Nuclléaire : La Chine choisit les USA au détriment de la France

Publié le par Adriana Evangelizt

Il n'y a rien d'étonnant là-dedans vu l'énorme dette que les Américains ont envers les Chinois.  Si les Chinois ont signé ce contrat de plusieurs milliards de dollars, c'est dans un but purement mercantile, cela épongera -un peu- la dette que contractée par les USA et qu'ils n'arrivent pas à combler... et cela se fait, bien sûr, au détriment de la France. Business is business.

Centrales nucléaires en Chine:

Westinghouse obtient un contrat

au détriment d'Areva




La Chine a attribué samedi à l'américain Westinghouse, contrôlé par le japonais Toshiba, un contrat très convoité de plusieurs milliards de dollars pour la construction de quatre réacteurs de troisième génération, au détriment du groupe français Areva.

"La Chine a accepté d'acheter quatre nouveaux réacteurs nucléaires à Westinghouse Electric Company. Cela représente un engagement des Chinois pour un montant de plusieurs milliards de dollars qui créera 5.500 emplois aux Etats-Unis", a déclaré le secrétaire américain à l'Energie Samuel Bodman, soulignant aussi que cela aiderait à alléger l'énorme déficit commercial avec la Chine.

Pékin a choisi le réacteur à eau pressurisée AP1000 de Westinghouse, groupe racheté au début de l'année par Toshiba, plutôt que l'EPR d'Areva, pour "la technologie elle-même, le transfert de technologie, la méthode de coopération et les questions d'autosuffisance et de localisation de technologie", ont affirmé les autorités chinoises dans un communiqué.

L'appel d'offres avait été lancé en septembre 2004.

"C'est la technologie la plus avancée au monde", a affirmé le président de Westinghouse Stephen Tritch à l'occasion de la signature du protocole d'accord à Pékin, en marge d'une réunion sur l'énergie réunissant la Chine, les Etats-Unis, l'Inde, le Japon et la Corée du Sud.

Le contrat porte sur la construction de quatre réacteurs de 1.100 megawatts chacun répartis à Sanmen, dans la province orientale du Zhejiang, et Yangjiang, dans le Guangdong (sud), entrant dans le cadre de l'accroissement du parc de centrales voulu par le gouvernement pour augmenter la part du nucléaire dans la production d'énergie.

Les centrales pourraient être prêtes en 2013, a précisé M. Tritch, qui n'a pas donné d'autres détails.

"C'est un grand jour pour l'industrie nucléaire américaine. Cet accord est bon pour le peuple chinois et le peuple américain", a déclaré M. Bodman, lors de la cérémonie de signature, en compagnie de Ma Kai, président de la Commission nationale pour le développement et la réforme, principal organe de planification chinois.

"C'est seulement le début. Nous devons encore beaucoup travailler pour réaliser des centrales nucléaires fiables et sûres", a indiqué M. Ma.

Dans un communiqué, la Commission a souligné que les besoins énergétiques de la forte croissance chinoise apportaient à l'industrie nucléaire "des opportunités inédites".

"Le développement vigoureux du nucléaire chinois entraînera certainement une renaissance de l'industrie nucléaire mondiale", assure le texte.

A Paris, le ministère français de l'Economie a "pris note" samedi du choix de Pékin. "Un émissaire du gouvernement chinois doit être reçu à Paris dans les tous prochains jours pour faire le point de la situation", selon son communiqué.

La direction d'Areva, contactée par l'AFP, n'a pas fait de commentaire.

Le président français Jacques Chirac avait profité d'une visite officielle en Chine en octobre pour plaider en faveur d'Areva, présent dans le nucléaire chinois depuis 26 ans, "face à un projet qui n'existe que sur le papier, de la part de gens qui n'ont rien construit depuis longtemps".

Cependant, il avait reconnu une dimension politique à ce contrat, expliquant qu'il existait "une question d'équilibre du commerce extérieur de la part des Chinois qui ne joue pas en notre faveur".

Lors du sommet de jeudi et vendredi, les Américains, le secrétaire au Trésor Henry Paulson en tête, avaient de nouveau appelé leurs partenaires chinois à des "résultats tangibles" pour régler les contentieux, mettant en garde contre la montée d'un sentiment de protectionnisme aux Etats-Unis.

La Chine compte pour plus du tiers dans l'énorme déficit commercial (41% en octobre) des Etats-Unis.

La décision chinoise "aidera notre balance des paiements, c'est un marché de plusieurs milliards de dollars", a souligné M. Bodman.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans NUCLEAIRE

Commenter cet article