Israël prêt à régler lui-même le problème iranien

Publié le par Adriana Evangelizt

Avoir mis Avigdor Lieberman aux affaires iraniennes, c'est un peu comme si on mettait le Pen à l'Immigration ou feu Himmler pour s'occuper des handicapés, des homosexuels ou des minorités... la même chose. Les sionistes de l'Est n'en auyant rien à faire des Peuples, y compris du Peuple Israélien, ils poursuivent leur but qui est celui du grand Eretz Israël et tant pis s'il faut pour cela transformer tous les pays qui sont autour en désert. Le tort de l'Iran est d'avoir compris comment fonctionne le Sionisme. Nus avons posé ICI une petite démonstration avec cartes et citations à l'appui pour montrer combien ils envisagent de créér un Etat Palestinien...

Si Israël attaque l'Iran, alors le Sionisme aura gagné. Il n'y aura plus de Palestine et plus d'Israël. Car imaginez un grand boum sur Dimona et autres sites "nuclérisé"... faut-il être un sinistre idiot infatué à une idéologie dangereuse pour ne pas comprendre cela.

 

Israël doit être prêt à régler lui-même

 le problème nucléaire iranien

 (ministre israélien)





JERUSALEM, 8 décembre - RIA Novosti. Le ministre israélien pour les Affaires stratégiques, Avigdor Liberman, estime que son pays pourrait régler lui-même le problème nucléaire considéré ici comme le danger numéro un pour la sécurité et l'existence de l'Etat hébreu.

"Ma position première, c'est qu'Israël devra seul régler le problème iranien. Je ne mise ni sur une aide, ni sur la compréhension, ni sur les leçons de l'histoire", a dit Avigdor Liberman, chargé du dossier nucléaire iranien au sein du gouvernement israélien, interrogé par RIA Novosti.

Ordinairement les précédents dirigeants du pays laissaient entendre qu'Israël préférait s'abstenir de démarches indépendantes dans la solution du problème iranien et laisser le rôle de "premier violon" aux Etats-Unis.

Après les élections au Congrès, dont les résultats ont fait naître un danger de dérive de la politique proche-orientale américaine vers l'isolationnisme et le multilatéralisme, les déclaration des politiques israéliens se font plus musclées. Ainsi, le vice-ministre de la Défense, Ifraim Sneh, a déclaré qu'il n'excluait pas que l'Etat hébreu puisse recourir à la force contre l'Iran.

"Pour nous le problème iranien n'a rien de théorique, c'est une question d'être ou de ne pas être... Nous allons donc devoir travailler dessus", a souligné Avigdor Liberman sans fournir de précisions sur les moyens qu'il entendait utiliser pour contrecarrer le programme nucléaire de l'Iran.

Sources
Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAN ISRAEL

Commenter cet article