Le lobby israélien au cœur de la polémique aux Etats-Unis

Publié le par Adriana Evangelizt

Inutile de dire que les sites sionistes crachent leur venin à qui mieux mieux parce que Libération a publié un article -et même deux- sur le lobby qui n'existe pas mais qui fait que depuis soixante ans, les Palestiniens n'ont toujours pas de pays et que tous les pays autour sont saccagés par l'idéologie inacceptable du Sionisme. Preuve l'Irak. Le Liban. La Syrie qu'ON se permet de bombarder sans vergogne. L'Iran à venir. La liste est longue des manoeuvres de cette horde dont les Américains font les frais mais pas qu'eux...

Le lobby israélien au cœur de la polémique aux Etats-Unis

Par Philippe Grangrereau

 
Un ouvrage dénonce le soutien inconditionnel de Washington à l’Etat hébreu.

Lorsque, l’an dernier, l’ambassadeur de France aux Etats-Unis a invité la candidate à la présidentielle Hillary Clinton, celle-ci lui a adressé ce message très direct : «Je ne parle avec aucun ambassadeur, sauf un, l’ambassadeur d’Israël.» Cet échange confirme l’importance cardinale d’Israël dans la politique intérieure des Etats-Unis. L’influence profonde du lobby pro-israélien dans la diplomatie américaine au Moyen-Orient est indiscutable. Mais jusqu’où va-t-elle ? Ce soutien sert-il les intérêts américains ? Telles sont les questions explorées par le Lobby pro-israélien et la Politique étrangère des Etats-Unis (1), un livre dont débat le tout-Washington depuis sa sortie, voilà quelques semaines. «Aucun autre essai académique a eu un tel impact, écrit la New York Review of Books, depuis la publication du livre de Samuel Huntington le Choc des civilisations [1993].»

Charge.  Compte tenu des tabous historiques et sémantiques qu’elle aborde, cette étude a demandé un courage considérable à ses deux auteurs, John Mearsheimer, de l’université de Chicago, et Stephen Walt, de Harvard. Les deux universitaires ont conscience de marcher sur un champ de mines. A la suite d’un article à l’origine de l’ouvrage actuel publié dans la London Review of Books en 2006, «nous avons été dénoncés comme antisémites […] par des éditorialistes du Jerusalem Post, du New York Sun, du Wall Street Journal et du Washington Post», constatent-ils dans leur préface. «Dès qu’on critique Israël ou l’Aipac [le Comité des affaires publiques américano-israélien, qui s’intitule sur son site web «le lobby pro-israélien en Amérique», ndlr] , on est sûr d’être accusé d’antisémitisme. C’est la tactique diffamatoire classique. La plupart des gens hésitent à aborder ce genre de questions en raison de ces attaques», dit Stephen Walt. Leurs pressentiments ont été amplement confirmés. La charge a été sonnée par Eliot Cohen, un professeur de l’université Johns-Hopkins, dans une opinion publiée dans le Washington Post intitulée «Oui, c’est antisémite». Cohen reproche aux auteurs, non sans une certaine mauvaise foi, le fait que leur ouvrage ait été applaudi par l’ancien chef du Ku Klux Klan. D’autres critiques ont qualifié les universitaires de «sombres obsédés du complot». Et ce n’était qu’un début.
En septembre, un livre a été publié pour dénoncer les deux auteurs : les Mensonges les plus mortels, le lobby israélien et le mythe du contrôle juif. Selon son auteur, Abraham Foxman - président très controversé, y compris au sein de la communauté juive américaine, de l’Anti-Defamation League -, l’idée «pernicieuse» qu’il existe un lobby israélien doté d’une influence hors de proportion sur la diplomatie des Etats-Unis «fait partie du mythe antisémite traditionnel du complot juif ». «Les stéréotypes antisémites haineux refont surface et deviennent acceptables», s’inquiète Foxman.
Christ.  Que disent Walt et Mearsheimer ? Qu’il y a un lobby pro-israélien composé d’organisations juives, mais aussi d’éditorialistes, d’hommes d’affaires et de «chrétiens sionistes». Cette importante minorité fondamentaliste, qui vote républicain, croit littéralement que le Christ reviendra lorsque les juifs auront repris possession de la «Terre sainte». «Ce n’est en aucun cas, insistent les auteurs, un mouvement unifié doté d’une direction, et ce n’est pas un complot ou une conspiration qui contrôle la diplomatie américaine», mais plutôt «une coalition disparate d’individus et d’organisations qui œuvre pour aiguiller la politique américaine sur une voie pro-israélienne».
Les auteurs n’ont aucun mal à démontrer la nature exceptionnelle de la relation entre les Etats-Unis et Israël. Entre 1972 et 2006, les Etats-Unis ont mis leur veto à 42 résolutions des Nations unies critiquant Israël. L’an dernier, pendant qu’Israël bombardait le Liban, la Chambre des représentants a adopté, par 410 voix contre 8, une motion de soutien inconditionnel à Israël.
L’ouvrage devient discutable lorsqu’il affirme que sans le lobby pro-israélien «la guerre [d’Irak] n’aurait presque certainement pas eu lieu». La démonstration : «La quasi-totalité des néoconservateurs est fortement engagée aux côtés d’Israël», ajoutent-ils. Mais les vrais maîtres d’œuvre de la guerre d’Irak demeurent George W. Bush et le vice-président Dick Cheney. Et c’est oublier que plusieurs son­dages, comme le concèdent les auteurs, ont démontré que la communauté juive amé­ricaine était plus opposée à ­cette guerre que l’Américain moyen.
«Pays normal».  L’influence du lobby serait telle qu’il compromettrait l’intérêt national américain, avancent-ils. L’alliance entre les Etats-Unis et Israël, utile pendant la guerre froide, suscite l’hostilité des pays arabes à l’égard des Etats-Unis, qui sont la cible des terroristes islamistes. Et s’il n’est pas dans l’intérêt de Washington de poursuivre son soutien inconditionnel à Israël, c’est que le lobby pro-israélien y est pour quelque chose.
Pour Walt et Mearsheimer, les Etats-Unis devraient considérer Israël comme un «pays normal», car son existence, selon eux, n’est plus en danger : «L’influence politique du lobby et sa sagacité en termes de relations publiques ont découragé les leaders américains à rechercher des politiques moyen-orientales conformes à leurs intérêts, qui protégeraient aussi Israël de ses pires erreurs. L’influence du lobby, pour résumer, est mauvaise pour les deux pays.» Ils préconisent «une discussion franche et civilisée sur l’influence du lobby».
(1) John J. Mearsheimer et Stephen M. Walt, éditions la Découverte, 20 euros.
Sources Libération
 
Posté par Adriana Evangelizt


Publié dans USA-ISRAËL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article