Vers une victoire en Irak ? No, Sir !

Publié le par Adriana Evangelizt

Vers une victoire en Irak ? - No, Sir!




Par Vladimir Simonov

 RIA Novosti



"Pensez-vous que les Etats-Unis sont en train de gagner la guerre en Irak?" a demandé le sénateur démocrate Carl Levin à Robert Gates dont la commission des forces armées du Sénat devait approuver la candidature au poste de patron du Pentagone. "Non", a répondu M. Gates, avant de faire plusieurs autres déclarations retentissantes.

Le candidat à la succession de Donald Rumsfeld a par ailleurs déclaré une chose impensable: la voix du président ne sera pas décisive lors du débat sur "un changement de stratégie" en Irak. Et son discours ne laisse guère de doutes sur l'inéluctabilité des changements. M. Gates a non seulement exclu la possibilité d'actions militaires contre la Syrie, mais a appelé à négocier avec Damas et Téhéran. Enfin, selon M. Gates, les Etats-Unis sont en mesure de parvenir à leurs fins en Irak avec un contingent beaucoup moins nombreux qu'actuellement. En d'autres termes, le retrait des troupes, fût-il partiel, semble inévitable.

La position très anti-Bush du nouveau secrétaire à la Défense répète, aussi bizarre que cela puisse paraître, celle rendue publique récemment par son prédécesseur. Dans une note datant du 6 novembre, à savoir deux jours avant son départ, Donald Rumsfeld lance un avertissement au chef de la Maison Blanche: ce que nous faisons en Irak "ne fonctionne pas assez bien ni assez vite". L'homme considéré jusque-là comme l'idéologue numéro un de la guerre irakienne reconnaît timidement: "A mon avis, le temps est venu de réaliser des changements en profondeur".

Enfin, le rapport de la commission bipartite sur l'Irak présidée par l'ex-secrétaire d'Etat James Baker dont la publication est attendue jeudi recommanderait, à en juger par les fuites à la presse, de réduire de moitié d'ici 2008 le contingent américain en Irak, estimé actuellement à 140.000 soldats, et d'attirer les voisins de l'Irak - l'Iran et la Syrie - à la stabilisation de la situation.

Que l'administration Bush le veuille ou non, tous ces événements, certes hérétiques à ses yeux, signifient une chose: l'Amérique a entamé son retrait d'Irak, du moins dans les esprits les plus perspicaces au sein de l'élite politique bipartite, et le début de la réalisation d'une idée jadis inconcevable semble une affaire de quelques mois.

Ce n'est pas par hasard que les politologues américains se disputent à tue-tête sur les résultats de l'intervention américaine en Irak. Et on ne parle plus de victoire au sens militaire du terme. Equipée de technologies spatiales, l'armée américaine s'est retrouvée impuissante face à une résistance clandestine disparate dont les voitures piégées sont l'arme de prédilection. Désormais, cela ne fait plus de doutes.

L'Amérique a également essuyé un fiasco total, si on entend par "victoire" la greffe d'un embryon de la démocratie occidentale en Irak. Les nombreux scrutins qui ont eu lieu au cours de ces dernières années dans ce pays, que ce soit le référendum constitutionnel ou la formation solennelle de plusieurs cabinets, sentent fort le décor de théâtre, tels des contre-plaqués peints au vert censés représenter de l'herbe. Mais il suffit d'une rafale de tir déclenchée par un baasiste vindicatif, un chiite offensé ou un simple terroriste pour briser le contre-plaqué et faire revenir le public à la réalité.

Résultat, on cherche à la "victoire" une nouvelle interprétation. L'Amérique serait donc en train de gagner la guerre en Irak, car elle serait prochainement en mesure de confier la pacification du pays aux autorités légitimes, et que seuls les Irakiens seraient capables d'enrayer le chaos dans leur propre pays, ne serait-ce qu'avec l'assistance américaine.

Seulement, personne ne se pose la question, fort simple, de savoir si les Irakiens sont réellement capables de rétablir la paix en Irak, que ce soit aujourd'hui ou dans un avenir prévisible. Mais alors ce ne sera plus l'affaire des Etats-Unis.

Sources
Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAK

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean 12/12/2006 10:53

Ca y est, les comiques du Pentagon semble avoir enfin compris qu'ils se sont mis les pieds dans un nouveau Vietnam ... il leur en aura fallu du temps !
Bien sûr avec des boss aussi cons que les néocons, on peut comprendre !
Espérons que tous les pauvres Boys engagés dans cette pitoyable aventure pétrolière irakienne pourront rapidement rentrer chez eux et que les pauvres irakiens ne devront plus longtemps supporter les tueries organisées par les forces d'Al qaida impotées par l'envahisseur, ni voir leur nation détruite, pour satisfaire la seule avidité des grandes companies pétrolière anglo-saxonnes controlée par qui l'on sait !
Voilà exprimé mes meilleurs Voeux pour le moyen orient en ces fêtes de fin d'année 2006.