Nations Unies : les résolutions bafouées

Publié le par Adriana Evangelizt

Il faut bien comprendre que l'ONU a d'abord été créée par des idéologues sionistes appartenant tous à des loges maçonniques dont le B'nai B'rith et qu'elle a été créée pour couvrir toutes les exactions tant de l'armée que des milices israéliennes. Sinon comment expliquer qu'Israël soit entré à l'ONU quelques mois après que leurs milices aient assassiné le médiateur de l'Organisation, le compte Folke de Bernadotte et qu'ils y soient entrés alors que l'on savait très bien qu'ils avaient poussé des millions de palestiniens à fuir et qu'ils commettaient des massacres ? Il faut d'abord noter la couleur du logo de l'ONU et celui du drapeau d'Israël, là vous avez déjà un début d'énigme... quant aux deux branches qui sont autour, nous en connaissons la signification exacte que nous livrerons bientot sur un autre site...

Nations Unies : les résolutions bafouées

par Jean Isnard

Le 12 juin 1941, un document signé par les neuf gouvernements européens en exil à Londres déclarait : " Après que nous ayons remporté la victoire, devrons-nous continuer à vivre dans la crainte d'une nouvelle guerre ? Ne pourrions-nous pas nous assigner un but plus élevé que la victoire militaire ? Ne serait-il pas possible de rendre la vie meilleure pour tous les pays et pour tous les peuples et détruire ainsi, une fois pour toutes, les germes de la guerre ? "

Le 7 octobre 1944, les représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la Chine et de l'URSS se réunissaient à l'hôtel de Durnbarton Oaks et proposaient à tous les peuples du monde un projet d'organisation mondiale. Aujourd'hui, deux instances dominent la vie des Nations unies. L'Assemblée générale, aux travaux de laquelle participent de droit tous les États, et le Conseil de sécurité, composé de onze États membres, dont cinq permanents.

Ces deux structures produisent des " Résolutions " mais seul le Conseil de sécurité jouit du pouvoir de " prendre des mesures militaires contre un agresseur. "
Il s'agit de la 678, du 29 novembre 1990. Elle autorisait " les États Membres, qui coopèrent avec le gouvernement koweïtien... à user de tous les moyens nécessaires pour faire appliquer la résolution 660 (1)... pour rétablir la paix et la sécurité internationales dans la région... " Résultat, le 17 janvier 1991, les alliés lançaient leur offensive aérienne contre l'Irak. Le 24 février 1990, débutait l'attaque terrestre.

De l'Assemblée générale, une autre Résolution fait date. La 181, du 29 novembre 1947, sur " la question palestinienne, " établissant " le plan de partage " du protectorat britannique entre " les juifs et les Arabes. " Ainsi naquit Israël, d'une Résolution des Nations unies. La seule légitimité dont puisse se réclamer l'Etat juif, une absence de 1900 ans valant un abandon de souveraineté.

Les Israéliens n'en furent pas très reconnaissants. Ils ont traité par le mépris la plupart des 263 Résolutions du Conseil et des 233 de l'Assemblée les concernant, quand elles les " priaient " d'agir de manière plus civilisée avec les Palestiniens ou de quitter le territoire du Liban.

La Résolution 89, du 17 novembre 1950, émise par le Conseil de sécurité, par exemple, " invitait " au " rapatriement des Arabes " des terres dont ils avaient été chassés.

La Résolution 242, du 22 novembre 1967, " soulignant l'inadmissibilité de l'acquisition de territoire par la guerre " demandait " le retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés... "

La Résolution 452 du 20 juillet 1979, enfin, estimait que " la politique d'Israël qui consiste à établir des colonies de peuplement dans les territoires arabes occupés n'a aucune validité en droit et constitue une violation de la Convention de Genève (2) relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre... "

Il est vrai, Israël n'est pas seul à fouler aux pieds les Résolutions des Nations unies. Quand ils n'obtiennent pas le soutien des autres pays, les Américains agissent de même. On l'a vu lorsque, déclenchant en 2003 la guerre contre Saddam Hussein, ils ont dépêché leur armée en toute illégalité.

Autre cas, celui de la Résolution 54/21 de l'Assemblée générale, du 18 novembre 1999, évoquant la " Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier appliqué à Cuba par les États-Unis. " Ceci parce ce qu'une Résolution précédente, la 51/22, prohibait déjà les blocus " imposés unilatéralement par un État quel qu'il soit. "

On comprend les États-Unis et Israël mal placés pour réclamer des sanctions contre les pays qui violent les lois internationales.


Notes

(1) La résolution 660 exigeait " que l'Irak retire immédiatement et inconditionnellement toutes ses forces " du Koweït.
(2) Promulguée le 12 août 1949.

Sources Recherche sur le Terrorisme

Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans USA-ISRAËL

Commenter cet article