Hillary Clinton se voit 1ère femme présidente des USA

Publié le par Adriana Evangelizt

Hillary Clinton: l'ex-Première dame se voit première femme présidente des Etats-Unis

Hillary Clinton, l'ex-Première dame des Etats-Unis, a pour habitude d'affronter les problèmes et les critiques avec une détermination de fer, mais sa candidature à la Maison Blanche est le plus difficile défi que s'est lancé cette femme brillante de 59 ans.

La sénatrice démocrate de New York a annoncé samedi la création d'un comité exploratoire, premier pas vers une candidature à l'élection présidentielle de 2008, qui ne fait de doute dans l'esprit de personne.

"J'y vais et j'y vais pour gagner", a écrit Mme Clinton dans une lettre et une vidéo diffusées sur son site internet.

Depuis six ans et son élection au Sénat, elle a soigneusement préparé le terrain pour convaincre qu'elle pouvait devenir la première femme présidente des Etats-Unis.

Elle est considérée comme l'un des candidats les plus sérieux du parti démocrate, même si le charismatique sénateur noir Barak Obama commence à lui faire de l'ombre.

Avocate distinguée, spécialisée dans le droit des enfants et diplômée de la prestigieuse université de Yale, l'épouse de Bill Clinton a pris l'Amérique conservatrice à rebrousse poil dès l'arrivée à la Maison Blanche de son mari en 1992, en affirmant qu'elle n'était "pas le genre de femme à rester à la maison à faire des petits fours". La droite religieuse n'a depuis lors de cessé de l'attaquer.

A la Maison-Blanche, elle s'était de facto taillé un rôle de conseillère et jetée à corps perdue dans la réforme du système de santé américain. L'échec cuisant de ce projet l'a ensuite forcée à jouer un rôle plus traditionnel de Première dame.

Mme Clinton s'est aussi retrouvée dans un tourbillon de scandales, sombre affaire de spéculation immobilière dont elle est sortie blanchie (affaire Whitewater), accusations d'abus d'autorité et surtout les frasques sexuelles de son mari.

Mariée à Bill Clinton depuis 1975, Hillary l'a défendu becs et ongles dénonçant "une vaste conspiration de la droite" dans l'affaire Monica Lewinsky avant de subir l'humiliation des aveux publics de son mari.

Malgré tout, elle a décidé de rester à ses côtés: "Tout ce que je sais, c'est que personne ne me comprend mieux et personne ne sait me faire rire comme Bill sait le faire".

Hillary Clinton a alors décidé de se lancer plus directement dans la politique. Facilement élue sénatrice de New York en 2000, brillament réélue en 2006, elle s'est taillée une réputation de sérieux --elle siège en particulier au comité des Forces armées-- et de travailleuse inlassable qui connaît ses dossiers sur le bout des doigts.

"Sa stratégie a été de devenir un sénateur respecté plutôt qu'une célébrité siégeant au Sénat", souligne Thomas Mann, un chercheur du Brookings Institution, un centre de recherche basé à Washington.

Accusée d'être trop cérébrale et difficile d'abord, elle montre aujourd'hui plus volontiers des aspects plus chaleureux de sa personnalité.

Elle a suscité l'ire de l'aile gauche de son parti, qui lui reproche sa très grande prudence sur le dossier irakien, et son vote en octobre 2002, jamais renié.

Mais cette semaine, elle est sortie d'un long silence pour fustiger le président Bush. L'administration a "ses priorités à l'envers", a accusé Mme Clinton, et "l'équipe présidentielle poursuit une stratégie ratée".

Son réseau très dense de soutien et le trésor de guerre qu'elle a su accumuler pour l'élection sénatoriale ont démontré un savoir-faire qui sera indispensable pour mener une coûteuse campagne présidentielle.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Elections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article