Accords de Munich de 1938: Moscou ouvre ses archives secrètes

Publié le par JC

Lisez attentivement cet article et voyez si l'Histoire ne se répète pas... le véritable agresseur depuis des années, ce sont les Etats-Unis, leurs dirigeants ou du moins ceux qui les manipulent. Mais tout le monde fait ami-ami avec eux et les laisse toujours aller plus loin dans l'impudence. Et bien, il s'est passé la même chose avec Hitler grâce à l'anglais Chamberlain et au français Daladier. Les Etats-Unis, eux, par l'intermédiaire du grand-père de Bush servaient de banquier à Hitler. Visualisez la scène en 1938 et reportez vous aujourd'hui. Sarkozy remplace Daladier, Blair-Brown remplace Chamberlain et Bush reste fidèle à ses ancêtres, il est le nouvel Hitler -du moins ceux qui sont derrière lui. Aujourd'hui que voyons nous venir de là-bas ? Un grand crash financier. Qui va payer ? Le reste du monde. Mais un prix très élevé. Avec des millions de morts. Pas cinquante millions comme Adof, trois fois plus. Ajoutez là-dessus, la vengeance de notre Terre. Elle nous la mijote. Et elle va être copieuse... en attendant 2011. Jour appelé "du Jugement Dernier" chez les malheureux croyants aveugles mais le vrai nom est : LE GRAND BASCULEMENT. Eh oui... profitez de la vie ! Il ne nous reste plus longtemps. Et là, vous verrez que le pognon ne servira pas à grand-chose ni à personne... bon Mardi !




Accords de Munich de 1938: Moscou ouvre ses archives secrètes


Par Valeri Iarmolenko, RIA Novosti


Le Service des renseignements extérieurs de la Fédération de Russie (SVR) a déclassifié les archives relatives aux Accords de Munich, qui ont marqué le début des événements les plus dramatiques du XXe siècle.

"Les documents déclassifiés reflètent les processus politiques qui se sont déroulés avant et après la signature des Accords de Munich, le 30 septembre 1938", a indiqué à RIA Novosti le chef du bureau de presse du SVR, Sergueï Ivanov, qui a permis au correspondant de l'agence de prendre connaissance de ces documents.

Ces pièces secrètes, collectées par le service de renseignements soviétique, sont restées enfermées aux archives pendant plus de 70 ans. Elles montrent de quelle manière les dirigeants politiques de l'URSS ont été informés des préparatifs de la rencontre en 1938 de Neville Chamberlain et Édouard Daladier avec Adolf Hitler et Benito Mussolini.

Ces documents secrets contiennent des pronostics concernant les conséquences éventuelles de cet événement sur la situation politique et militaire en Europe.

Ils témoignent de la pression sans précédent que la Grande-Bretagne et la France ont exercée sur la Tchécoslovaquie, en exigeant qu'une partie du territoire tchécoslovaque soit rattachée à l'Allemagne.

"Moscou recevait des rapports spéciaux selon lesquels les ambassadeurs britannique et français à Prague cherchaient à persuader le président tchécoslovaque de la nécessité d'annexer les Sudètes à l'Allemagne. En outre, il avait été proposé à Prague d'annuler les accords d'entraide conclus avec d'autres pays", a raconté M. Ivanov.

Le mémorandum N°8604, obtenu quelques jours avant la signature des Accords de Munich grâce aux agents secrets présents à Prague, indique: "Le 19 septembre, l'ambassadeur anglais Newton et l'ambassadeur français Delacroix ont transmis à Milan Hodia (premier ministre tchécoslovaque de 1935 à 1938), au nom de Chamberlain et de Daladier, les dispositions suivantes: 1. En se laissant guider par les hauts principes de maintien de la paix en Europe, ils estiment nécessaire de rattacher les Sudètes à l'Allemagne. Les accords d'entraide entre la Tchécoslovaquie et d'autres pays sont annulés. En remplacement, tous les Etats voisins de la Tchécoslovaquie, en plus de la France et la Grande-Bretagne, garantissent l'inviolabilité de ses frontières".

