Bruxelles critique les frappes américaines en Somalie

Publié le par Adriana Evangelizt

Bruxelles critique les frappes américaines en Somalie


La Commission européenne a critiqué ce lundi 15 janvier les récentes opérations militaires américaines en Somalie. "Quelles que soient leurs motivations, ces attaques militaires sont préoccupantes", a déclaré le commissaire européen au Affaires humanitaires Louis Michel, jugeant que la priorité devrait être la réconciliation nationale d'un pays ravagé par la guerre.

Les 7 et 8 janvier derniers, un AC-130 de l’armée américaine basé à Djibouti a frappé des cibles des forces des islamistes dans le sud de la Somalie, près de la frontière kenyane. Selon le Pentagone, ces raids visaient des agents d’Al-Qaida recherchés pour leur rôle dans les attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam en 1998.

Les tribunaux islamistes, accusés d’abriter des membres d’Al-Qaida, contrôlaient jusqu’il y a peu une partie de la Somalie, dont la capitale Mogadiscio, mais ils sont en déroute depuis l’offensive lancée fin décembre par les troupes éthiopiennes et celles du gouvernement de transition.

Une paix qui s'annonce difficile

Après la défaite des islamistes, l’établissement de la paix et la stabilité s’annonce difficile dans ce pays ravagé par la guerre et divisé entre de nombreux clans. L’Union européenne a appelé au remplacement rapide des troupes éthiopiennes par une force internationale de paix, craignant que le gouvernement de transition perdre son soutien populaire.

Selon Louis Michel, les frappes aériennes américaines risquent de provoquer une escalade des violences. Un point de vue partagé par l’Italie et par la France. A Paris, le ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy a déclaré que les raids américains «compliquent la situation en Somalie et peuvent accroître les tensions, qui sont déjà vives dans ce pays».

Cependant, à l’intérieur même de la Commission européenne, les positions divergent. Mercredi dernier, le vice-président de la Commission Franco Frattini déclarait qu’il «fallait combattre les bases d'Al-Qaeda en Somalie», ajoutant que «le problème n'était pas les Américains mais les terroristes».

Sources
Makeurope

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans AFRIQUE

Commenter cet article