L'armée irakienne lance une vaste opération dans un bastion d'Al-Qaida

Publié le par JC

La chasse à la fantomatique Al Qaïda continue et l'Iran chiite est pointé du doigt dit le commandement américain. Est-ce que les chiites tueraient les chiites ? Vu l'attentat qu'il y a eu contre eux hier, il est permis de se poser la question. Manipulation et mensonges pour trouver un autre prétexte au bombardement de l'Iran.




L'armée irakienne lance une vaste opération dans un bastion d'Al-Qaida



L'armée irakienne, soutenue par l'armée américaine, a annoncé avoir lancé mardi une vaste opération contre Al-Qaida et d'autres insurgés dans la province de Diyala, la plus dangereuse du pays, qui concentre tous les problèmes de l'Irak.

Cette opération intervient au lendemain d'une journée d'attentats sanglants qui ont fait au moins 56 morts et plus de 200 blessés en Irak et permet au gouvernement de réaffirmer sa volonté de lutter contre le terrorisme.

"L'opération a commencé dans la province de Diyala de bonne heure mardi matin et nous avons lancé des raids dans plusieurs quartiers de Baqouba", sa capitale, a indiqué à l'AFP le général Ragib al-Omeiri, directeur du bureau des opérations dans la ville située au nord-est de Bagdad.

"La police irakienne et l'armée irakienne travaillent de concert avec l'armée américaine", a-t-il ajouté.

"Les opérations visent les membres d'Al-Qaïda et les hors-la-loi. Le nom de l'opération est +Heureux présage+", a déclaré à l'AFP Mohammed al-Askari, porte-parole du ministère de la Défense.

 "C'est une opération dirigée, planifiée et exécutée par les forces irakiennes. Les forces de la coalition multinationale apporteront conseils, assistance et support sur demande des Irakiens", selon un communiqué de la Force multinationale en Irak.

"Le but de l'opération est de découvrir et détruire les éléments criminels et les menaces terroristes dans Diyala", ajoute le communiqué.

Un couvre-feu a été instauré à Baqouba, sillonnée par l'armée irakienne et l'armée américaine, où treize personnes recherchées ont été arrêtées, selon le général Ali Gedan, commandant de l'opération à Baqouba.

Trente mille hommes des forces de sécurité irakiennes venus des différentes régions du pays ont été mobilisés dans la province, avaient indiqué récemment des sources militaires irakiennes à l'AFP.

Comme son nom l'indique, l'opération "Heureux présage" a une portée symbolique forte, dans une province qui concentre tous les problèmes de l'Irak, avec en prime la proximité de l'Iran dont la frontière touche celle de Diyala.

"Considérez Diyala comme un mini-Irak: il y a des sunnites, des chiites, des Kurdes, des chrétiens. (...) Les autres provinces sont bien moins mélangées. C'est pour cela qu'il est si difficile de rétablir la paix ici. C'est aussi pour cela que les gens étaient si extrémistes", avait expliqué récemment le colonel Ali al-Karkhi, stationné dans la province, à l'AFP.

"Des pays étrangers viennent semer le désordre" à Diyala, déplorait-il, pointant du doigt l'Iran chiite.

L'officier a expliqué que l'Iran entraînait des insurgés, leur donnait asile lorsque la pression des forces de sécurité se faisait trop forte en Irak, et leur fournissait des armes.

Outre la lutte contre Al-Qaïda et autres groupes d'insurgés, le but de l'opération est également "d'éliminer les réseaux de contrebande dans la région", notamment le trafic d'arme, confirme la Force multinationale dans son communiqué.

Le 13 juillet, le ministère irakien de l'Intérieur avait annoncé cette opération sans en préciser la date, disant s'attendre à de "rudes combats".

Considérée comme la plus dangereuse d'Irak, la province de Diyala est régulièrement touchée par des attentats, résultat de la lutte meurtrière entre des affiliés d'Al-Qaïda et les "Sahwa", des comités d'anciens insurgés reconvertis dans la lutte contre le réseau extrémiste et payés par l'armée américaine.

Aidés par la police et l'armée, les "Sahwa" ont infligé récemment de rudes coups à Al-Qaïda (majoritairement sunnite) et aux milices chiites rebelles dans cette province.

Les violences y persistent néanmoins, bien qu'à un degré moindre qu'il y a quelques mois où les combats faisaient rage.

Diyala la rurale, qui était le grenier à grain de l'Irak avant d'être dévastée par les combats, est aujourd'hui régulièrement visée par des attentats perpétrés par des femmes kamikazes, phénomène récent en Irak.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article