Le rapport Baker vu par les Israéliens

Publié le par Adriana Evangelizt

On en connait qui doivent trépigner... attention aux coups tordus à venir...

Dans la liste des personnalités consultées

par la commission Baker-Hamilton

uniquement deux israéliens !


La liste est aussi longue qu’un annuaire téléphonique, mais n’y figurent que deux Israéliens, dont un par erreur, note Nahoum Barnéa, l’éditorialiste du Yediot Aharonot. “Ceci nous montre la place marginale qu’occupe Israël dans l’esprit des auteurs” de ce rapport.

Le rapport Baker-Hamilton, écrit Barnéa, “ignore quasiment Israël. Ce pays qui, pendant quatorze ans a bénéficié de l’attention excessive des administrations Clinton et Bush, se voit maintenant, à la lumière de la catastrophe en Irak, ramené à ses justes proportions”.

A présent, poursuit le commentateur, les Américains ne désirent qu’une chose : rentrer chez eux. C’est le message qu’ils ont fait passer par les urnes à leurs deux partis politiques. Cette vague portée par l’opinion publique américaine est tellement puissante, qu’aucun président ne peut y résister, et encore moins un gouvernement étranger comme le gouvernement israélien.

Reste donc à savoir, non pas si Israël peut empêcher l’application du rapport, mais si l’Iran et la Syrie accepteront d’aider les Etats-Unis à sortir d’Irak en échange de tout ce qui est stipulé dans le rapport : leur exclusion de « l’axe du mal », la tenue d’une conférence internationale de paix et l’évacuation de la totalité du Golan et de la Cisjordanie.

Pour les Israéliens, cela peut sembler beaucoup et pour les Syriens aussi. Mais, estime Nahoum Barnéa, cela risque de ne pas satisfaire le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, dont les objectifs vont bien au delà.

Sources Israel Valley

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAN ISRAEL

Commenter cet article