Young@Heart : ne pas partir passivement…

Publié le par JC

Un article intéressant montrant comment sont traités les personnes âgées aux USA...



Young@Heart : ne pas partir passivement...


Par Joanne Laurier



Film documentaire réalisé par Stephen Walker

Une étude sur vingt ans, publiée en 2002, reconnaissait que les médias et l'industrie publicitaire jouaient un rôle majeur dans la diffusion des préjugés contre les personnes âgées. Elle avait établi que ces secteurs d'activité sont les sources les plus insidieuses et les plus systématiquement identifiables d'images négatives sur les personnes âgées – images qui engendrent une représentation des personnes âgées comme improductives, percluses de maladies et atteintes dans leurs capacités mentales.

Cela est lié à une dure réalité aux États-Unis : les anciens sont souvent entreposés dans des établissements largement inadaptés où, dans de bien trop nombreux cas, on les laisse végéter, physiquement ou intellectuellement, ou pire encore. Le suicide est plus répandu parmi les personnes âgées que dans n'importe quelle autre tranche d'âge, et il n'y a aucune raison de croire que c'est inévitable chez les gens qui sont physiologiquement plus proches de la fin de leur vie.

À l'occasion d'une audience du sénat des États-Unis sur cette étude de 2002, l'actrice Doris Roberts, titulaire d'un Emmy et connue pour son rôle vedette dans la série « Everyone Loves Raymond » [Tout le monde aime Raymond], a déclaré au comité que « mes pairs et moi sommes décrits comme dépendants, inutiles, improductifs et exigeants plutôt que méritants. Ce n'est pas seulement une triste situation… C'est un crime. »

Un récent documentaire sur une chorale de personnes âgées de la Nouvelle-Angleterre constitue un antidote efficace contre ces préjugés. Young@Heart (Young at Heart, Jeune d’esprit), réalisé par Stephen Walker, réalisateur anglais de documentaires, suit la préparation intensive sur sept semaines d'une tournée appelée « Alive and Well » [Bien vivants] des 24 membres de la chorale de Northampton dans le Massachusetts, dont l'âge moyen est de 80 ans.

La chorale initiale a été fondée il y a 25 ans, dans une clinique de Northampton par l'actuel chef de chœur du groupe, Bob Cilman (53 ans), qui d'une main ferme mais compatissante cherche à révéler par la musique les qualités porteuses d’un message de vie des choristes – avec des résultats remarquables.

Sur le site de Young@Heart, Cilman écrit que les artistes actuels ont entre 72 et 88 ans. « Certains avaient déjà une expérience professionnelle dans le théâtre ou la musique, d'autres avaient beaucoup joué en tant qu'amateurs, et certains n'avaient jamais mis les pieds sur une scène avant leurs 80 ans. Aucun des chanteurs actuels de Y@H ne faisait partie du premier groupe qui s'est constitué en 1982, mais ils ont gardé en vie l'esprit des premiers pionniers et continuent à pousser le groupe dans de nouvelles directions formidables. »

Formidables en effet, et une sorte de révolution dans la musique populaire, puisque les anciens chantent des interprétations des Talking Heads, des Clash et de Coldplay. Pour les membres du groupe, ce genre de musique se prête à « taper du pied, taper des mains – beaucoup d'énergie, » même s'il faut lire les textes avec d'énormes loupes et les apprendre avec des mémoires déficientes. L'un des membres, Lenny, chanteur, joueur d'harmonica et cycliste enthousiaste, est réputé pour ses trous de mémoire parfois pendant Purple Haze de Jimi Hendrix.

Malgré les difficultés de l'âge, Young@Heart a fait une tournée dans le monde entier. Fred, qui a dû quitter la chorale à cause d'un arrêt cardiaque, revient pour un solo dans le morceau de Coldplay, Fix you. Respirant à l'aide d'une machine à oxygène, Fred s'amuse de ce que « nous sommes allés de continent en continent et je suis devenu incontinent. » Il y a une véritable objectivité dans la manière dont ceux qui sont présentés dans le documentaire envisagent l'approche de la fin de leurs vies. Ils savent qu'ils ont apporté quelque chose. Leur héritage est d'enrichir humainement le public.

Pour le partenaire de Fred dans un duo, Bob – très fragilisé depuis une attaque de méningite à la colonne vertébrale – chanter avec Young@Heart a été vital. Sa femme veille à ce que l'affiche de la tournée soit placée en évidence dans sa chambre pendant son séjour à l'hôpital.

