Washington appelle d'autres pays à relayer le sauvetage du système financier

Publié le par JC

Le bouquet ! C'est eux -les Américains- qui sont endettés jusqu'au cou, qui vivent aux crochets du monde avec une dette de plus de 11 000  milliards de dollars et ce sont les autres pays qui sont obligés d'aligner la monnaie. On aura tout vu.


Washington appelle d'autres pays à relayer le sauvetage du système financier



Washington a fait sa part en mettant sur la table 700 milliards de dollars pour relancer le système financier, et il va désormais falloir que d'autres pays s'y mettent si cela ne suffit pas, a averti dimanche le secrétaire au Trésor Henry Paulson.

"Je vais demander à nos collègues à travers le monde de concevoir des programmes similaires pour leurs banques et leurs institutions (financières) quand c'est opportun", a déclaré M. Paulson, interrogé sur la chaîne de télévision Fox, soulignant: "souvenez-vous que nous vivons dans un système mondial".

L'administration américaine est actuellement en négociations avec le Congrès pour obtenir au plus vite l'autorisation de dépenser jusqu'à 700 milliards de dollars pour reprendre les actifs "non liquides" des banques, essentiellement des créances douteuses liées à la bulle immobilière des dernières années, et apurer le système financier en proie à une grave crise.

Ce plan, lui laissant toute discrétion pour déterminer quels actifs de quels établissements seront repris par l'Etat, a permis aux marchés boursiers du monde de pousser un énorme soupir de soulagement vendredi, mais M. Paulson a averti que la situation n'avait pour autant pas été totalement normalisée.

Les Bourses "ne sont pas ce que nous devons surveiller. Nous regardons ce qui se passe sur les marchés du crédit, et (ceux-là) sont encore fragiles, ils sont gelés", a averti M. Paulson, sur la chaîne de télévision CBS.

Il a ajouté qu'il avait déjà entendu certains de ses homologues se dire "prêts" à jouer leur rôle pour apaiser la crise. "Je ne dis pas que tout le monde s'est déjà engagé, mais nous avons entamé ce dialogue", a-t-il ajouté.

Depuis une dizaine de jours les autorités financières américaines sont en contact étroit avec celles d'Europe et du Japon.

Les Banques centrales du monde entier se sont déjà retrouvées pour injecter des centaines de millions de dollars dans les marchés, et les autorités boursières américaines, britanniques, allemandes, françaises... ont pris des mesures d'urgence pour mettre un coup d'arrêt à des techniques spéculatives.

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a assuré vendredi que son gouvernement ferait "tout ce qui est en son pouvoir pour assurer la stabilité du système financier".

En France, la ministre de l'Economie Christine Lagarde s'est dite dimanche "à la manoeuvre" avec ses collègues européens, avec qui elle entend "travailler sur un système nouveau".

Revenant sur quelques semaines qui ont bouleversé le paysage financier américain, avec la mise sous tutelle des géants du refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac, la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers, puis la nationalisation de fait, moyennant 85 milliards de dollars, de l'assureur AIG, M. Paulson a évoqué une expérience amenant les Etats-Unis à la "modestie".

"Je déteste avoir à faire cela", a reconnu cet ancien PDG de la banque d'affaires Goldman Sachs, venu faire le tour de quatre plateaux de télévision dans l'espoir de justifier un plan de sauvetage qui conduit à porter à quelque 11.300 milliards de dollars le plafond de la dette américaine.

"Comme philosophie, je n'ai jamais pensé que l'intervention (du gouvernement) était une bonne chose. Tout ce que je peux dire, c'est qu'elle est nécessaire maintenant", a-t-il ajouté sur ABC.

"C'est une période qui appelle à beaucoup, beaucoup de modestie pour les Etats-Unis d'Amérique", a convenu le ministre, qui dès le printemps dernier avait proposé un nouveau cadre réglementaire pour les banques.

Une telle réforme, qui fait désormais consensus dans la classe politique, sera toutefois laissée à la responsabilité de l'administration qu'éliront les Américains le 4 novembre.

 Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE DANGER DES USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article