Washington assure le Liban de son soutien contre toute « ingérence étrangère »

Publié le par JC

Inutile de vous dire que les sionistes doivent trépigner de rage que les Etats-Unis soutiennent et aident le Liban et qu'ils s'entendent de surcroit avec Michel Sleimane qu'eux vouent aux gémonies. Ceci va certainement valoir quelques représailles contre les forces américaines où qu'elles se trouvent. Observez bien...



Washington assure le Liban de son soutien contre toute « ingérence étrangère »



Le secrétaire d’État adjoint américain pour l’Asie et le Proche-Orient, David Hale, a assuré que les États-Unis soutenaient le Liban contre toute « ingérence étrangère » et souligné que la politique américaine à l’égard du pays du Cèdre était inchangée.
« La politique de Washington envers le Liban n’a pas changé. Les États-Unis appuient le Liban libre et souverain sans aucune ingérence étrangère », a déclaré hier le secrétaire d’État adjoint américain pour l’Asie et le Proche-Orient, David Hale, en visite au Liban, à l’issue d’une rencontre avec le président Michel Sleiman.
Washington s’était inquiété lundi des mouvements de troupes syriennes observés récemment près de la frontière libanaise, prévenant que l’attentat qui a récemment frappé Damas ne saurait « servir de prétexte » à une ingérence dans les affaires libanaises.
L’entretien avec le chef de l’État a porté sur « le renforcement de la coopération entre le Liban et les États-Unis sur les plans politique et militaire », a affirmé un communiqué de la présidence. « M. Hale a rendu compte de ses entretiens au Liban au président Sleiman, en particulier de la rencontre qui s’est tenue à Yarzé au cours de laquelle un calendrier des aides américaines à l’armée libanaise a été établi »

D’autre part, M. Hale a sollicité l’avis du président Sleiman au sujet de certains points en rapport avec la situation interne au Liban ainsi que la situation régionale, affirme le communiqué.
À l’issue de l’audience, M. Hale a qualifié « d’excellent » son entretien avec le chef de l’État et l’a assuré du soutien de son pays au Liban, à son gouvernement et aux institutions.
M. Hale a également insisté sur l’importance de la commission militaire conjointe. « Ce type de coopération s’établit entre nous pour la première fois. Il s’agit d’un nouveau visage de notre coopération à long terme ; il revêt l’aspect d’un genre de partenariat militaire face aux défis communs lancés par le terrorisme qui cherche à déstabiliser le Liban, et en faveur de l’application de la résolution 1701. »
« Par la même occasion, a ajouté M. Hale, j’ai fait parvenir au président ce message : la politique des États-Unis à l’égard du Liban n’a pas changé. Les États-Unis soutiennent le Liban indépendant, souverain, libre, loin de toute ingérence étrangère. De même, nous appuyons fermement l’application intégrale des résolutions 1701 et 1559 du Conseil de sécurité. Nous soutenons également le progrès effectué dans l’application intégrale de l’accord de Doha, y compris le dialogue national, les réconciliations et les préparatifs des élections législatives de l’année prochaine. »
Le secrétaire d’État adjoint américain pour l’Asie et le Proche-Orient, David Hale, s’est également rendu hier à Aïn el-Tiné, où il a eu un entretien avec le président de la Chambre et leader du mouvement Amal, Nabih Berry, ainsi qu’au Grand Sérail, où il a eu un entretien de 60 minutes avec le chef du gouvernement, Fouad Siniora.
M. Hale a affirmé qu’il avait eu, avec le président de la Chambre, un « excellent » entretien, qui a porté notamment sur la nécessité de « l’évolution de la démocratie » au Liban et les moyens de renforcer les relations libano-américaines.
« Une fois de plus, j’ai exprimé le soutien des États-Unis au Liban, et j’ai dit que le Liban est important pour l’administration américaine et que sa politique à l’égard du Liban ne changera pas », a affirmé M. Hale.
« Nous continuerons de poursuivre nos objectifs communs, à savoir le renforcement de l’indépendance, de la souveraineté et de la liberté du Liban. »
Avec le Premier ministre, le responsable américain s’est étendu sur les mécanismes de la commission militaire conjointe sur laquelle se sont entendus le Liban et les États-Unis. Il s’est félicité de l’application de l’accord de Doha, affirmant être agréablement impressionné par le changement du climat politique au Liban.
Par ailleurs, M. Hale a rencontré le député Michel Murr et le ministre de l’Intérieur, Ziyad Baroud, et M. Ghattas Khoury.
M. Murr a affirmé avoir compris, de son entretien, que la position des États-Unis à l’égard du Liban demeura inchangée, quels que soient les résultats de l’élection présidentielle de novembre prochain.
Au sujet de la présence massive de soldats syriens aux frontières du Liban, M. Murr a affirmé n’en avoir aucune crainte. « Nos points de vue à ce sujet étaient concordants. Ils (les Américains) sont convaincus que les concentrations militaires syriennes n’ont aucun but offensif », a encore affirmé le parlementaire.

Sources
Lorient le Jour

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article