Bachar al-Assad favorable au déploiement de missiles russes en Syrie

Publié le par JC



Bachar al-Assad favorable au déploiement de missiles russes en Syrie


MOSCOU, 20 août - RIA Novosti. Si la Russie n'a pas proposé à la Syrie de déployer sur son territoire de missiles de théâtre Iskander, les autorités syriennes sont néanmoins prêtes à envisager ce projet, a déclaré le président syrien Bachar al-Assad dans une interview au quotidien Kommersant à la veille de sa visite à Moscou.

"Notre position est la suivante : nous sommes prêts à collaborer avec la Russie dans le renforcement de sa sécurité. J'estime que la Russie doit penser à sa réponse lorsqu'elle sera encerclée", a indiqué le président syrien.

Washington envisage d'implanter un radar en République tchèque et dix missiles intercepteurs en Pologne pour parer à d'éventuelles attaques venant d'Iran. Moscou, se sentant menacé, a exprimé à plusieurs reprises son hostilité envers ce projet, malgré les tentatives américaines pour rassurer la Russie.

Selon les médias mondiaux de la semaine dernière, la Russie serait susceptible de répondre à l'ABM américain en Europe en déployant en Syrie ses missiles de théâtre Iskander.

Il y a quelques années, la Syrie a soulevé la question de l'achat de missiles Iskander en Russie, à l'époque cela n'avait aucun rapport avec le système ABM, et actuellement "il n'y pas d'ententes concrètes et aucun pourparler n'est mené à ce sujet ces derniers temps ", a fait savoir M. Al-Assad.

Quant à savoir si la Syrie envisage volontiers une éventuelle proposition russe concernant le déploiement de missiles Iskander, le président syrien a dit: "En principe, oui. Nous n'avons pas encore étudié la question. Les experts militaires doivent examiner ce genre de projets. Lorsque nous aurons pris une décision, nous l'annonceront ouvertement et publiquement".

Bachar al-Assad a reconnu que la coopération militaire et technique serait la question-clé lors des négociations avec les dirigeants russes.

"L'achat d'armes a une grande importance. Pourtant, différents obstacles surgissent de temps en temps: il s'agit souvent de problèmes bureaucratiques, ou de retards dans la fabrication. Les problèmes financiers apparaissent parfois. J'estime qu'il faut dynamiser la coopération", a noté le président syrien.

Sources
Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans SYRIE

Commenter cet article