La Russie en pleine tempête boursière et financière

Publié le par JC



La Russie en pleine tempête boursière et financière


La Russie demeurait en pleine tempête boursière et financière mercredi, le gouvernement russe semblant impuissant à enrayer les craintes pesant sur son secteur bancaire, qui ont éclaté au grand jour à l'occasion de la crise à Wall Street.


Au lendemain de l'une des pires séances de son histoire, au cours de laquelle les deux principaux indices boursiers moscovites, le RTS et le Micex, ont dévissé de 11,5 et 17,5%, la tendance n'était pas à l'apaisement mercredi en milieu de journée.

Après un départ hésitant, la descente aux enfers a repris à un tel rythme que l'Agence fédérale de régulation des marchés financiers a pris une décision exceptionnelle: arrêter purement et simplement les échanges et convoquer une réunion de crise entre responsables concernés.

"Nous demandons aux places boursières de préparer et de nous présenter leurs propositions avant 17h00 (13h00 GMT) aujourd'hui pour stabiliser la situation. Nous les examinerons et nous (alors) prendrons une décision" sur une éventuelle reprise des transactions, a déclaré le chef de l'Agence, Vladimir Milovidov, cité par l'agence Ria Novosti.

Selon Vladimir Osakovski, économiste de la banque Aton, cette suspension était indispensable pour que le marché ait le temps de digérer la principale nouvelle du matin, l'injection de sommes colossales issues du budget fédéral, dans des dépôts gérés par les trois principales banques du pays, Sberbank, VTB et Gazprombank.

Le ministère des Finances a indiqué dans la matinée que les liquidités débloquées pour ces banques pourraient atteindre au total 1.126,6 milliards de roubles (31 milliards d'euros) sur trois mois, voire plus. La banque centrale de son côté a procédé à une injection de liquidités à hauteur de 9,4 milliards d'euros.

Cela fait plusieurs jours déjà que les autorités russes tentent d'apaiser les investisseurs par des paroles apaisantes et la mise à disposition de liquidités, mais celles prises mercredi sont d'une autre dimension.

"C'est bien qu'ils aient fermé le marché. C'était la panique", a jugé Vladimir Osakovski. Les deux indices, au moment de leur suspension, affichaient déjà des baisses de 6,39% pour le RTS et de 3,09% pour le Micex. Les banques en particulier étaient en chute libre.

Et pour cause: le système bancaire fait actuellement face à "une crise de confiance majeure", selon l'analyste.

Outre le choc provoqué par les nouvelles en provenance de New York, les craintes ont été renforcées par des rumeurs sur le sort de la banque d'affaires russe Kit Finance, qui serait proche de la faillite et pourrait être rapidement secourue par l'Etat.

Le ministre des Finances Alexeï Koudrine a promis que les trois établissements choisis allaient à leur tour "accorder des prêts aux petites et moyennes banques" afin d'accorder une bouffée d'air générale au secteur.

Mais Tom Mundy, analyste de la banque Renaissance Capital, redoute que les mesures mises en oeuvre par le gouvernement et la Banque centrale russe ne suffisent pas à ranimer la confiance.

"Je pense que le marché voudrait un effort concerté sur une longue période pour fournir des liquidités", a-t-il indiqué. Pour l'heure, la manière dont les autres banques du pays pourront bénéficier de la manne accordée par le gouvernement n'est pas claire, estime-t-il.

"Je pense personnellement que le gouvernement est sur le problème: nous savons tous que des discussions à très haut niveau ont eu lieu", souligne-t-il, ajoutant: "Je ne pense pas qu'il ait fait trop peu, trop tard. Je crois sincèrement que c'est très difficile pour lui de réagir car c'est en grande partie sans lien avec les événements dans le pays".

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE DANGER DES USA

Commenter cet article