LE JOUR OU LE PAPE EST VENU A WASHINGTON…

Publié le



LE JOUR OU LE PAPE EST VENU A WASHINGTON...


par Tim Carr - IES News Service - 


La  venue du Pape Benoit XVI aux Etats-unis a donné lieu à de grandes manifestations médiatiques, le thème général de la visite ayant été décrit comme “une défense des valeurs de la vie et de l’humanité”. Le président George W. Bush s’est déclaré “en accord avec sa Sainteté” dans la lutte pour la défense des valeurs familiales et le respect de la vie.

Bien sûr, le président et le pape ont eu d’autant moins de mal à ne pas être en accord que “sa Sainteté” a évité d’aborder les choses qui fachent, comme la légalistation de la torture, Abou Ghraib, l’invasion de l’Irak…Respect de la vie“, mais pas en Irak, ni en Afghanistan, ni à Gaza… il est plus urgent d’empécher des garçons d’embrasser d’autres garçons que de mettre fin à une guerre qui a tué plus d’un million de personnes…

Le même jour où le chef des catholiques a rencontré le président U.S., le juge de la Cour Suprème Chief Justice John G. Roberts a pondu une note juridique rejetant la plainte d’un groupe de militants contre la peine de mort.

"Ce n’est pas parceque une méthode d’éxecution capitale peut générer de la douleur, soit par accident soit par la conséquence inescapable de la mort, que cette situation crée pour autant “un risque avéré de souffrance” qui constituerait un “chatiment cruel et inhabituel” tel que l’interdit la loi en matière d’exécutions capitales.”

Que est le rapport entre Roberts et Benoit XVI ? John Roberts est un catholique militant, membre d’un groupe conservateur qui défend “le respect de la vie” et les “valeurs familiales”

John Roberts n’est pas une exception, 5 des 9 juges de la Cour Suprème sont également catholiques et militent dans des organisations proches de leur église pour défendre “les valeurs humaines” si chères à Benoit XVI. C’est probablement pour défendre ces valeurs humaines que la totalité d’entre eux (et 2 de leurs collègues) ont voté que les Etats pratiquant la peine de mort pouvaient continuer à utiliser un mélange de trois poisons pour exécuter leurs condamnés.

Les critiques de ce mode d’exécution soulignent le fort taux d’échec de ce cocktail : “si la première composante du cocktail ne fonctionne pas, la deuxième composante provoque une paralysie consciente terrifiante tandis que la troisième composante provoque un sentiment de brûlure insupportable dans les veines. Le condamné va souffrir horriblement et longuement, parfois pendant 6 à 8 minutes not work, tmais il est incapable de crier ou de bouger. Son agonie est horrible.”

Le jour où le pape est venu à Washington, il aurait pu mentionner au président Bush que - le jour même - la Cour Suprème devait se prononcer sur le moratoire qui avait été imposé aux Etats concernant la peine de mort. Malgré le fait que l’église catholique est opposée à la peine de mort, les 5 juges catholiques de la Cour Suprème ont voté pour que le moratoire soit levé et que les Etats puissent recommencer à exécuter les criminels par injection.

Tout ceci s’est passé le jour même où le pape est venu à Washington… pour parler des “valeurs humaines” et tonner contre “la pornographie”.

Pornographie indeed…

Sources
Libertés et Internet

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans GUERRE DE RELIGION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article