.

M. Maliki, un chiite, supervise lui-même l'opération militaire contre les miliciens chiites à Bassorah, le grand port pétrolier à 550 km au sud de Bagdad.

Jeudi, des explosions d'obus de mortiers et de roquettes y ont été entendues au milieu de tirs d'armes automatiques.

Un oléoduc voisin a été visé par un sabotage qui a affecté les exportations de pétrole du pays, selon Samir Al-Maksoussi, porte-parole de la South Oil Company qui exploite les champs dans cette région.

Cette annonce a fait grimper le prix du pétrole à près de 107 dollars le baril à New York.

Le président George W. Bush a affirmé que l'armée irakienne allait mettre "un certain temps" à vaincre les miliciens chiites mais finirait par l'emporter.

L'Armée du Mahdi est un fervent opposant à la présence américaine.

Des émissaires du gouvernement irakien et de Moqtada Sadr ont toutefois pris contact jeudi pour tenter d'apaiser les violences, selon Liqa al-Yassin, député du bloc sadriste au Parlement.

A Bagdad, des partisans de Moqtada Sadr ont manifesté sans incident dans les bastions du mouvement, à Sadr City (nord-est) et Kadhimiyah (nord).

Sadr City, qui abrite plus de deux millions d'habitants, a été totalement isolé par des barrages des forces de sécurité irakiennes et par des troupes américaines.

"Maliki, tu es un traître! Maliki est un agent américain!", a scandé la foule.

Jeudi, un soldat américain a été tué par l'explosion d'un engin piégé dans l'est de Bagdad, portant à 4.004 le nombre des soldats américains tués depuis le début de l'intervention américaine en Irak, le 20 mars 2003, selon un décompte de l'AFP à partir des chiffres d'un site internet indépendant icasualties.

Sources 24 h

 
http://www.24heures.ch/pages/home/24_heures/info_express/monde/monde_detail/(contenu)/210033

Posté par Adriana Evangelizt




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article