Les soldats français mal préparés à l'embuscade des talibans, selon un "rapport" de l'OTAN cité par un journal canadien

Publié le par JC

Cette information -qui tombe au lendemain d'une visite de Fillon en Russie- est à prendre avec des pincettes d'autant qu'elle émanerait de l'OTAN. Vous allez penser que l'on voit le mal partout mais il faut bien se dire qu'il est partout, notamment quand vous n'allez pas dans le sens des Etats-Unis ou des zionistes. Ils sont très forts pour se venger à leurs manières et les méthodes de rétorsion ne leur font pas défaut. D'autant que l'information a été diffusée par The Globe and mail, quotidien canadien qui va totalement dans le sens étatsunien. Il se serait procuré "un rapport de l'OTAN" classé "secret". Il n'est donc pas si secret que ça mais surtout pourquoi n'y ont-ils pas eu accès avant ? C'est ceci qui nous fait tilt. Pourquoi tombe-t-il juste après la visite du premier ministre en Russie ? Quand on sait tout le randam qu'a fait Rice pour que l'UE ostracise Poutine et Medvedev. Comme nous le disions hier, ça doit ruminer dur à Washington et ils ont dû réfléchir au moyen de décridibiliser Sarkozy, de lui nuire, n'en doutons pas. D'autant que Jakob Hoop de Scheffer, grand boss de l'OTAN, ne cesse lui aussi de pousser l'Europe contre la Russie en prenant ouvertement partie pour la Géorgie et ne cesse ses provocations jusqu'à ce que Gates intervienne personnellement pour lui dire de "rétrograder" allant jusqu'à dire que  "l'Otan devait "agir avec prudence car il y a clairement des divergences d'opinion au sein de l'Alliance sur la manière de répondre". A notre sens, en haut lieu à Washington, ils n'auront certainement pas apprécié toutes les amabilités que se sont échangés Poutine et Fillon. Ce n'est pas CE QUI AVAIT ETE DEMANDE par Rice. Vexés comme des vieux rats de ne pas avoir été écoutés, ils se vengent comme ils peuvent. De plus, ce rapport "secret" apparait au grand jour la veille du vote par les députés et sénateurs français sur la prolongation de l'intervention des forces françaises en Afghanistan. N'est-ce pas curieux ? Ne peut-on y voir un moyen de nuire à Sarkozy ? On ne peut pas dire que sur nos blogs nous soyons pro-Sarko car sa politique va très souvent à l'encontre de notre idéal humaniste mais là, il est utile de se poser quelques questions et d'émettre quelques doutes quand à l'apparition de ce document jeté en pâture par de hautes instances qui n'apprécient pas la politique sarkozyenne envers la Russie. Pour nous, ceci est une méthode de rétorsion. Ils se vengent. Et à notre avis, Sarkozy peut s'attendre à d'autres "chiens de ma chienne"...


Les soldats français mal préparés à l'embuscade des talibans, selon un "rapport" de l'OTAN cité par un journal canadien


AP - il y a 15 minutes

PARIS - Les soldats français en Afghanistan étaient mal préparés et sous-équipés face à l'embuscade des talibans qui a coûté la vie à dix d'entre eux le 18 août dernier, affirme samedi le quotidien canadien "The Globe and Mail" qui dit s'être procuré un "rapport de l'OTAN" classé "secret".

D'après le document cité par le journal, les militaires de la Force internationale d'assistance à la sécurité (ISAF) de l'OTAN tombés dans l'embuscade n'avaient pas assez de munitions, ne disposaient que d'une seule radio qui est rapidement tombée en panne et manquaient d'autres équipements nécessaires.

L'état-major de l'armée française a expliqué dimanche ne pas avoir confirmation pour l'heure de l'existence d'un tel document de l'OTAN, ajoutant que les éléments contenus dans l'article du "Globe and Mail" étaient "totalement inexacts" et avaient déjà été démentis à plusieurs reprises. "On s'est déjà expliqués à de nombreuses reprises et les éléments qui sont donnés dans cet article sont totalement inexacts", a déclaré à l'Associated Press le capitaine de vaisseau Christophe Prazuck, conseiller en communication du chef d'état-major des armées.

