La video pirate de l'execution de Saddam devient affaire d'état

Publié le par Adriana Evangelizt

D'abord il y a une question que l'on se pose, pourquoi tant d'hommes masqués assistaient à l'assassinat ? On en voit quatre. Dont un qui descend l'escalier filmé par le fameux anonyme. En tout cas comme on peut le constater ci-dessous, le visage de Saddam ne présente aucune blessure et aucune trace de sang...

On n'imagine sans peine ce qu'il s'est passé par la suite pour qu'on en arrive à ce résultat. On a l'impression qu'il a le cou tranché. Il serait intéressant d'ouvrir le cercueil pour voir de visu de quoi il retourne exactement...

La vidéo pirate de l'exécution de Saddam

devient affaire d'Etat



La polémique sur la vidéo pirate de l'exécution de Saddam Hussein, vraisemblablement tournée par un haut responsable irakien, prend mercredi des allures d'affaires d'Etat et met en difficulté le Premier ministre Nouri al-Maliki, qui s'est engagé à punir le coupable.

Par ailleurs, le demi-frère de Saddam et ancien chef des renseignements Barzan al-Tikriti, et l'ancien président du tribunal révolutionnaire Awad al-Bandar, condamnés à mort en même temps que Saddam Hussein, devraient être exécutés jeudi à l'aube, selon un collaborateur du Premier ministre qui a requis l'anonymat.

Interrogé par l'AFP, un autre proche du Premier ministre, Sami Al-Askari, a refusé de confirmer cette information, indiquant simplement que les deux hommes seront pendus après les "congès" de la fête de l'Aïd al-Adha (fête musulmane du sacrifice), qui prennent fin mercredi soir en Irak pour les chiites.


Selon ses proches, le Premier ministre Maliki est déterminé à punir l'auteur de la vidéo pirate de la pendaison de Saddam Hussein. Une enquête officielle a été ouverte pour identifier la personne qui a filmé avec son téléphone portable samedi l'intégralité de l'exécution de l'ancien président, dont la bande-son révèle que des témoins ont scandé le nom du chef radical chiite Moqtada Sadr, tandis que d'autres ont insulté le supplicié.

Cette commission d'enquête comprend trois personnes. M. Maliki "prend très au sérieux cette enquête, et il veut punir le responsable, quelqu'il soit", a déclaré un député chiite proche de M. Maliki, qui a requis l'anonymat. Selon le procureur général auprès du Haut tribunal pénal irakien Mounqith al-Faroun, présent à la pendaison, seuls deux témoins disposaient de téléphone portable parmi la vingtaine de personnes présentes. "Tous deux étaient des hauts responsables du gouvernement", a-t-il souligné mardi sur la chaîne al-Jazira, refusant cependant de les nommer.

Parmi les rares spectateurs n'ayant pas eu leur téléphone portable confisqué, figurait notamment le Conseiller national à la sécurité, Mouaffaq al-Roubaïe, injoignable ce mercredi pour commenter ces informations. Condamné à mort le 5 novembre 2006 pour "crime contre l'humanité", Saddam Hussein a été pendu samedi à l'aube à Bagdad par les autorités irakiennes. Une vidéo pirate mais complète de l'exécution avait été diffusée le lendemain sur internet, provoquant un profond émoi au sein de la communauté sunnite irakienne et des pays arabes de la région.

Les partisans de Saddam Hussein ont continué à lui rendre hommage mercredi, dans son ancien bastion de Tikrit (180 km au nord de Bagdad) ou dans son village natal de Aouja, à 4 km de là, où il a été enterré dimanche.

Sur le plan des violences, les attaques et attentats commis en Irak sont depuis plusieurs jours nettement moins nombreux qu'à l'ordinaire, en raison des congés de l'Aïd al-Adha, la fête du sacrifice, qui s'achèvent mercredi soir.

Le cheikh de la puissante tribu des Beni Tamim a cependant été enlevé et assassiné près de Bagdad, selon un de ses proches qui a accusé des miliciens chiites de l'armée du Mahdi de l'avoir jeté du haut d'un immeuble dans le quartier chiite de Shouala, dans l'ouest de Bagdad. Cheikh Hamed Mohammed Souhaïl, 75 ans, un modéré, dirigeait la tribu irakienne des Beni Tamim, dont les membres sont également établis dans la quasi-totalité des pays arabes du Moyen-Orient. La tribu des Beni Tamim compte près d'un tiers de sunnites pour deux tiers de chiites en Irak, mais cheikh Souhaïl était de confession sunnite.

Enfin, l'armée américaine a annoncé la mort d'un soldat dimanche dans l'explosion d'une bombe artisanale au sud de Bagdad, portant à 111 le nombre de militaires américains morts en Irak en décembre 2006, ce qui en fait le mois le plus meurtrier depuis novembre 2004.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt


Commenter cet article

mehdi mountather 21/11/2016 10:50

Le chiisme et le wahhabisme aucune relation avec l'islam donc aux chiites de mettre fin aujourd'hui urgent en chiisme en Iran pour éviter la mort par ces punitions d'ALLAH séisme plus 6 tsunami les inondations engloutissement grondement Sayha météorite tornade si la fin du monde 25.11.2016 pour éviter l'enfer et pour éviter Daech a l'enfer.