L'Iran nie que ses banques aient été engagées dans des activités illégales

Publié le par JC



L'Iran nie que ses banques aient été engagées dans des activités illégales



NATIONS UNIES - L'Iran a rejeté vendredi les accusations portées par la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis selon lesquelles ses banques financeraient le terrorisme et favoriseraient un programme nucléaire illégal.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a imposé un ensemble de sanctions limitées contre l'Iran, en relation avec son programme d'enrichissement d'uranium. La mesure comprend la surveillance des opérations financières des banques Melli et Saderat.

 

Ce mois-ci, Washington, Londres et Paris ont averti dans une lettre au Conseil de sécurité que des établissements bancaires iraniens essayaient de contourner les sanctions en réalisant des transactions secrètes.

 

L'Iran a rejeté cette accusation, affirmant que "les banques iraniennes n'ont jamais été impliquées dans aucune activité illicite (...) puisqu'il n'y a pas d'activités nucléaires non pacifiques en Iran".

 

Téhéran a également qualifié de "sans fondement et absurde" l'accusation selon laquelle les banques iraniennes serviraient à financer des activités terroristes, affirmant y voir "une tentative injustifiable visant à dissuader les autres de traiter avec des banques iraniennes".

 

"La tentative des trois pays de restreindre les activités des banques iraniennes vise non seulement à exercer une pression injustifiée sur le gouvernement iranien, mais aussi à perturber les affaires et les financements de millions de déposants et de consommateurs", a estimé l'ambassadeur iranien en second auprès des Nations unies, Mehdi Danesh-Yazdi, dans un courrier.

 

La semaine dernière, l'Union européenne a renforcé ses sanctions commerciales, et la France a estimé qu'il faudrait regarder avec prudence les groupes faisant des affaires avec les banques d'Iran.

Sources
Yahoo fr

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAN ISRAEL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article