Le dollar américain sur le déclin

Publié le par Adriana Evangelizt

Voilà une des raisons pour laquelle il y aura une guerre mondiale. Les Etats-Unis vivent au crochet du monde, leur déficit se montait à plus de 2000 milliards de dollars, il y a quelques mois, au mois d'Aout on en était à 4100 milliards.  Dans une récente allocution à la Banque de réserve de l'Inde, l'ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers a souligné que  «la transformation des États-Unis, la plus grande puissance économique du monde, en le plus grand débiteur du monde, a mené à une série de processus économiques qui sont «sans précédent dans l'histoire». Au lieu de fournir du capital au reste du monde, les États-Unis absorbent en fait les épargnes mondiales afin de financer son déficit de la balance des paiements.» La hausse du stock de la dette d'après l'économiste Frédéric Clairmont, " entre 1964 et 2002, elle est passée de 10 000 milliards à 30 000 milliards de dollars. Si l’on entre maintenant dans le détail de ce stock, le trait le plus frappant est la croissance phénoménale de l’endettement financier intérieur des entreprises : il est passé de 53 milliards de dollars à 7 620 milliards de dollars, soit 72 % du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis." Même les ménages pour s'en sortir sont obligés de vivre à crédit... "La montée vertigineuse de l’endettement des ménages montre que le consommateur américain vit à crédit. En quatre décennies, cet endettement est passé de 200 milliards de dollars en 1964 à 7 200 milliards en 2002. En 1985, il représentait 26 % du revenu individuel, et 40 % à la fin 2002." 

C'est sans compter que la planche à billets tourne plus que de raison pour pallier à certains trous et que la FED ment sur l'indice réel du dollar et sur sa quantité. Il est clair et net que l'instabilité amené au reste du monde par les USA ne fait qu'accroître la dette, alors comment s'en sortir quand on vit en prédateur ? Vous avez vu ce qu'il s'est passé en Irak. Ils voulaient le pétrole, ils ont été le chercher. Ils feront pareil pour ne pas rembourser leurs dettes aux autres pays. Notons que la dette envers la France était de 1,2 milliards en Aout et de 800 millions en Juillet... ajoutez septembre, octobre, novembre... + ce qu'il y avait avant. Nous nous trouvons là dans la même situation que lorsque Hitler a commencé son ascension avec le parti nazi en 1923. L'Allemagne se trouvait alors dans une inflation sans précédent où le kilo de pommes de terres coûtait 50 milliards de marks, voir ICI au chapitre Des films prémonitoires. Nul doute que le Peuple américain va bientot faire les frais de la politique impérialiste des USA et que pour faire taire sa colère tous les moyens seront bons y compris un conflit mondial.

Quand on parle des lingots d'or de Cheney... notez dans l'article ci-dessous que le FMI est le troisième détenteur d'or du monde. Quand on sait que la Réserve Fédérale de New-York ou FED est le premier détenteur au monde avec 9000 tonnes d'or et que nous ne cessons de tirer l'alarme sur l'argent qui devient de plus en plus virtuel, ceci prouve une fois de plus que Le Nouvel Ordre Mondial mis en place par les USA vise à concentrer toutes les richesses dans ce pays pour affamer les autres, bientôt...

Lire aussi Vivre à crédit le crédo des USA

Pour ceux qui comprennent l'anglais voir la vidéo Histoire de la FED

 

LE DOLLAR AMÉRICAIN SUR LE DÉCLIN

Face à la perspective d’un grand krach immobilier aux Etats-Unis en 2007 et de l’accélération des injections de liquidités par la Réserve fédérale pour y faire face, le dollar américain est déjà sur le déclin. Le 27 novembre, le taux de change euro/dollar était à 1,31, soit le plus bas depuis 18 mois et en baisse de 10 % par rapport au début de l’année. Par rapport à l’or, la chute du dollar a été encore plus rapide ces dernières semaines. Le 22 novembre, les « protecteurs contre les plongeons » ont lancé une opération de sauvetage de courte durée : selon des informations filtrées aux marchés, une commission de huit personnes du Fonds monétaire international, censée explorer des options pour améliorer les finances du FMI, était sur le point de lui conseiller d’importantes ventes de ses réserves d’or. Le FMI est le troisième détenteur d’or au monde. (Signalons la présence parmi ces huit personnes de l’ancien gouverneur de la Réserve fédérale, Alan Greenspan.)

