Les activités nucléaires de l'Iran sanctionnées samedi

Publié le par Adriana Evangelizt

 Il est clair que cette résolution va ouvrir la voie à la guerre. Les visées israélo-étatsunienne sont enfin arrivées à leurs fins. Le lobbying intensif des va-t-en-guerre comme Netanyahou le corrompu a porté ses fruits pour de futures destructions. L'Iran gêne car il combat le Sionisme. On se trouve là dans le même schéma que pour l'Irak... il est fort à craindre que l'année 2007 sera l'année de tous les dangers pour le monde entier... profitez de la vie, le futur sera moins réjouissant...

 

Les activités nucléaires de l'Iran sanctionnées samedi à l'Onu




Le Conseil de sécurité de l'ONU vote samedi pour adopter une résolution sanctionnant l'Iran pour ses activités nucléaires sensibles, ont annoncé les diplomates vendredi soir après d'ultimes marchandages entre les six pays chargés du dossier nucléaire iranien.

"Nous allons voter demain (samedi) à 11H00" (16H00 GMT), a déclaré à la presse l'ambassadeur de France, Jean-Marc de La Sablière, à l'issue d'une séance plénière du Conseil lors de laquelle il a présenté, avec son collègue britannique Emyr Jones Parry, une version une nouvelle fois amendée du projet.

Le président du Conseil pour décembre, l'ambassadeur du Qatar Abdulaziz al-Nasser, a confirmé ce scénario pour samedi. Le vote avait été initialement programmé pour vendredi mais jeudi la Russie, imitée par la Chine, avait demandé un report d'au moins 24 heures.

La nouvelle version du texte, qui a été distribuée à la presse,
comporte des changements extrêmement techniques par rapport à la précédente, qui n'affectent pas l'architecture ni la substance générale du texte. Ces changements d'apparence mineure ont soulevé la question de savoir pourquoi l'ambassadeur de Russie, Vitaly Tchourkine, avait insisté pour un report.


Selon plusieurs diplomates, le président russe Vladimir Poutine, en déplacement à Kiev vendredi, souhaitait examiner le texte en personne avant le vote et devrait le faire samedi à Moscou. Un diplomate occidental a estimé que le texte amendé devrait être approuvé très largement, peut-être même à l'unanimité. Le projet prévoit essentiellement des sanctions économiques et commerciales contre l'Iran dans les domaines touchant aux technologies sensibles en matière nucléaire et balistique, pour son refus de suspendre l'enrichissement d'uranium. La Russie a bataillé pendant des semaines pour atténuer les sanctions contre l'Iran, où elle a d'importants intérêts économiques. Pour aboutir avant Noël, les Européens lui avaient fait mercredi une concession importante en supprimant du projet une interdiction de voyager à l'étranger qui devait viser 12 ressortissants iraniens liés aux programmes nucléaire ou balistique de leur pays.

Cette mesure a été transformée en une simple restriction aux voyages de ces personnes, à l'insistance de la Russie. Le projet comporte toujours un gel des avoirs financiers à l'encontre de 11 entités iraniennes liées aux programmes nucléaire ou balistique, dont Moscou aurait aimé réduire le champ. De leur côté, les Etats-Unis, qui ont laissé les Européens être maîtres d'oeuvre du projet, auraient préféré un texte plus musclé.

Les discussions sur les termes du texte, tantôt à l'ONU, tantôt dans les capitales des Six (Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne) auront duré deux mois exactement, le projet de résolution ayant été mis en circulation le 23 octobre. Près de quatre mois ont passé depuis l'expiration de la date butoir - le 31 août - fixée à l'Iran par la résolution 1696 du Conseil de sécurité pour suspendre l'enrichissement d'uranium sous peine de sanctions.

Les Occidentaux craignent que l'Iran, sous couvert de nucléaire civil, ne cherche à se doter de l'arme atomique. Téhéran a démenti de telles intentions, affirmant que sa volonté est seulement de développer ses capacités énergétiques. En Iran, un responsable a minimisé les effets de la résolution, affirmant que la République islamique ne céderait pas sur son programme nucléaire. "Nous devrions dire aux ennemis étrangers que ceci est la nation islamique: que vous adoptiez une résolution ou quelque acte hostile que ce soit (...) notre peuple y résistera", a dit l'influent ayatollah Ahmad Janati, lors de la prière du vendredi à Téhéran.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans IRAN ISRAEL

Commenter cet article