"On a publiquement expliqué cette embuscade minute par minute", a-t-il ajouté, renvoyant au compte-rendu fait par l'armée française et consultable sur le site du ministère de la Défense. "Il n'y a jamais eu quatre prisonniers français", a-t-il par ailleurs insisté à propos des rumeurs de capture évoquées par le journal canadien.

"The Globe and Mail" cite un document selon lequel les soldats auraient dû abandonner une contre-attaque, les armes sur leurs véhicules étant tombées à court de munitions après seulement 90 minutes de combat. Par ailleurs, des soldats français tués porteraient "des signes indiquant qu'ils ont été tués à bout portant", ajoute le "Globe and Mail".

L'état-major des armées françaises avait reconnu début septembre qu'un des dix soldats tués dans l'embuscade avait été tué par arme blanche, lors d'un "combat très rapproché".

Par contraste, les assaillants apparaissaient "dangereusement bien préparés", note le journal: tireurs d'élite, un fait inhabituel au sein de la guérilla et des armes très sophistiquées, des balles incendiaires capables de percer un blindage.

Le document explique que c'est l'intervention rapide d'autres forces internationales qui a limité les pertes lors de ces combats, dont le bilan "aurait pu être bien pire", faisant également référence à la performance héroïque d'un officier français du renseignement qui, blessé à la jambe, a continué de mener ses hommes.

Les trente soldats du peloton français se trouvaient sur des collines abruptes, rocheuses et dénudées de végétation, derrière une haute crête, dans la vallée Uzbin, à environ 40 kilomètres à l'est de Kaboul. Depuis 2001, cette colline a souvent été le théâtre d'embuscades meurtrières pour les forces internationales.

Les informations du "Globe and Mail" sont publiées alors que députés et sénateurs français doivent se prononcer lundi par un vote sur la prolongation de l'intervention des forces françaises en Afghanistan. Ce vote, première application concrète de la révision constitutionnelle votée le 21 juillet dernier, a été concédé au Parlement après l'embuscade du 18 août. AP

Sources Yahoo fr




Embuscade en Afghanistan: un rapport de l'Otan révèle le manque d'équipement des Français


Les talibans ont pu mener une embuscade meurtrière contre des soldats français, le 18 août en Afghanistan, grâce à un équipement et une préparation bien supérieurs à ceux de leurs adversaires, révèle un rapport de l'Otan cité samedi par le Globe and Mail.

L'unité de soldats français, tombée dans l'embuscade, n'avait pas suffisamment de balles ni d'équipement de communication, affirme le journal, citant un document "secret" de l'Otan.

Elle a été obligée d'abandonner le combat lorsqu'elle s'est retrouvée sans munitions après seulement 90 minutes d'engagement, poursuit le quotidien canadien de référence.

Elle n'avait qu'une seule radio, qui s'est trouvée rapidement hors service, empêchant ainsi les soldats d'appeler leurs camarades au secours, selon le rapport cité.

Au contraire, les insurgés, eux, étaient extrêmement bien préparés, accompagnés de tireurs d'élite, entraînés aux techniques de guérilla et équipés en balles incendiaires, souligne-t-il.

"La précision de l'ennemi était très bonne", note le rapport.

Selon différentes informations, non confirmées, ce groupe d'insurgés n'était pas uniquement composé de talibans afghans, mais semblait avoir reçu l'aide d'autres rebelles, et notamment d'extrémistes venus du Pakistan, selon le général canadien Richard Blanchette, un porte-parole de l'Isaf.

"Le fait qu'ils sont en possession de davantage d'armes sophistiquées est peut-être signe d'une connexion avec des gens de l'extérieur", a expliqué le général Blanchette au Globe and Mail.

Le ministère français de la Défense s'est gardé de détailler les circonstances de l'embuscade meurtrière.

Le magazine français Paris Match avait publié dans son numéro du 4 septembre un reportage dans lequel le commando qui a tué dix soldats français promet le même sort à l'ensemble des troupes françaises déployées en Afghanistan et pose, avec des uniformes et des armes pris aux Français.

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans AFGHANISTAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article