Vladimir Poutine, un Premier ministre très présidentiel

Publié le par Adriana Evangelizt

Vladimir Poutine, un Premier ministre très présidentiel

par Laurence Habay

 



Le président russe est à l'origine d'un nouveau coup de théâtre. A deux mois des élections législatives et cinq mois de la présidentielle, il a déjoué tous les pronostiques sur son avenir politique.

 

"Vladimir Poutine vient de mettre un terme au plus insoutenable suspense politique de la Russie contemporaine, esquissant par la même les contours de l'avenir du pays", peut-on lire dans le quotidien Nezavissimaia Gazeta. "Au président Poutine en tant que leader suprême de l'Etat succédera donc Vladimir Poutine, Premier ministre", résume Moskovski Komsomolets. Le chef de l'Etat a une fois de plus pris tout le monde de court en annonçant lundi 1er octobre au Congrès du parti Russie unie, qu'il acceptait d'être tête de liste de ce même parti pour les législatives du 2 décembre, et donc, de diriger le gouvernement en cas de victoire. "Conduire le gouvernement serait une option tout à fait réaliste", a-t-il déclaré devant une salle qui, depuis son arrivée, s'attendait à "un moment historique". "Tous les délégués l'attendaient debout en retenant leur souffle. Tous s'étaient armés de leur téléphone portable, de leur appareil photo, de tout ce qu'ils avaient sous la main pour fixer cet instant historique", décrit le quotidien Novyé Izvestia.

Le président a cependant fixé deux conditions. Premièrement, le parti Russie unie doit gagner les élections législatives. Deuxièmement, lors de la présidentielle de mars 2008, doit être élue "une personne honnête, efficace, moderne, avec laquelle il sera possible de travailler en tandem". "Un candidat avec un tel profil, et, surtout, dépourvu d'ambitions, sera non seulement trouvé, pronostique Moskovski Komsomolets, mais sera élu. Ce sera par exemple Viktor Zubkov" (le tout nouveau Premier ministre qui, à la surprise générale, a remplacé Mikhaïl Fradkov début septembre). De toute façon, comme le rappelle
Vremia Novostieï, "peu importe désormais qui occupera le poste de président". Les rôles traditionnels seront inversés. Les Russes auront un "président technique" et un Premier ministre charismatique investi des pleins pouvoirs.

La veille de ce jour "historique", l'ancien champion du monde d'échecs, Garry Kasparov, avait été élu candidat unique pour l'élection présidentielle de la coalition d'opposition L'Autre Russie. Interrogé par
Kommersant sur le coup de théâtre de Vladimir Poutine il a déclaré : "La société sera la proie d'un peu moins d'illusions. Les choses sont désormais plus claires quant à la façon dont Vladimir Poutine va se maintenir de facto au pouvoir. Un nouveau système politique est en train de prendre forme, plus proche d'une dictature à parti unique."

Voilà donc comment, sans modifier la Constitution, par le simple jeu des institutions démocratiques, Vladimir Poutine (qui bénéficie après deux mandats présidentiels d'une cote de popularité exceptionnelle) compte conserver le pouvoir. Mais combien de temps peut-il jouer à ce jeu-là s'interroge, pour conclure, Moskovski Komsomolets : "Jusqu'à présent, la présence au pouvoir de Vladimir Poutine était limitée par des cadres temporels évidents. En faisant sauter ces cadres, Poutine se retrouve de fait prisonnier du pouvoir. Tout dépend désormais exclusivement de son désir. Car, pour ce qui est des gens, ce sont comme chacun sait des êtres faibles… Certes, Poutine étant un virtuose des combinaisons politiques inattendues, cette analyse pourrait s'avérer incorrecte. Mais, il y a peu de chances. Poutine, c'est pour toujours. Cette formule semble aujourd'hui caractériser le mieux notre nouvelle réalité politique."

Sources Courrier International

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article