L'État hébreu s'inquiète auprès de Washington des fournitures US à l'armée libanaise

Publié le par JC

Nous venons d'apprendre qu'il y a eu un attentat au Liban mais ceci ne nous surprend guère. Le Liban est dans le collimateur des Zionistes. Sur ce blog, nous vous décodons l'information qu'aucun media patenté n'est en mesure ou capable de faire. Ils préfèrent se taire pour leur sécurité. Se taire et donc traiter de fausses informations. Quand on connait la psychologie du Zionisme -que nous différencions du Sionisme- et de ses Zionismen -sis en haut de la pyramide aux USA notamment-, on connait aussi leur tactique et leur façon de procéder.  Les Zionismen donnent les ordres et leurs mercenaires -Armée et services secrets- exécutent. Le Vrai But des Zionismen est de s'emparer de Jérusalem. C'est une chose qu'il ne faut jamais perdre de vue. La conquête de cette ville est capitale pour eux. Or, nous ne vous apprendrons pas que la totalité du monde musulman n'est pas du tout d'accord, bien entendu. Il y a dans le monde Arabe des pays modérés qui sont prêts à se coucher et d'autres qui ne se coucheront jamais. Ces derniers sont donc à mettre au pas, par la destruction si nécessaire. Le Zionisme est, de toute façon, une idéologie -si on peut appeler ça ainsi, le mot doctrine serait plus approprié- destructrice. Ce qu'on ne lui donne pas de gré, il le prend par la force. Ce qui est bien spécifié dans les fameux protocoles qui ne sont en aucun cas l'oeuvre des juifs mais des Zionismen affiliés à certaine loge maçonnique zioniste secrète. Il faut bien faire le distingo. Et nous savons de quoi nous parlons. Les Zionismen poursuivent aussi une stratégie tactique. Ils ont besoin pour Israël de certaines ressources dont l'eau.

Ainsi on peut dire que le plateau du Golan n'a pas été pris par hasard. Comme d'autres cibles qui leur sont essentielles. Mais le plateau du Golan -qu'Olmert était prêt à rendre, c'est pour cette raison qu'il doit gicler- appartient à la Syrie, il est aussi frontalier avec le Liban où le Hezbollah gêne énormément les Zionismen. De part sa proximité avec l'Iran, pays honni car foncièrement antisioniste. Et non antisémite. Il y a des juifs qui vivent là-bas et ils ne sont pas inquiétés. Nous en connaissons.  Ce qui ne plaît pas non plus au Zionismen, c'est le nouveau président, Michel Sleimane, qui est proche de la Syrie et proche du Hezbollah. Inutile de dire qu'ils n'ont pas vu d'un bon oeil son accession à ce poste. Et d'ailleurs si les élections ont tant duré, c'est pour cette raison. Car il y a à l'intérieur du gouvernement libanais des pro-israéliens qui ne cessent de foutre la pagaille car ils sont des taupes zionistes notoires, il n'y a pas d'autres mots. Les incursions aériennes israéliennes n'ont jamais cessé. Ni les incursions terrestres. Les attentats non plus. Les menaces zionistes se sont de plus en plus précisées lorsque Michel Sleimane a promis qu'il allait libérer les territoires occupés. Les zionistes se sont permis de menacer les Libanais par téléphone. Mais qu'est-ce qu'ils ne se permettent pas, surtout dans le pire ? Depuis quelques temps, le mouvement des blindés israéliens s'intensifient au Liban-Sud. On peut même dire que la France est en alerte, et que les appels de Sarkozy aux militaires de la Finul ne sont pas anodins. Ce qui pourrait d'ailleurs mettre aussi la France en danger car Sarkozy a apporté son soutien total à Sleimane. Dans la continuité des échanges, la Résistance libanaise a proclamé qu'elle étaît prête à libérer le territoire si les efforts diplomatiques n'aboutissent pas. Ce à quoi les zionistes ont rétorqué qu'en cas d'agression, Israël ne distinguera pas entre le gouvernement et le Hezbollah. Il nous semble que c'est très explicite, bien qu'à notre avis, ils n'attendront pas une agression pour frapper ou alors ils l'a provoqueront comme ils l'ont déjà fait en 2006 pour trouver un prétexte à bombarder le Liban. En tout cas, un attentat est survenu aujourd'hui alors qu'une partie du gouvernement -Michel Sleimane- allait se rendre en Syrie. Quelle étrange coïncidence.

Il est donc clair pour revenir à nos moutons que les zionistes ne voient pas d'un bon oeil la fourniture d'armes US au Liban. Nous développerons d'autres sujets en suivant...





L'État hébreu s'inquiète auprès de Washington des fournitures US à l'armée


L'article de Khalil FLEYHANE



Les États-Unis ont demandé des explications officielles au Liban après les déclarations d’un haut responsable sur des préparations en cours visant à libérer les fermes de Chebaa par les armes au cas où les négociations diplomatiques avortaient.

« Vous nous avez beaucoup surpris », ont ainsi dit les Américains aux Libanais, lesquels se sont empressés d’éclairer leur lanterne et de les rassurer, en leur répétant qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter. « Nous allons utiliser l’expression “libérer les fermes par les moyens dont nous disposons” dans les textes officiels », ont précisé les Libanais – sachant que la troupe ne dispose pas des armes adéquates pour libérer les hameaux de Chebaa ou les collines de Kfarchouba.

Selon des sources diplomatiques bien informées, c’est Israël qui se tient derrière cette volonté US de s’informer rapidement auprès de Beyrouth des dessous de cette affaire. C’est la chef de la diplomatie israélienne, Tzipi Livni, qui a évoqué la question au cours de sa dernière escale américaine, tant avec les responsables à Washington qu’avec le patron des Nations unies, Ban Ki-moon. Elle a même demandé à la Syrie d’arrêter d’envoyer des camions bourrés d’armes au Hezbollah – « des camions en provenance d’Iran »…

Ces sources indiquent que le ministre israélien des Télécoms, Shaul Mofaz, a été dans le même sens, se plaignant du « rapprochement » entre le président Sleiman et le Hezb. À tel point que de nombreux responsables ont organisé des fuites dans la presse israélienne, évoquant les craintes des directions politico-militaires à propos de cette proximité à laquelle, selon eux, n’échappe pas non plus le Premier ministre Siniora. Notamment, après qu’eut été confirmé le droit de la Résistance « à libérer » – et même si les termes « peuple » et « armée » ont été ajoutés

Les sources précitées estiment en outre qu’Israël ne va pas se contenter de se plaindre auprès des Américains et de Ban, mais qu’il va demander à Washington de ne pas fournir à la troupe des armes dont l’utilisation pourrait menacer sa sécurité. Ces sources ont remarqué que plusieurs États étrangers et/ou arabes, et non des moindres, ne sont pas réellement satisfaits par la façon dont est appliqué l’accord de Doha, tant sur le plan politique qu’au niveau sécuritaire. Politiquement, tout est très lent, estiment ces grandes capitales, et si la sécurité est assurée à Beyrouth et dans la Montagne, elle reste très fragile, ajoutent-elles, au Nord en général et à Tripoli en particulier. Les sources diplomatiques ont remarqué, aussi, que les craintes des étrangers par rapport à la sécurité au Liban se complètent avec les obsessions du gouvernement telles que stipulées dans cinq paragraphes du brouillon de la déclaration ministérielle.

En un mot comme en cent : la communauté internationale n’est pas très tranquille pour le Liban…



Sources
Lorient le Jour

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LIBAN

Commenter cet article