Début du procès des attentats ratés de Londres

Publié le par Adriana Evangelizt

Vous commencez à connaître notre opinion sur la manipulation Al Qaïda, nous en avons déjà parlé ICI... car Blair a bien stipulé que c'était l'oeuvre de la "nébuleuse" , or dans l'immédiat, il semblerait que l'on ne parle plus de l'implication probable de la fantomatique organisation. N'est-ce pas bizarre ? Le fait que Netanyahou se trouve à Londres ce jour-là et qu'il ait été informé de l'attentat à l'avance est déjà un signe. Quand on apprend qu'un expert israélien, présent sur le terrain,  affirme que c'est l'oeuvre de kamikase, on reste sur nos gardes. Bref, si vous êtes intéressés par la manipulation Al Qaïda, tous les articles sont regroupés dans cette catégorie...

Début du procès des attentats ratés

du 21 juillet 2005 à Londres

Le procès de six hommes accusés des attentats ratés du 21 juillet 2005 à Londres a débuté lundi dans la capitale britannique, ravivant le souvenir d'un mois particulièrement traumatisant pour les Londoniens qui en deux semaines avaient subi deux vagues d'attentats dans les transports en commun.

Ceux du 21 juillet n'avaient pas fait de victime, les bombes n'ayant pas explosé. Mais ils étaient intervenus deux semaines jour pour jour après ceux du 7 juillet, qui avaient fait 56 morts et plus de 700 blessés.

Ils avaient créé la panique dans une capitale encore traumatisée, d'autant que leurs auteurs avaient procédé selon un scénario semblable à celui du 7 juillet, lançant quatre opérations simultanées dans trois rames de métro et un autobus.

Les inculpés, "kamikazes en puissance" pour cinq d'entre eux, projetaient "des attaques suicide meurtrières" dans le cadre d'un "complot musulman extrémiste" contre les transports en commun, a affirmé au début du procès le procureur Nigel Sweeney.

Le sixième avait pris part aux préparations, mais "quitté le pays six semaines avant le 21 juillet", a-t-il ajouté.

Le procureur a précisé que l'appartement dans le nord de Londres de l'un des accusés, Yassin Omar, avait servi d"atelier" pour fabriquer leurs bombes.

Les six hommes, tous musulmans, tous d'origine africaine, qui habitaient à Londres et ses environs, sont jugés sous strictes mesures de sécurité devant le tribunal de Woolwich (est de Londres) pour conspiration de meurtre et conspiration pour provoquer des explosions.

Ils plaident tous non coupables.

Les inculpés sont Hussain Osman, 28 ans, Manfo Kwaku Asiedu, 33 ans, Ramzi Mohammed, 25 ans, Muktar Said Ibrahim, 28 ans, Yassin Omar, 26 ans, Adel Yahya, 24 ans, ce dernier étant celui inculpé pour avoir participé aux préparatifs.

Leur arrestation avait été facilitée par les caméras de surveillance, très présentes dans les transports en commun londoniens.

Hussain Osman, également connu sous le nom de Hamdi Issac, avait été arrêté en Italie le 29 juillet 2005 et extradé vers le Royaume-Uni le 22 septembre.

La sélection des jurés a eu lieu la semaine dernière, et ce sont au final neuf femmes et trois hommes qui décideront de leur sort, à l'issue d'un procès prévu pour durer quatre mois.

Rappelant le "choc" et "la confusion" causés par le drame du 7 juillet, le juge Adrian Fulford leur avait dit au moment de leur désignation qu'ils devaient "rester imperméables à l'émotion, et (...) à tout sentiment d'inquiétude que vous pourriez avoir eu en 2005."

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article