En fait, les éléments déjà existants du système de sécurité collective furent annulés. Et les hommes politiques occidentaux le firent derrière le dos de l'URSS, qui avait conclu des accords d'entraide avec la Tchécoslovaquie et la France.

En outre, les documents déclassifiés du service de renseignements soviétique datant de 1938 révèlent les détails de la correspondance des ambassades européennes avec les ministères des Affaires étrangères de leurs pays.

Ainsi, l'ambassadeur britannique à Varsovie avait prévenu le Foreign Office dans un télégramme qu'en cas d'intervention de l'Allemagne en Tchécoslovaquie, les dirigeants polonais s'empareraient de la Silésie de Cieszyn, ce qui se passa finalement en réalité. La Pologne, après avoir obtenu le soutien d'Hitler, participa au démembrement de la Tchécoslovaquie.

Par la suite, la Pologne fut elle-même victime de l'Allemagne.

L'ambassadeur finlandais à Londres rapporta que si Hitler acheminait ses troupes vers la Tchécoslovaquie, la France n'oserait pas entreprendre de mesures un tant soit peu efficaces pour accorder à celle-ci une assistance militaire.

"Comme vous le savez, l'Union soviétique était prête à accorder un tel soutien à la Tchécoslovaquie, mais Prague, sous la pression de Londres et de Paris, ne s'est jamais décidé à adresser une telle demande à Moscou", a rappelé le représentant du Service russe des renseignements extérieurs.

Après la signature des Accords de Munich, la situation géopolitique en Europe a également fait l'objet d'une attention soutenue de la part de nombreuses capitales, et les agents soviétiques en parlaient également.

"Déjà en novembre 1938, les représentations diplomatiques de certains pays rapportaient à leurs ministères que la Grande-Bretagne et la France n'empêcheraient pas l'expansion allemande à l'Est", raconte Sergueï Ivanov.

Pour sa part, Lev Sotskov, ancien du SVR, qui s'occupait de la gestion des documents d'archives, est convaincu que les Accords de Munich ont finalement entraîné la destruction du système de sécurité collective en Europe et conditionné le début de la Seconde Guerre mondiale.

Lev Sotskov a entamé sa carrière au Service des renseignements extérieurs en 1956. Il a travaillé à l'étranger mais également au sein de l'appareil central de cette structure. A l'heure actuelle, il s'occupe de l'analyse des archives relatives à l'histoire des Services de renseignements. Il est l'auteur des livres "Opération Tarantella", "Séparatisme inconnu" et le rédacteur d'un recueil de documents "Les pays baltes et la géopolitique".

Selon lui, les documents déclassifiés par le SVR poussent à voir sous un nouveau jour et d'une manière approfondie le rôle des leaders des puissances mondiales dans les processus politiques qui se sont déroulés en Europe à la fin des années 1930.

"Les documents obtenus après la conclusion des Accords de Munich sont particulièrement précieux. Ils analysent la situation qui s'est formée en Europe après la signature de ces accords. Ils mettent clairement à jour la position de la Grande-Bretagne, qui a tenté d'entraîner l'Allemagne et l'URSS dans des hostilités actives", a souligné M. Sotskov dans une interview à RIA Novosti.

Dans un rapport présenté à Staline, en date du 21 décembre 1938, Lavrenti Beria parle de certains documents interceptés par les agents secrets, dont des rapports des ambassadeurs finlandais à Londres, Paris et Varsovie concernant l'expansion allemande à l'Est et la position des cercles dirigeants britanniques, français et polonais à cet égard.

Ainsi, le 5 novembre, l'ambassadeur finlandais à Londres Gripenberg rapportait à son ministère des Affaires étrangères: "J'ai entendu dire ici que la propagande allemande en faveur des colonies n'existait pas en réalité mais que, comme l'affirment les Anglais, elle ne représente qu'un rideau de fumée derrière lequel on prépare la mise en oeuvre des plans concernant l'Ukraine soviétique. Hitler lui-même a confié à l'ambassadeur français François-Poncet qu'il ne songeait pas aux colonies".

