Un ancien collaborateur implique George W. Bush dans l'affaire "Plame"

Publié le par Adriana Evangelizt

Un ancien collaborateur implique George W. Bush

dans l'affaire "Plame"

par Sylvain Cypel

Manie du secret, irrespect des droits des élus et des droits constitutionnels en général, coups bas... Depuis des semaines, les livres d'anciens hauts conseillers de la Maison Blanche et de journalistes se multiplient sur la manière dont l'équipe entourant le président George Bush a dirigé les Etats-Unis depuis six ans. Ecrit par Scott McClellan, ancien porte-parole de la Maison Blanche, un nouvel ouvrage, A l'intérieur de la Maison Blanche et ce qui ne va pas à Washington (Inside the White House and What's Wrong with Washington), qui ne devrait sortir qu'en avril, pourrait être le plus nocif de tous pour l'image de George Bush. Des passages en ont été divulgués, mardi soir 20 septembre, par son éditeur, PublicAffairs, sur son site Internet. Ils mettent en cause directement le rôle du président dans "l'affaire Valerie Plame".

Mme Plame était la femme d'un ambassadeur au Gabon, Joseph Wilson. Elle était aussi membre de la CIA. Elle a effectué une mission secrète au Niger en 2003 pour vérifier les soupçons selon lesquels ce pays aurait fourni de l'uranium à Saddam Hussein. Son rapport infirmait ces soupçons. Mais la Maison Blanche a laissé entendre le contraire. Lorsque, après l'entrée en guerre de son pays en Irak, l'ambassadeur Wilson a dénoncé cette attitude, la Maison Blanche a fait "fuiter" l'appartenance de sa femme à la CIA, en violation de toutes les règles de protection. Le journaliste néoconservateur Robert Novak avait publié l'information qui a mis fin à la carrière de Mme Plame.

Les noms du vice président Dick Cheney et de Karl Rove, l'ex-conseiller du président, ont été cités comme les instigateurs de la fuite. Mais seul Lewis Libby, le directeur de cabinet de M. Cheney, a été condamné (à 30 mois de prison) - et gracié par M. Bush. Il est aujourd'hui avéré que M. Rove et l'ex-numéro 2 du département d'Etat, Richard Armitage, avaient aussi fait "fuiter" le nom de Mme Plame.

Dans son livre, Scott McClellan écrit que les informations sur la vente de nucléaire nigérien à l'Irak étaient erronées. "J'ai sans le savoir transmis de fausses informations. Et cinq des plus hauts responsables de l'administration étaient impliqués : Rove, Libby, le vice-président, le secrétaire général de la présidence (Andrew Card) et le président lui-même", lit-on. C'est la première fois que le nom de M. Bush est explicitement évoqué.

"DÉCLARATION MENSONGÈRE"

Un porte-parole de la Maison Blanche a déclaré que ce que M. McClellan écrivait n'était "pas clair", et que "le président n'a jamais et ne demandera jamais à son porte-parole de transmettre une fausse information". Mme Plame a réagi ainsi : "Je suis scandalisée d'apprendre qu'un ancien porte-parole de la Maison Blanche confirme qu'il lui a été demandé de mentir à la presse. Le plus choquant, ajoute-t-elle, est (que) le président lui-même lui a demandé de faire une déclaration mensongère."

M. McClellan écrit aussi que le président lui a expressément demandé d'innocenter MM. Rove et Libby à l'automne 2003, dans un moment où sa propre crédibilité devait être protégée, après la découverte de l'absence d'armes de destruction massives en Irak.

Sources Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philippe 26/11/2007 21:44

Il est intéressant d'apprendre comment les néo-conservateurs pro-sioniste de washington dirigent les affaires. Ils sont de dignes héritiers  d'Al capone et on comprend mieux pourquoi une majorité de citoyens américains regrettent aujourd'hui d'avoir voter pour cette bande de criminelle supporté par quasi tous les médias occidentaux officiel !!!Heureusement les révélations d'honnêtes citoyens et l'internet permettent à l'infos de circuler !!!Il n'y a assurément plus rien à attendre de la bande de criminelle qui nous dirige, ni des médias qui les soutiennent mais heureusement il nous reste notre conscience pour nous y opposer !Parallèlement à leur crime politique lesdits bandits font également le nécessaire avec leur copains et patrons des finances pour faire plonger le système financier international comme en 1929 .... soyons sur nos gardes !