A peu près au même moment, cependant, le directeur général du FMI, Rodrigo Rato, abordait le thème de la crise prochaine du dollar. Devant le Collège des économistes à Madrid, le 23 novembre, il a répété les balivernes sur une « économie mondiale en croissance », avant d’avertir qu’« il y a divers risques qui compromettent la perspective économique mondiale », notamment le refroidissement rapide du marché du logement américain, qui aurait des conséquences désastreuses.

Quatre jours plus tard, Ambrose Evans-Pritchard écrivait dans le Daily Telegraph de Londres : « Il y a quatre ans, une petite cellule au sein de la Commission européenne a reçu l’ordre de rédiger un rapport, à l’instigation de Paris, examinant la base juridique dans le cadre de la loi européenne pour [instaurer] des contrôles de change analogues à ceux qui existaient dans les années 1970. Elle a conclu que Bruxelles a le droit légitime de geler des flux de capitaux en provenance et à destination de l’UE, ou entre pays de l’UE, et que la décision pourrait être prise par une "majorité qualifiée" de ministres des Finances, laissant ainsi la Grande-Bretagne sans pouvoir de veto. L’un des auteurs m’a confié qu’il ne s’agissait pas d’un exercice abstrait. Il devait permettre à l’Europe d’enrayer la hausse de l’euro au cas où le dollar subirait une chute libre. L’argument fondamental consiste à dire qu’il ne faut pas permettre à Washington d’exporter les conséquences de ses propres politiques de dépenses en procédant à une dévaluation compétitive. »

Le dollar n’est pas le seul à chuter. Au moins partiellement à cause de la résurgence des carry trades à l’échelle mondiale, des monnaies à faible taux d’intérêt comme le yen et le franc suisse ont beaucoup perdu ces derniers mois. Evalué par rapport à un panier d’autres grandes devises, la monnaie japonaise a sombré à son plus bas niveau depuis 21 ans.

En même temps, on constate des fluctuations extrêmes sur les marchés des matières premières. Le 21 novembre, le prix du platine a enregistré sa plus forte hausse journalière depuis 20 ans, pour reperdre presque autant le lendemain. Trois jours plus tard, le prix du nickel atteignait son record depuis 19 ans.

Le 19 novembre, un membre de l’« équipe de protection contre les plongeons » s’est voulu rassurant dans une interview accordée au quotidien financier italien Il Sole 24 Ore : Richard Fuld, le PDG de Lehman Brothers, déclarait : « Je ne vois pas de risques particuliers ; au contraire, les hedge funds représentent un élément d’équilibre sur les marchés, qui apportent de la stabilité au système financier global. (...) J’ai vécu personnellement l’effondrement de LTCM. Ce fonds avait un très fort endettement et le marché était tellement exposé qu’il aurait été difficile de le renflouer en lui rachetant ses avoirs. Par conséquent, la Réserve fédérale de New York est intervenue avec une opération de faillite. La probabilité d’une nouvelle affaire LTCM est donc fortement réduite, grâce à l’amélioration de l’activité de gestion des risques dans le système financier. » Puisqu’il existe plus de hedge funds que de bonnes stratégies d’investissement, Fuld s’attend à une « sélection naturelle », mais, ajouta-t-il : « Je répète, sans crainte d’un risque systémique ».

Le 26 novembre, Lyndon LaRouche a déclaré : « Lors de ma conférence internet du 31 octobre 2006 à Berlin, dans mon article "Sauver l’économie américaine" paru dans l’EIR du 10 novembre, ainsi que dans mes remarques additionnelles du 16 novembre ("Organiser la reprise après le grand krach de 2007"), j’ai prévenu que non seulement le système dollar est irrémédiablement condamné, mais qu’il entraînera dans sa chute tout le système mondial, par réaction en chaîne, très bientôt, à moins que nous ne mettions en place, pratiquement dès aujourd’hui, un nouveau système dollar basé sur les principes adoptés par Franklin Roosevelt dans sa conception originale du système de Bretton Woods à taux de change fixes. »

Sources Solidarité et Progrès

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LE DANGER DES USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article