34 000 civils tués en Irak en 2006

Publié le par Adriana Evangelizt

34 000 morts en décembre et juste pour le mois de novembre et décembre 6367 ont été assassinés après avoir été torturés. Comme vous avez pu le lire dans l'article posé cette nuit, les mercenaires de l'axe sionisto-américain sont à l'oeuvre. En ajoutant ces 34 000 aux 655 000, on peut se rendre compte combien les crimes de Saddam sont courts à côté. Mais maintenant, nous le savons, les plus grands criminels que la terre aient pu porter règnent en maîtres sur elle. Ils font pendre tous ceux qui gênent leur plan d'annexion du monde. Nous vivons à l'ère du crime mais il y a plus fort que ces meurtriers, tous puissants qu'ils se croient. La Mère Nature va leur montrer que rien ne leur appartient. Absolument rien. Même pas leur vie.

Irak: plus de 34.000 civils tués dans des violences en

2006 selon l'ONU

Plus de 34.000 civils ont été tués et 36.000 blessés dans les violences en Irak en 2006, ont annoncé les Nations unies dans un rapport publié mardi.

Selon ce rapport bimensuel sur les droits de l'homme pour novembre et décembre 2006, "6.367 civils ont été tués et au moins 6.875 blessés dans des actes de violence en novembre-décembre, ce qui porte à 34.452 le nombre total de civils tués et à 36.685 celui des blessés au cours de l'année 2006".

"La situation est particulièrement grave à Bagdad, où la plus grande partie des personnes tuées et des corps non identifiés retrouvés quotidiennement portent également des traces de torture", ont souligné les Nations unies.

Par ailleurs, plusieurs centaines de personnes ont rendu hommage mardi à Barzan al-Tikriti et à Awad al-Bandar, pendus lundi à Bagdad, qui reposent auprès de Saddam Hussein, dans le village natal de l'ancien président à Aouja, au nord de Bagdad.

Une vaste tente de deuil a été dressée, conformément à la tradition irakienne, près du jardin où reposent les corps de Barzan et de Bandar, chacun sous un petit monticule de terre recouvert du drapeau irakien.

Des centaines d'Irakiens se sont rassemblés dans la tente de deuil, où ils écoutent des versets du Coran, avant de se rendre sur la tombe des deux hommes: certains, à genoux, embrassent alors la terre du jardin.

Parmi les personnes rassemblées se trouvent le chef de la tribu de Saddam Hussein, les Albou Nasser, Ali al-Nida, ainsi que le fils et les cousins d'Awad al-Bandar.

Ce jardin se situe autour de l'édifice où Saddam Hussein est enterré, appartenant à sa famille et habituellement réservé à l'exposition publique des corps et aux cérémonies funéraires, dans son village natal d'Aouja, en périphérie de Tikrit (180 km au nord de Bagdad).

Le demi-frère de Saddam, Barzan al-Tikriti, ex-chef des services de renseignement, et Awad al-Bandar, ancien président du tribunal révolutionnaire, avaient été condamnés à mort par le Haut tribunal pénal irakien, en même temps que Saddam Hussein, le 5 novembre 2006, pour le massacre de 148 villageois chiites.

Ils ont été pendus lundi dans le plus grand secret, deux semaines après l'exécution de l'ancien président le 30 décembre à Bagdad.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article