Plus tard, le 25 novembre, Gripenberg parla d'un entretien qu'il avait eu avec un membre du gouvernement britannique au cours duquel il lui affirma que la Grande-Bretagne et la France n'empêcheraient pas l'expansion allemande à l'Est. "La position de la Grande-Bretagne est la suivante: attendons de voir ce qu'il se passera, attendons jusqu'à ce qu'un grand conflit éclate entre l'Allemagne et l'URSS", peut-on lire dans ce document.

En commentant ce texte, Lev Sotskov a expliqué qu'en dépit des circonstances, l'URSS avait tout de même essayé de mettre en place un certain système de riposte à l'agression hitlérienne.

Grâce aux efforts déployés par l'Union soviétique, les Britanniques et les Français ont envoyé leurs missions miliaires à Moscou, où des négociations ont été organisées.

"Moscou a présenté des informations très détaillées à propos des ressources qu'il pouvait utiliser contre l'Allemagne hitlérienne. En cas de conclusion d'un accord antihitlérien avec la Grande-Bretagne et la France, l'URSS était prête à mobiliser 120 divisions d'infanterie, 16 divisions de cavalerie, 5.000 chars et 5.000 avions", a précisé M. Sotskov.

Selon lui, les négociations avec la Grande-Bretagne et la France n'ont finalement donné aucun résultat. Il était devenu évident que Londres et Paris avaient leurs propres objectifs.

Les documents déclassifiés montrent que Londres et Paris étaient tout à fait conscients que leur position mettait l'URSS dans l'impasse et que Moscou serait obligé de s'entendre avec les Allemands.

Par conséquent, l'URSS a signé le pacte de non-agression avec l'Allemagne, repoussant ainsi sa frontière vers l'Ouest tout en gagnant un peu de temps pour se préparer à repousser l'agression, a indiqué le vétéran.

"Il était devenu évident que la politique de pacification d'Hitler était inefficace et que les concessions ne faisaient que motiver l'agresseur. Ceci a poussé les dirigeants soviétiques à chercher le moyen d'assurer la sécurité de leur pays dans les conditions politiques réelles", a noté l'expert.

"Le modèle occidental (de pacification de l'agresseur), celui de Munich, ne s'est pas révélé être efficace, car la guerre débuta en Occident. La France capitula devant Hitler, le cabinet des ministres fut modifié en Grande-Bretagne. La formation de la coalition antihitlérienne eut lieu plus tard, mais selon un schéma que l'Union soviétique avait proposé en 1935 déjà: les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l'URSS, et plus tard la France en la personne de de Gaulle", a constaté Lev Sotskov.

D'après lui, l'Europe contemporaine devrait tirer plusieurs leçons des événements liés aux Accords de Munich ainsi que des récents événements dans le Caucase (en Ossétie du Sud).

"Premièrement, il ne faut en aucun cas encourager l'agresseur, qu'il soit grand ou petit. Il existe un pays - il s'agit des Etats-Unis - qui ne se préoccupe que de sa domination mondiale, et peu importe quel modèle il utilise pour accomplir sa tâche, celui d'Hitler ou celui de Bush", a dit le général.

Il y a là un grand danger que soient entreprises des actions agressives. Si ces actions ne sont pas rapidement muselées, elles entraîneront de grands malheurs pour la région, voire pour le continent, estime-t-il.

La deuxième leçon, d'après lui, réside dans le fait que l'Europe a besoin d'un système de sécurité collective.

"Le système de blocs n'est plus efficace. Or, il paraît évident que cette leçon n'a pas été intégrée. Au lieu de museler [l'agresseur] en la personne de la Géorgie, les Etats-Unis proposent d'encercler la Russie", a conclu Lev Sotskov.

Sources
Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Un pouvoir fasciste

Commenter cet article