L'Iran menace de "mettre le feu" à Tel-Aviv et à la flotte US en cas d'attaque

Publié le par JC




L'Iran menace de "mettre le feu" à Tel-Aviv et à la flotte US en cas d'attaque


L'Iran a menacé mardi de "mettre le feu" à Tel-Aviv et à la flotte militaire américaine dans le Golfe en cas d'attaque contre ses installations nucléaires, quelques jours après le rappel par Washington que l'option militaire reste sur la table.

"Le régime sioniste fait actuellement pression sur les dirigeants de la Maison Blanche pour préparer une attaque contre l'Iran. S'ils commettent une telle stupidité, la première réponse de l'Iran sera de mettre le feu à Tel-Aviv et à la flotte américaine dans le Golfe Persique", a averti l'hodjatolislam Ali Shirazi, représentant du guide suprême Ali Khamenei au sein des forces navales des Gardiens de la révolution, cité par l'agence Fars.

Les Etats-Unis, comme Israël, n'ont pas exclu récemment un recours à la force contre l'Iran pour stopper son programme nucléaire, dont les Occidentaux craignent qu'il ne cache un volet militaire sous couvert de production d'électricité.

La déclaration du responsable iranien intervient alors que les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime islamique, effectuent des manoeuvres navales dans le Golfe pour améliorer leurs "capacités de combat des unités balistiques et navales", selon les médias.

Les Gardiens de la révolution islamique, une armée parallèle créée au lendemain de la victoire de la révolution de 1979, ont leurs propres forces terrestres, navales et aériennes.

Armée idéologique du régime, ils disposent de nombreux missiles, notamment les Shahab-3 capables d'atteindre le territoire israélien et les bases militaires américaines dans la région.

Samedi, le chef des Gardiens, le général Mohammad Ali Jafari, avait déjà menacé "les ennemis" de l'Iran de "frappes fatales" dans le Golfe, en affirmant que "les tactiques (...) de guerre éclair des bateaux des Gardiens ne laisseront aucune chance de s'enfuir aux ennemis".

Le même jour, le chef d'état-major de l'armée iranienne avait également averti que Téhéran pourrait fermer le détroit stratégique d'Ormuz, par où transite environ 40% du pétrole mondial, si les intérêts de l'Iran étaient en jeu.

Par ailleurs, un responsable iranien a déclaré mardi que l'Occident "perd son temps" en demandant la suspension de l'enrichissement d'uranium.

"La question de la suspension de l'enrichissement d'uranium appartient à l'Histoire et l'Occident, en insistant sur cette demande illégale et illogique, ne fait que perdre son temps", a déclaré l'ambassadeur iranien à Londres, Rassoul Movahedian, dans une déclaration à l'agence officielle Irna.

L'Iran a remis vendredi à Javier Solana, chef de la diplomatie de l'Union européenne, une réponse --qui n'a pas été rendue publique-- à un ensemble de propositions destinées à l'inciter à suspendre ses activités nucléaires les plus sensibles.

Ces propositions ont reçu l'aval du groupe des six puissances engagées dans la recherche d'un accord avec l'Iran (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne).

M. Solana a qualifié lundi de "difficile" et "compliquée" la réponse de Téhéran à cette nouvelle offre, alors que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad réaffirmait sa volonté de ne rien céder sur ses "droits" en matière nucléaire.

Mardi, Nicolas Sarkozy a annonce que le haut représentant diplomatique de l'Union européenne Javier Solana se rendrait en Iran pour chercher à évaluer l'évolution des positions de Téhéran sur son programme nucléaire.

"Il y a une initiative du Groupe des Six qui sera d'envoyer M. Solana (en Iran) pour discuter et voir de façon approfondie quelle est la différence entre l'actuelle proposition des Iraniens et celle que nous avions déjà sur la table", a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse en marge du sommet du G8 à Toyako (Japon).

"Quand on aura les résultats, chaque pays par les canaux qui sont les siens, essaiera d'en savoir un peu plus sur les intentions du régime iranien", a-t-il ajouté.

 Sources AFP


Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans IRAN ISRAEL

Commenter cet article