Tous les membres s’accordent à dire que le travail dans la chorale les aide à oublier « les os qui grincent. » La nonagénaire Eileen, une survivante du Blitz allemand sur Londres, parle de l'importance de faire marcher son cerveau : « C'est vrai, si vous ne vous en servez pas, vous le perdez. »

Le public est électrisé quand elle monte sur scène et entonne les paroles du morceau des Clash : « …I'll be here 'til the end of time / So you got to let me know / Should I stay or should I go ? » ( “Je serai ici jusqu’à la fin des temps/ Donc il faut me dire/ Devrais-je rester ou partir?”) Ce morceau constitue un défi survolté à l'idée de « partir passivement » [référence au poème de Dylan Thomas Do not go gentle into that good night, (Ne pas partir passivement dans cette bonne nuit)] et l'effet en est troublant.

Schizophrenia de Sonic Youth et Yes We Can Can d'Allen Toussaint avec ses 71 « can » [verbe pouvoir] prennent une tournure nouvelle quand elles sont chantées par des gens qui ont une vaste expérience collective. La musique jaillit comme d'un puit, et non d'une flaque. Tout ce qui est perdu par le vieillissement des voix est compensé par la profondeur de la compréhension (Ce sont des chants de vilains petits canards mais pas des chants du cygne, dit le guilleret Fred.)

Ils ne se reposent pas sur leurs lauriers. Il n'y a pas de blanc, ou de moment de flottement. Le chant de Young@Heart est léger mais sérieux. Même les spectateurs les plus jeunes sont impressionnés par la flamboyance libératrice de la chorale.

Durant une répétition, Cilman demande si quelqu'un a déjà reçu les derniers sacrements, une main se lève. Cilman demande : « Tu as vu la lumière blanche ? », la réponse est « Non, J'ai refusé de la regarder. »

Des vidéos musicales excentriques sont disséminées tout au long de Young@Heart, elles sont faites par la productrice du film, Sally George. I Wanna Be Sedated (Je veux qu’on m’endorme) des Ramones est chanté sur un ton ironique comme un message sur le refus de n'avoir « rien à faire et nulle par où aller-é-é. » Golden Years (Les années d’or) de David Bowie est une création soignée qui est peut-être l'emblème du groupe et Staying Alive (Rester vivant) des Bee Gees est tourné dans le décor surréaliste d'une piste de bowling.

Dans une interview filmée, Cilman explique sa dévotion pour les personnes âgées :    « C'est une question de sens de l'urgence. Vouloir ne rien manquer. Ce qui est formidable avec cette chorale c'est qu'ils ne cachent pas leur âge. Ca parle du vieillissement et je pense que c'est vraiment ce qui touche les gens. Les gens apprécient vraiment le fait que l'on ne cache pas notre âge. Pour les personnes âgées, c'est comme un ‘c’est vraiment super !’ à propos de ce que les gens peuvent faire. Pour les plus jeunes, c'est l'effet ‘Hé, ils jouent notre musique !’ et ils ne la jouent pas d'une manière banale. »

Une critique d’un des concerts, parue dans l'Associated Press en 2007, confirme ces sentiments : « Quand le public quitte la salle à la fin du concert de Young@Heart à [l’université de] Dartmouth, c'est une foule ébahie, complètement époustouflée. Peu d’entre eux savaient à quoi s'attendre, et ceux qui croyaient le savoir sont sidérés. »

Dans le film, quand le groupe chante Forever Young (Jeune pour toujours) de Bob Dylan à la prison du comté d'Hampshire, il est évident que ces personnes âgées vivent pour leurs représentations. La connexion entre les chanteurs et les détenus fournit l'occasion d'une rencontre émouvante, démontrant à nouveau que « la musique a des charmes pour apaiser les cœurs meurtris, pour adoucir les pierres, ou assouplir un chêne noueux. »

Ou, selon les mots d'un détenu : « le meilleur concert que j'aie jamais vu de ma vie ! »

Cilman parle de cette expérience dans un entretien accordé à Pop Syndicate : « J'ai toujours eu envie de faire un concert en prison parce que je pense à tous ces types qui y sont, ils peuvent y être pour longtemps ! Quinze ou vingt ans. Ils rentrent jeunes et ils en sortent vieux et ils ont raté la plus grande part de leur vie et ils pensent sûrement qu'il n'y a plus rien à faire – J'ai détruit, gâché ma vie, ils n'ont rien à espérer et là ils voient ces gens qui sont vraiment vieux, parce que ce qui est formidable avec Young@Heart c'est qu'ils sont très vieux – ils n'ont plus rien de jeune, et je pense que ça leur donne le courage de croire qu'il y a encore quelque chose à espérer. Je n'imagine pas une autre population que la population carcérale vers qui il faut absolument se tourner pour faire passer ce message. C’est pour ça que j'étais toujours à la recherche d'une occasion de le faire et, mon vieux, ça a complètement dépassé mes espérances. Ca a été le concert le plus formidable du groupe. »

Bien que Young@Heart soit une oeuvre artistiquement simple, sa réussite tient à la démonstration de ce que perd une société qui maltraite et abandonne une telle source d'authentique richesse.

Sources WSWS

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LA MISERE AUX USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article