Des navires américains camoufleraient des prisons flottantes

Publié le

Quand on dit que ce qui est au sommet du monde est pire qu'Hitler on est peut-être encore loin de la vérité, ils sont certainement plus infâmes que lui. Le génocide perpétré envers les Musulmans est bien une réalité et tous les moyens sont bons pour camoufler les crimes perpétrés par ces assassins patentés. Il va falloir que l'Humanité se libère de ces sanguinaires, adeptes de Moloch, à qui il faut chaque jour son lot de victimes. Nous sommes gouvernés par de la peste. Peste noire. Le brun n'était pas assez foncé pour eux.



Des navires américains camoufleraient des prisons flottantes


par Yves Schaëffner



Outre des soldats et des armes, certains navires américains dissimuleraient des prisonniers dans leurs cales, selon l'ONG britannique Reprieve. D'après les recherches de l'ONG, jusqu'à 17 navires de guerre auraient servi de centres de détention secrets depuis 2001.

Des présumés terroristes saisis aussi bien en Afghanistan qu'en Somalie ou en Éthiopie auraient été interrogés, voire torturés, à bord de ses «Guantanamo flottants» avant d'être transférés dans d'autres lieux de détention, généralement inconnus.

La plupart de ces bateaux croiseraient généralement à proximité de l'île de Diego Garcia, dans l'océan Indien. Ce territoire britannique - dont la population a été expulsée par la force à la fin des années 60 - accueille une importante base militaire américaine.

Combien de personnes ont pu transiter par ces prisons flottantes? «On ne le sait pas au juste, a expliqué à La Presse un porte-parole de Reprieve. C'est pourquoi nous avons demandé aux Américains de s'expliquer.» L'ONG souhaite que le gouvernement américain fournisse les noms des individus qui ont transité par ses navires et les lieux où ils sont actuellement détenus.

Selon l'ONG, les États-Unis continuent également leur programme de captures et de détentions secrètes et ce, même si le président Bush avait annoncé l'abandon de cette pratique en 2006. «C'est une estimation, mais on pense qu'environ 200 personnes auraient été capturées secrètement», précise le porte-parole du groupe de défense des droits de l'homme.

La marine américaine nie

Reprieve qui se base notamment sur des déclarations de militaires et de responsables américains a également publié hier un témoignage d'un ex-détenu de Guantánamo. Ce dernier aurait côtoyé un prisonnier ayant transité par le USS Bataan, un navire militaire de plus de 250 mètres de long.

«Il y avait environ 50 autres «prisonniers» sur le bateau. Ils étaient tous enfermés au fond du navire. Le prisonnier m'a dit que c'était comme ce que l'on voit à la télévision. Les gens détenus sur le bateau étaient battus encore plus sévèrement que ceux de Guantánamo», a-t-il confié aux chercheurs de Reprieve.

Questionné par le quotidien The Guardian, un porte-parole de la marine américaine a nié que des navires de son pays soient utilisés comme prisons. «Néanmoins, il est de notoriété publique que quelques individus ont passé quelques jours sur des navires dans les jours qui ont suivi leur capture», a-t-il précisé.

Ces affirmations sont toutefois loin de convaincre les anciens habitants de Diego Garcia. Hengride Permal est certaine que les États-Unis utilisent son île et ses eaux territoriales pour interroger des prisonniers à l'abri des regards. «C'est au milieu de nulle part, c'est parfait pour eux», note-t-elle.

Sources Cyberpresse

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans TORTURE DES DETENUS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article