Pendaison de Saddam Hussein, sacrilège contre l'Islam

Publié le par Adriana Evangelizt

Sacrilège contre l'Islam

Sacrilege Against Islam :

Is This What George W. Bush Wants?

 



«Qui veut noyer son chien, l'accuse de la rage». George Walker Bush avait juré d'avoir la peau de Saddam Husseïn quoi qu'il en coûte. Il l'a eue au terme d'un simulacre de procès, bourré d'irrégularités, de mensonges, de ruses et de grossières manipulations. Samedi 30 décembre, à 6 heures du matin (heure locale), l'ancien maître de Bagdad a été exécuté de sang froid par strangulation en présence des représentants de l'Oncle Sam.

Comble de cynisme et de cruauté, sa mise à mort a été filmée avec force détails à la manière des films western dont GWB est friand.

Dire, comme certains hommes liges de Washington veulent le faire croire, que cette décision est «purement irakienne» et qu'elle émane de la volonté souveraine du pouvoir en place à Bagdad, c'est prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. Ce meurtre — car, c'en est un — est une décision purement américaine. Le pensionnaire de la Maison-Blanche, tout englouti qu'il est dans la mélasse du marécage mésopotamien, était pressé d'appliquer la sentence de mort, à la veille de l'entrée en fonction du nouveau Congrès à dominante démocrate, pour présenter le «butin» comme une «formidable victoire» de son Administration en Irak. Nouri al-Maliki, pantin parmi les pantins, n'a fait qu'obtempérer à l'ordre de son maître.

Le choix de la date du 30 décembre, jour de fête des musulmans, n'est aucunement fortuit. A travers cette date sacrée, l'homme de Washington visait à faire parvenir à bonne destination deux messages essentiels : montrer Saddam Husseïn, le «héros arabe» devenu le symbole de la résistance anti-impérialiste sous un jour peu glorieux, celui d'une «loque humaine» qu'on immole à l'instar d'un agneau le jour de l'Aïd. Ce message — on l'a bien compris — s'adresse, bien sûr, aux Chefs d'Etat arabes réfractaires à l'ingérence des Etats-Unis et à leur poussée impérialiste. Il a valeur de mise en demeure à peine maquillée.

Le second exprime de manière on ne peut plus limpide l'islamophobie bushienne. Il fait partie de ce sentiment de haine implacable que voue le misanthrope texan au teint basané. Jamais un président américain n'a offensé l'Islam et les musulmans autant que George Walker Bush. Jamais, avant lui, un président US n'a foutu autant de pagaille dans les relations internationales, ni autant piétiné les valeurs qu'il prétend défendre. L'Amérique du droit, de la justice et de la liberté, que nous avons admirée sur nos bancs d'écoliers, appartient désormais au passé. Le cow-boy de la Maison-Blanche l'a enterrée avec sa politique tordue.

Selon un sondage effectué fin novembre dans trois pays alliés des USA — la Grande-Bretagne, le Mexique et le Canada — George W. Bush est considéré comme une menace sérieuse pour la paix mondiale. Les habitants de ces pays, qui ont pourtant de forts liens avec les Etats-Unis, placent le président US aux côtés des chefs d'Etat des pays qu'il a lui-même inclus dans le fameux «axe du mal». Le Mexique, avec 83% des sondés et le Royaume-Uni avec 78% le placent même en seconde position, juste derrière Oussama Ben Laden (91%) en tête des personnages dangereux.

«Quand je sens que je vais à la mort, j'emporte tout le monde avec moi», disait le général Dayan. Cette funeste devise de l'ancien ministre de la guerre israélien semble inspirer le président américain aujourd'hui embourbé jusqu'au cou sur tous les terrains.
L'exécution de Saddam Husseïn dans les conditions que l'on sait est, à cet égard, lourde de conséquences. Elle renferme les germes d'une immense conflagration propre à déchiqueter non seulement l'Irak mais l'ensemble de la région. Est-ce cela que vise George W. Bush ?

Sources Watching América

 

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article

André 12/01/2007 22:34

Tout meurtre, toute exaction commise au nom de Dieu est le plus grand blasphème qui soit. L'antichrist de Washington qui ouvre les conseils de ses ministres par une prière, qui dit que Jésus est son prophète préféré et qui est responsable de la mort de centaines de milliers de personnes est  le plus garnd des blasphémateurs, autant qu'Hitler qui osait dire "Gott mit uns".