Bush reçoit le dalaï lama malgré la colère chinoise

Publié le par Adriana Evangelizt

Bush et le Congrès font honneur au dalaï lama

malgré la colère chinoise

Le président George W. Bush a reçu mardi le dalaï lama et apparaîtra pour la première fois en public à ses côtés mercredi quand le Congrès gratifiera le leader tibétain de tous les honneurs et passera outre aux vives protestations de la Chine.

La Chine a de nouveau fortement protesté mercredi après la rencontre entre le président américain George W. Bush et le dalaï lama, dénonçant une "grossière ingérence dans les affaires intérieures chinoises".

"La Chine éprouve un fort ressentiment et s'y oppose résolument", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Liu Jianchao, cité par l'agence officielle Chine Nouvelle, qualifiant la rencontre de "grossière ingérence dans les affaires intérieures chinoises".

M. Bush s'est entretenu avec le dalaï lama pendant environ une demi-heure et de manière très privée dans ses appartements, a indiqué la Maison Blanche.

Mais c'est lui qui remettra mercredi très publiquement au leader tibétain la plus haute distinction du Congrès, avec tout le décorum de la république américaine sous la coupole majestueuse du Parlement, a indiqué Drew Hammill, un porte-parole de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi.

M. Bush deviendra le premier président américain à apparaître en public au côté du dalaï lama. L'exaspération chinoise, pour qui les Etats-Unis honorent un dangereux indépendantiste en exil, risque alors d'être à son comble.

La Chine a exprimé son "profond mécontentement" et a demandé l'annulation de ces rendez-vous. Ils constituent une "ingérence dans les affaires intérieures chinoises" et risquent de "saper gravement" les relations bilatérales, a-t-elle prévenu.

La Maison Blanche a dit "comprendre les inquiétudes des Chinois", tâchant de concilier les grands principes et les intérêts diplomatiques à un moment où les Etats-Unis sont tributaires de leur partenaire chinois dans maintes affaires internationales.

Elle a cependant réfuté s'immiscer dans les affaires de la Chine et soutenir l'indépendance du Tibet.

"Le président croit que les gens du monde entier doivent pouvoir (...) pratiquer leur religion en liberté. C'est pour cela que le président veut le rencontrer. Il croit qu'on doit l'honorer en tant que grand leader spirituel", a dit la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.

Un rapport de 2007 du département d'Etat dit que le niveau de répression des activités religieuses, comme la vénération du dalaï lama, "est resté élevé" au Tibet parce que Pékin s'inquiète que la religion ne véhicule dissidence et revendication indépendantiste.

Un responsable de l'administration a laissé entendre que M. Bush avait évoqué mardi la liberté de culte avec le dalaï lama.

Selon son envoyé spécial Lodi Gyari, le dalaï lama a reçu "un engagement très clair et très ferme" de M. Bush à aider à résoudre les querelles entre le leader tibétain et Pékin.


"Je voulais exprimer ma gratitude au président Bush, il a vraiment pris au sérieux la situation" au Tibet, a dit le leader tibétain après la rencontre, selon des déclarations rapportées par ses collaborateurs.

"Nous avons développé une amitié étroite", a-t-il dit.

La Chine craint que les Etats-Unis ne renforcent la stature internationale du dalaï lama, prix Nobel de la paix, qui personnifie à l'étranger l'opposition au régime communiste.

Elle considère le Tibet comme une partie inaliénable du pays et s'inquiète de ce qui pourrait aider les menées séparatistes qu'elle prête au dalaï lama. Ce dernier, qui a fui le "toit du monde" après l'échec d'un soulèvement contre l'autorité chinoise en 1959 et qui vit en Inde, assure ne vouloir qu'une forme d'autonomie.

Le dalaï lama disposera d'une tribune exceptionnelle quand il prendra la parole mercredi. La Médaille d'or du Congrès le place au panthéon parlementaire à côté de Martin Luther King, Nelson Mandela, le pape Jean Paul II, Frank Sinatra et John Wayne.

M. Bush lui-même devrait s'exprimer brièvement.

La Maison Blanche s'est employée à limiter les dégâts. Le président Hu Jintao a été informé par M. Bush de ses intentions il y a plus d'un mois et l'entretien a eu lieu dans les appartements privés de M. Bush. Aucune photo, quasiment aucun détail sur les conversations, n'ont été rendus publics.

Mais Mme Perino a admis que l'attention prêtée par la Maison Blanche à "ne pas mettre de l'huile sur le feu" risquait de ne pas suffire à apaiser la Chine.

Malgré les mises en garde de Pékin, M. Bush s'est entretenu mardi avec le leader spirituel tibétain, qui vit en exil depuis 1959, pendant environ une demi-heure et de manière très privée dans ses appartements, a indiqué la Maison Blanche.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans CHINE

Commenter cet article