Bush s'inquiète d'une 3e Guerre mondiale avec un Iran nucléaire

Publié le par Adriana Evangelizt

Pauvre Bush ! Il peut faire son paon, il n'arrive pas à la cheville de Poutine, c'est une certitude.

Bush s'inquiète d'une 3e Guerre mondiale avec un Iran nucléaire

Le président américain George W. Bush, en désaccord patent avec son collègue russe Vladimir Poutine, s'est dit convaincu mercredi des ambitions nucléaires militaires de l'Iran, une perspective synonyme selon lui de Troisième Guerre mondiale potentielle.

Au même moment, un haut responsable iranien, Ali Larijani, cité par la presse nationale, faisait état sans plus de précision d'une nouvelle proposition que M. Poutine aurait faite pour résoudre la crise nucléaire iranienne, lors de sa visite historique mardi à Téhéran.

Les Etats-Unis pourraient infléchir leur projet de bouclier antimissile en Europe si l'Iran suspendait son propre programme d'enrichissement de l'uranium, a déclaré de son côté un haut responsable du département d'Etat américain à Bruxelles.

En une période de relations tendues par de multiples querelles entre les Etats-Unis et la Russie, M. Bush a pris le contre-pied de M. Poutine lors d'une conférence de presse: "Si vous tenez à éviter la Troisième Guerre mondiale, il me semble que vous devriez veiller à empêcher (les Iraniens) d'avoir le savoir-faire nécessaire pour fabriquer l'arme nucléaire".

Et si M. Poutine a effectivement déclaré qu'il n'existait pas de preuve que l'Iran cherche effectivement à construire la bombe, comme il l'a fait la semaine dernière, "j'attends qu'il les clarifie", a dit M. Bush car, quand il lui a parlé en septembre en Australie, M. Poutine lui a dit comprendre qu'il était "dans l'intérêt de la planète de faire en sorte que l'Iran n'ait pas la faculté de fabriquer l'arme nucléaire".

Mais il s'est dit assuré du soutien russe aux efforts américains pour forcer la République islamique à renoncer à ses activités nucléaires les plus sensibles et, devant la persistance d'une attitude de défi, lui imposer de nouvelles sanctions internationales. Il a fait valoir que la Russie avait voté les sanctions déjà imposées à l'Iran par le Conseil de sécurité.

Le régime islamique, bête noire de M. Bush, mène un programme d'enrichissement d'uranium destiné selon lui à produire le combustible pour ses futures centrales nucléaires. Pour M. Bush, c'est une couverture: "Je crois qu'ils veulent avoir la capacité, le savoir-faire pour fabriquer l'arme nucléaire".

Mais les Etats-Unis sont tributaires de la Russie qui résiste à des sanctions trop vigoureuses, au nom de ses intérêts économiques, mais aussi stratégiques.

C'est dans ce contexte que M. Poutine a effectué en Iran la première visite d'un chef du Kremlin depuis plus de cinquante ans et d'affirmer le droit de l'Iran à l'énergie nucléaire.

M. Bush a dit avoir vu les images de M. Poutine au côté de Mahmoud Ahmadinejad laissant supposer que le président russe s'entendait plutôt bien avec son homologue iranien, véritable malfaisant aux yeux de leur collègue américain.

La presse attendait-elle que MM. Poutine et Ahmadinejad "se battent à la une du journal ? Non voyons !", a ironisé M. Bush.

Il a dit préférer entendre M. Poutine lui-même lui rendre compte de sa visite.

M. Bush voit aujourd'hui M. Poutine ignorer apparemment ses appels à la démocratisation de la Russie en envisageant de rester au pouvoir à la fin de sa présidence en 2008 en devenant Premier ministre.

M. Bush a affirmé sa volonté de poursuivre avec la Russie une diplomatie reposant largement sur des rapports personnels et francs pour "influencer les gens" et leur "dire ce que je pense sans craindre de rompre les relations".

Il a demandé en Australie à M. Poutine quelles étaient ses intentions en 2008 mais le président russe a été assez "finaud" pour ne pas répondre.

Mais, a-t-il admis, "quant à reprogrammer ou non l'ADN de base russe, à savoir une autorité centralisée, c'est difficile à faire".

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Commenter cet article