Litvinenko : Des traces de substances radioactives dans 2 avions

Publié le par Adriana Evangelizt

Nous leur conseillons aussi de regarder les avions en provenance ou en partance d'Israël puisque Livitnenko allait y voir Nevzlin... mais vu que les services secrets anglais sont infiltrés par le Mossad, il est clair que l'enquête sera diligentée dans un sens qui ne sera pas forcément le bon...

 

Litvinenko: des traces de substances radioactives

dans deux avions de ligne




L'affaire Litvinenko a connu un nouveau rebondissement mercredi soir avec l'annonce par British Airways que des traces de substances radioactives avaient été découvertes à bord de deux de ses avions dans le cadre de l'enquête sur la mort de l'ex-agent secret russe.

"British Airways a été informé que trois de ses Boeing 767 court courrier avaient été identifiés par le gouvernement britannique dans le cadre de l'enquête sur la mort d'Alexandre Litvinenko", a-t-elle indiqué.

"Les résultats initiaux des tests scientifiques, confirmés tard cet après-midi (mercredi), ont détecté de très faibles traces de substances radioactives à bord de deux des trois appareils", a-t-elle précisé.

BA ne précise pas de quel type de substance radioactive il s'agit, mais elle insiste sur le fait que selon "l'avis qu'elle a reçu, le risque pour la santé publique est faible".

Des traces de polonium 210, substance hautement radioactive retrouvée dans l'urine d'Alexandre Litvinenko, avaient jusque-là été trouvées en cinq endroits de Londres où s'était rendu l'ex-agent russe le 1er novembre avant de se sentir mal.

Ce jour-là, il avait rencontré l'Italien Mario Scaramella, consultant en Italie de la Commission Mitrokhine chargée d'enquêter sur l'éventuelle présence d'espions soviétiques dans la péninsule, dans un restaurant de sushis à Piccadilly. Ce dernier lui aurait remis une liste de "cibles" visées par les services secrets russes, sur laquelle les deux hommes auraient figuré.

Litvinenko, 43 ans, est décédé le 23 novembre dans un hôpital londonien et l'autopsie de son corps devrait avoir lieu vendredi.

Selon le détail des rotations publiées sur le site internet de BA, les appareils se sont rendus à Moscou entre le 3 et le 20 novembre. Les autres destinations sont Barcelone, Düsseldorf, Athènes, Larnaca, Stockholm, Istanbul, Madrid et Vienne.

La compagnie affirme que les trois appareils ont été retirés du service "jusqu'à nouvel ordre".

De son côté, le ministère britannique de l'Intérieur a déclaré: "Des tests ont débuté (mercredi) à bord de deux appareils à l'aéroport de Heathrow (ouest de Londres, ndlr) et des arrangements sont en cours pour des tests à bord d'un troisième appareil". Selon British Airways, celui-ci se trouve à Moscou.

Le ministre de l'Intérieur John Reid doit effectuer une déclaration à la chambre des Communes jeudi, a indiqué le Home Office.

Avant de mourir, M. Litvinenko a accusé le président russe Vladimir Poutine, dont il était un opposant déclaré, d'être responsable de son empoisonnement.

"Vous pouvez réussir à faire taire un homme, mais le grondement des protestations de partout dans le monde se répercuteront dans vos oreilles, M. Poutine, pendant le reste de votre vie", a-t-il affirmé dans une lettre posthume lue vendredi à la presse par son porte-parole Alex Goldfarb.

Ces accusations ont toujours été vigoureusement
rejetées par Moscou, qui a répété à plusieurs reprises n'avoir joué aucun rôle dans cette affaire.

Vendredi, le président Poutine a
dénoncé l'utilisation de cette mort à des fins de "provocation politique". Le Parquet général russe s'est dit "prêt" à aider les policiers britanniques.

Litvinenko, ancien colonel du FSB (ex-KGB), était depuis peu citoyen britannique.

La section antiterroriste de Scotland Yard continue
de parler de "mort suspecte".

L'enquête judiciaire sur la mort de l'ex-agent russe doit s'ouvrir jeudi. Elle sera cependant immédiatement ajournée dans l'attente des résultats de l'enquête de police.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Affaire Litvinenko

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article