Un Afro-américain exécuté en Géorgie après 17 ans dans le couloir de la mort

Publié le




Un Afro-américain exécuté en Géorgie après 17 ans dans le couloir de la mort


par Audrey Brière


Mercredi 4 juin, Curtis Osborne, Afro-américain de 37 ans, condamné à mort pour un double meurtre en 1990, a été exécuté en Géorgie. Les avocats de Curtis Osborne ont assuré que leur client avait été la proie d'un avocat particulièrement teigneux et raciste en première instance. En effet, l’avocat qui a défendu Curtis Osborne en appel au niveau fédéral a affirmé que son avocat de première instance, Johnny Molister, n’avait pas effectué les recherches appropriées sur lui en appelant des experts à la barre parce que cet homme blanc éprouvait une animosité raciale envers son client afro-américain. Il s’est procuré une déclaration sous serment d’un homme blanc, Gerald Huey, qui avait séjourné en prison avec Curtis Osborne avant son procès et partagé le même avocat que lui, Johnny Mostiler, en première instance. Le contenu de ce document était le suivant : « La première fois que je me souviens avoir entendu maître Mostiler parler du dossier de Curtis Osborne, il a déclaré : “Ce petit nègre mérite la peine de mort.” J’étais choqué, car je savais que monsieur Osborne n’avait pas encore été jugé […]. Ce n’est pas la seule fois où maître Mostiler a fait ce genre de déclaration, cependant. Je me rappelle qu’il m’a dit que je ne le croirais pas s'il m’indiquait la somme d’argent qu’il dépenserait pour me défendre. Il a affirmé qu’il allait engager un détective privé et trouver des experts pour témoigner. Il a ajouté que la somme qu’il dépenserait pour moi serait largement supérieure à celle qu’il consacrerait à monsieur Osborne car “ce petit nègre mérit[ait] la chaise [électrique]”. Maître Mostiler m’a fait des commentaires similaires avant et après le procès de monsieur Osborne ».

En outre, Molister n'a jamais mentionné le fait qu'Osborne pouvait plaider coupable et être condamné à la prison à vie – système du plea bargain. « Le système ne marche plus qu'il est corrompu par du racisme », a déclaré Bill Hoffmann, un des avocats du défunt. « Il est fondamental que les individus bénéficient d'une représentation sincère et efficace. Que M. Osborne se soit vu privé de cela sur une base raciale est particulièrement infâme ». Mostiler est mort d'une crise cardiaque en 2000.

Pour les opposants à la peine capitale, le cas Osborne est la preuve de l'injustice et de la cruauté du système. Pendant 35 longues minutes, les exécuteurs ont lutté pour trouver une veine dans le bras d'Osborne dans laquelle injecter le cocktail fatal qui compose l'injection létale. Il n'a été déclaré mort que 14 minutes après l'injection.

Pour les partisans des droits des familles cependant, Curtis Osborne n'a eu que ce qu'il méritait. Il avait été condamné pour le meurtre d'Arthur Jones et de Linda Lisa Seaborne 18 ans auparavant. Il avait abattu Jones pour une histoire d'argent, et tué Seaborne uniquement parce qu'elle se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, avait argumenté Mostiler.

Mercredi, Curtis Osborne est mort en silence. Il a refusé de dire un dernier mot, mais a accepté de dire une prière avec l'aumônier de la prison.

Sources
Grioo com

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans PEINE DE MORT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article