Derrière l'assassinat de Gemayel

Publié le par Adriana Evangelizt

Il y a une chose claire et nette dont nous n'avons jamais parlé jusqu'à présent c'est l'attitude de Wallid Jumblatt, le libanais druze. Une attitude qui est loin de nous inspirer confiance tout comme celle de Sfeir. Voilà des individus qui ne cachent pas leur grand amour pour Israël et les USA et qui ne cessent de criminaliser la Syrie. On voit leur manège. D'autant que ce sont des grands amis des Phalanges. Qui se ressemble s'assemble. Quand on voit le discours que tient Joumblatt  "Je crois que le gouvernement syrien est derrière [l’assassinat de Gemayel]. (...) Ils ont tué un ministre et des parlementaires afin de faire peur au peuple libanais. J’accuse en premier lieu le régime syrien. » « Ce fut dès le début un régime de meurtriers, et personne n’arrivera à leur faire changer de méthode. Leur dirigeant à Damas est un homme maléfique et malade. La diplomatie n’y changera rien. (...) Le Hezbollah est là, c’est un Etat dans l’Etat. Il est au service de la Syrie et payé par l’Iran. » On lui demande : "Pour qui tu roules, bonhomme ?" Quant au pauvre président libanais, il n'a plus aucun rôle. Il nous fait penser à Arafat prisonnier de sa Moukata. La même chose. Ostracisé, complètement. C'est une honte. Une honte la façon dont est traité Lahoud.

LIBAN : DERRIÈRE L’ASSASSINAT DE PIERRE GEMAYEL

Un examen attentif des événements ayant précédé l’assassinat du ministre libanais de l’Industrie Pierre Gemayel amènerait tout observateur sérieux à écarter la thèse d’une implication syrienne. En effet, la veille du crime, le ministre syrien des Affaires étrangères, Wallid Muallem, était à Bagdad où il a annoncé, de concert avec son homologue irakien, la normalisation complète des relations diplomatiques entre les deux pays. En même temps, Damas était courtisé par l’ancien secrétaire d’Etat américain James Baker, le co-président de l’Irak Study Group, qui doit bientôt rendre publiques ses recommandations sur le désengagement américain de l’Irak.

Néanmoins, les sources habituelles se sont empressées d’imputer aux Syriens l’assassinat du dirigeant libanais chrétien. Le président George W. Bush a dénoncé « avec force » les tentatives syriennes, irakiennes et autres de « fomenter l’instabilité et la violence » au Liban. Lors de son escale dans une base américaine à Hawaï, sur le chemin du retour vers Washington, après sa tournée en Asie, Bush a déclaré devant les soldats américains que « le refus de la Syrie de cesser ses efforts perpétuels pour déstabiliser le gouvernement démocratiquement élu du Liban » constituait une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Par ailleurs, dans une interview avec la radio allemande Deutschlandfunk, le dirigeant libanais druze, Walid Jumblatt, qui vient tout juste de rencontrer le vice-président américain Dick Cheney à Washington, a déclaré : « Je crois que le gouvernement syrien est derrière [l’assassinat de Gemayel]. (...) Ils ont tué un ministre et des parlementaires afin de faire peur au peuple libanais. J’accuse en premier lieu le régime syrien. » Lorsqu’on lui demanda si les pressions exercées par la France et les Etats-Unis pourraient obliger la Syrie à coopérer, Jumblatt répondit : « Ce fut dès le début un régime de meurtriers, et personne n’arrivera à leur faire changer de méthode. Leur dirigeant à Damas est un homme maléfique et malade. La diplomatie n’y changera rien. (...) Le Hezbollah est là, c’est un Etat dans l’Etat. Il est au service de la Syrie et payé par l’Iran. »

Commentant l’assassinat de Gemayel, Lyndon LaRouche a pointé du doigt Dick Cheney et la « mafia israélienne ». Il a mentionné les incessantes provocations d’Israël depuis la guerre contre le Liban en juillet 2006, en particulier, tout récemment, à l’égard des casques bleus français de la FINUL et de navires allemands croisant en Méditerranée, appartenant à la même force, car elles indiquent bien l’état d’esprit de certains cercles dirigeants israéliens.

Sources Solidarité et Progrès

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LIBAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article