Les embarrassantes révélations sur Sarah Palin

Publié le par JC

Sarah Palin, la tueuse de loups et d'ours. Nous oeuvrons à diffuser des videos informatives de Defenders of Wildlife actions Fund qui endosse Obama-Biden.

Sarah Palin a promis 150 $ à tout criminel qui ramènerait une patte de loup. Elle a octroyé 400 000 $ pour une campagne publicitaire visant à promouvoir le massacre des ours et des loups par avion ou hélicoptères.




Sarah Palin Champions Barbaric Aerial Hunting of Wolves





Les embarrassantes révélations sur Sarah Palin


Sarah Palin doit donner, dans la nuit du mercredi 3 au jeudi 4 septembre, son premier discours en tant que colistière de John McCain devant la convention républicaine. La gouverneuse d'Alaska a occupé le devant de la scène depuis l'annonce surprise de sa nomination, vendredi, quitte à éclipser au passage le candidat républicain, après que la presse et certains blogs ont mis à jour plusieurs affaires à la gravité variable.

Un délit d'influence présumé. L'affaire a déjà été baptisée "Troopergate" par la presse américaine et apparaît comme la plus dangereuse pour Mme Palin et le camp républicain. La gouverneuse d'Alaska est accusée d'avoir usé de son influence pour obtenir le licenciement d'un policier – un "state trooper" – qui était en instance de divorce d'avec sa sœur. N'obtenant pas gain de cause, elle aurait alors renvoyé Walt Monegan, commissaire à la sécurité publique de l'Etat. Une commission d'enquête parlementaire de l'Alaska a été ouverte en juillet. En début de semaine, Mme Palin a embauché un avocat privé pour la représenter dans le cadre de cette affaire et a demandé aux autorités de l'Etat d'ouvrir leur propre enquête. L'équipe de campagne de John McCain a assuré ne pas être "impliquée" dans cette décision.

Des liens avec un sénateur poursuivi pour corruption. Sarah Palin se présente depuis son élection à la tête de l'Alaska comme une alternative à un système politique connu pour sa corruption. Ce système était symbolisé par le sénateur républicain d'Alaska, Ted Stevens, actuellement poursuivi pour corruption. Le Washington Post a révélé que Mme Palin a travaillé entre 2003 et 2005 dans un groupe qui collectait des fonds au profit de M. Stevens. Le groupe en question, baptisé  "L'excellence de Ted Stevens dans le service public, Inc.", était une organisation indépendante dite "527", nommée d'après la section du code des taxes américain qui autorise son existence.

Des soutiens politiques ambigus. Plusieurs articles ont établi des liens entre Sarah Palin et l'Alaskan Independence Party (AIP), une formation locale qui demande notamment le retour de toutes les terres fédérales sous le giron de l'Etat. Tout d'abord, une vidéo montrant un message de soutien de Mme Palin en faveur de l'AIP a refait surface sur le Web. Une porte-parole de l'AIP, citée par plusieurs médias américains, a déclaré que Mme Palin et son mari, Todd, avaient tous deux été membres du parti. Il s'est avéré qu'elle n'a jamais fait partie de l'AIP – elle a sa carte au Parti républicain depuis 1982 –, mais que son mari y a effectivement milité entre 1995 et 2002. L'association, même indirecte, entre Mme Palin et l'AIP est dommageable à plusieurs égards pour le camp républicain. Le slogan de campagne de John McCain – "Country First" (le pays d'abord) – s'accorde difficilement avec celui de l'AIP : "Alaska First, Alaska Always" (l'Alaska d'abord, l'Alaska toujours).

Des décisions douteuses. En tant que maire de la ville de Wasilla, Sarah Palin a embauché un lobbyiste pour assurer quatorze "earmarks" (allocations de fonds) d'un montant de 27 millions de dollars entre 2000 et 2003. John McCain avait pourtant présenté sa colistière comme étant opposée à ce genre de pratique politique. Elle s'est opposée à ce que l'ours blanc et la baleine blanche soient inclus dans la liste des animaux en danger d'extinction. L'hebdomadaire Time a également rapporté que lorsqu'elle était maire de la petite ville de Saint George, Sarah Palin a tenté d'interdire plusieurs livres de la librairie locale, allant jusqu'à menacer de renvoyer une libraire qui s'y opposait.

Une fille mineure enceinte. C'est l'histoire qui a fait le plus de bruit et occupé les médias depuis son annonce, lundi. En réponse à des rumeurs qui couraient sur le Web, l'équipe de John McCain a révélé que la fille de 17 ans de Sarah Palin, Bristol, était enceinte de cinq mois. Un communiqué indiquait que jeune fille irait au bout de sa grossesse et épouserait le père. Cette annonce a fait d'autant plus de bruit que Mme Palin est ouvertement anti-avortement et qu'en début d'année, elle a réduit le budget d'un programme venant en aide aux mères adolescentes. Le dernier épisode de cette saga, selon la presse américaine, veut que le petit ami de Bristol, Levi Johnston, soit présent avec la famille Palin sur scène lors du discours de Sarah Palin mercredi.

Sources
Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Elections

Commenter cet article