Irak: le retrait géorgien laisse un vide à la frontière avec l'Iran

Publié le par JC




Irak: le retrait géorgien laisse un vide à la frontière avec l'Iran



BAGDAD — Le départ des quelques 2.000 soldats géorgiens d'Irak en raison des combats dans leur pays oblige les forces américaines à revoir leurs positions pour tenir les points de contrôle situés sur les routes de la contrebande près de la frontière iranienne. La population locale ne les regrettera pas.

Le contingent de Géorgie, le troisième plus important de la coalition militaire après ceux des Etats-Unis et de Grande-Bretagne, a entamé son évacuation dimanche dans des avions américains, ce qui a d'ailleurs été critiqué par Moscou. L'armée américaine a reconnu que ce départ aurait un impact à "court terme" sur le terrain mais a assuré prendre les mesures nécessaires pour le limiter.

La Géorgie avait accepté l'an dernier de retirer la plupart de ses soldats de la Zone verte relativement sûre à Bagdad pour les redéployer au sud-est de la capitale, dans une zone à majorité chiite, et lutter contre le trafic d'armement iranien qui serait livré aux milices en Irak. L'armée américaine espérait ainsi tarir le flux d'armes et de combattants étrangers à destination de Bagdad.

Selon le commandement américain, la brigade géorgienne a fouillé 175.291 véhicules et 792.859 personnes, et mené 2.469 patrouilles dans son secteur depuis le 30 octobre 2007. Invoquant des raisons de sécurité, le commandant Daniel Elliott, porte-parole des forces stationnées au sud de Bagdad, a refusé de préciser quelles positions se retrouvaient dépourvues après ce soudain retrait. "Nous nous adapterons pour assurer la poursuite des opérations. Ce départ ne devrait pas avoir d'impact significatif à long terme sur la sécurité générale en Irak", a-t-il affirmé, rendant par ailleurs hommage aux résultats de ces troupes.

En tout cas, trois postes de contrôle sur des autoroutes entourant la principale ville de la zone, Kut, située à 160 km au sud-est de Bagdad, sont restés vides lundi, d'après des habitants et des responsables irakiens. Mais le gouverneur de la province de Wasit, Latif Hamad, a affirmé que ces postes étaient en réalité peu utiles à la sécurité et pourraient être supprimés, d'autant plus qu'ils étaient sources de tensions avec la population.

Des habitants ne cachaient pas leur joie de voir partir les soldats géorgiens, auxquels ils reprochaient de ne guère parler ni arabe ni anglais et de manquer aussi bien de manières que de respect pour la population. "Ils n'essayaient pas de nous rendre service. En fait, ils nous créaient des problèmes en nous retenant à leurs postes de contrôle et en se moquant des autochtones", affirme Salim Ali, 45 ans, fermier.

Ce que le gouverneur Hamad confirme: "Ils posaient des problèmes par leur faiblesse linguistique et opérationnelle. Nos forces de sécurité comblerons le vide", a-t-il lâché dans un entretien téléphonique avec l'Associated Press.

De petits contingents géorgiens étaient restés à Bagdad pour garder la Zone verte, qui abrite notamment l'ambassade des Etats-Unis et les bureaux du gouvernement irakien, et selon le Pentagone d'autres aidaient à garder des ponts importants près de Baqouba, située à 60km au nord-est de Bagdad, ainsi que bases opérationnelles avancées de la coalition. Dans le nord de l'Irak, seuls environ 80 soldats géorgiens étaient déployés.

"C'étaient de bons soldats mais nous avons pu adapter le champ de bataille pour pallier leur perte", a assuré le général américain Mark Hertling, s'exprimant depuis une base américaine de la banlieue de Takrit lors d'une conférence de presse du Pentagone.

Au moins cinq militaires géorgiens avaient péri en Irak depuis le début de l'invasion conduite par les Etats-Unis en mars 2003.

Sources La Presse Canadienne

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAN ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

vladimir 14/08/2008 01:09

L'enculé de tsibilissi se permettait même d'envoyer ses troupes guerroyer en Irak, pays envahi illégalement par la coalition anglo-saxone, aux infrastructures largement détruites comptant des centaines de milliers de morts et plus de 4 millions de réfugiés !!C'est ce genre de politicien infâme qui avec son copain Bush semble s'offusquer  de la réaction russe  à ses provocations  !!!Nous n'avons que faire du pseudo-humanisme larmoyant de pareils dégénérés : puisse la puissance russe contribuer à nous en débarraser à en débarrasser le monde !!!Gloire à Dieu ! Vive medvedev et Poutine !!!Vive la sainte russie !!!