Bush passe outre le Congrès

Publié le par Adriana Evangelizt

Les dés en sont jetés. Bush passe outre le Congrès et l'avis du Peuple, envoie les hommes faire du nettoyage en Irak et y laisser leur peau, ceux qui l'ont placé là où il est savent pourquoi ils l'y ont mis. Pour attaquer les pays du Moyen-Orient les uns après les autres et s'emparer de leur pétrole. Il fait planer la menace de l'Iran qui serait un danger pour la paix mondiale alors que c'est lui et sa horde de néo-cons sionistes qui sont une menace pour le monde.  Quand on voit, de surcroît, Cheney agiter devant nos yeux le fantôme de Ben Laden, on n'a nulle peine à l'imaginer ricaner intérieurement en sortant cette énormité. Car, lui, mieux que tout autre, sait très bien qu'il est mort. Nous avons à faire là à une bande d'infâmes malhonnêtes sataniques qui veulent mener l'Humanité au bord du gouffre et l'y précipiter. Ils ne sont pas mieux qu'Hitler, ils sont pires. Croyez-le, de sombres jours s'annoncent pour nous. Cette cohorte diabolique a kidnappé le pays aux Américains. C'est le Haut Sionistan qui y règne. La politique étatsunienne n'appartient plus au Peuple, Bush suit l'idéologie des Sionistes sis à Washington qui mettent tout le monde en danger pour aller dans le sens d'Israël. Dans le sens de ses dirigeants, autres marionnettes asservies au Sionistan qui ne génère que malheur et drame. Il va falloir que cela s'arrête d'une façon ou d'une autre. Cela n'est plus supportable.

Envoi de forces américaines en Irak


Bush passe outre son Congrès


Par : Djamel Bouatta



Bush est déterminé à mettre en œuvre son nouveau plan sur l'Irak, en dépit de l'opposition de la nouvelle majorité démocrate au Congrès qui envisage de le condamner et de tenter de le bloquer dès jeudi, lorsque la secrétaire d’État, Condolezza Rice, passera demain devant les sénateurs pour défendre la nouvelle feuille de route pour l’Irak de l’administration et pour solliciter de nouvelles rallonges budgétaires.


La nouvelle stratégie de Bush est fondée sur l'envoi de plus de 20 000 militaires américains pour renforcer les 132 000 déjà déployés sur le terrain. Le président américain est resté de marbre devant les mises en garde des démocrates, les condamnations de l’opinion internationale et les interrogations de sa propre famille politique.


Dans un entretien à la chaîne CBS, Bush, interrogé sur le fait de savoir s'il pensait avoir l'autorité d'envoyer davantage de troupes sans le soutien du Congrès, a rétorqué : “Je pense que dans cette situation, je peux ; et je peux comprendre que le Congrès essaye de m'en empêcher... Mais j'ai pris ma décision. Nous allons de l'avant.” Son plaidoyer n’est un échec en Irak renforcera, ipso facto, la position de l'Iran qui, à ses yeux, représente une menace significative pour la paix mondiale. À l’argumentaire de Bush, le vice-président Dick Cheney a adjoint un autre : la menace du chef du réseau d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden.

Dans un entretien à la chaîne CBS, Bush, interrogé sur le fait de savoir s'il pensait avoir l'autorité d'envoyer davantage de troupes sans le soutien du Congrès, a rétorqué ; et je peux comprendre que le Congrès essaye de m'en empêcher. Nous allons de l'avant.” Son plaidoyer n’est un échec en Irak renforcera, ipso facto, la position de À l’argumentaire de Bush, le vice-président a adjoint un autre :

“Ben Laden, selon le second de Bush, ne pense pas qu'il peut nous battre. Il pense qu'il peut nous amener à partir. Il pense qu'après la Somalie et le Liban, les États-Unis n'auront pas le courage pour une guerre longue, et l'Irak est le champ de bataille actuel principal dans cette guerre.” Les deux premiers responsables américains demeurent convaincus que les États-Unis gagneront cette bataille. La nouvelle stratégie de Bush a provoqué une levée de boucliers au Congrès qui menace de soumettre au vote un texte de loi pour arrêter le nouveau plan qui, selon les observateurs, perpétue le statu quo.


Le problème est que les démocrates n’ont pas d’alternative pour sortir honorablement du guêpier irakien.

Sources Liberté Algérie

Posté par Adriana Evangelizt

Commenter cet article