Disparitions mystérieuses de fichiers en Grande-Bretagne

Publié le par Adriana Evangelizt

Les données ne doivent pas être perdues pour tout le monde. Qui gère la société TNT ? En tout cas, le sigle déjà, TNT, c'est de la dynamite ! Ah ah ah !

La disparition des fichiers d’allocations suscite une panique

 en Grande-Bretagne


par Marc Roche

 

Nom : tenu secret par mesure de protection. Age : 23 ans. Etudes : informatique. Profession : fonctionnaire au département des allocations familiales du service des impôts et des douanes. Adresse professionnelle : Washington, comté de Durham (nord-est de l’Angleterre). Telle est la fiche signalétique du responsable de la perte des données informatiques confidentielles de vingt-cinq millions de bénéficiaires d’allocations familiales conservées sur deux cédéroms égarés dans des circonstances mystérieuses.

La négligence a contraint, le 21 novembre, le premier ministre, Gordon Brown, à présenter ses excuses et à ordonner une enquête. Envoyées en octobre par le jeune homme au National Audit Office, l’équivalent britannique de la Cour des comptes, protégées par un simple mot de passe, ces données avaient été confiées au transporteur routier TNT au lieu des circuits internes protégés. Ce fiasco a provoqué un vent de panique chez les personnes concernées dont les comptes bancaires sont désormais vulnérables à un vol d’identité. Les banques ont été contraintes de revoir d’urgence leurs procédures de sécurité afin de traquer toute malveillance.

Pour l’opposition conservatrice, le "discogate" est le résultat du chaos informatique et de la suppression de 25 000 emplois survenus lors de la fusion, en 2005, du service des impôts et des douanes. Le chancelier de l’Echiquier d’alors, M. Brown, avait été l’artisan de cette réforme. Le projet d’introduction des cartes d’identité, cher au Labour, pourrait souffrir de cette crise qui déstabilise davantage le ministre de tutelle des impôts, Alistair Darling.

Sources
Le Monde

 

 

 

Grande-Bretagne: Brown s'excuse et ordonne une enquête

 après le scandale des données perdues

Le Premier ministre Gordon Brown, déjà au plus bas dans les sondages, a dû présenter ses excuses au pays mercredi après la bourde retentissante de ses services fiscaux, qui ont laissé s'évanouir dans la nature les données confidentielles de près de la moitié de la population.

"Je regrette profondément et je présente mes excuses pour les tracas et l'inquiétude causés à des millions de familles", a déclaré M. Brown aux Communes, dans le cadre d'une séance hebdomadaire des questions au Premier ministre plutôt houleuse.

Le chef du gouvernement a annoncé qu'il avait ordonné l'ouverture d'une enquête, confiée à un haut fonctionnaire et à des experts, sur les procédures de sécurité au sein des services du gouvernement.

Selon lui, rien ne permet d'indiquer à ce stade que les données confidentielles contenues sur les deux cédéroms portés disparus --numéros bancaires, dates de naissance, adresses...-- soient tombées dans des mains malveillantes.

Par précaution, les banques et les Britanniques ont été priés de traquer toute activité suspecte sur leurs comptes.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que les données soient en sécurité", a promis un Gordon Brown sur la défensive, sous les huées de l'opposition.

Le scandale avait éclaté mardi au Parlement : le ministre des Finances Alistair Darling avait révélé, à la consternation générale, que le fisc avait laissé s'échapper l'ensemble des dossiers d'allocations familiales du pays, soit plus de 25 millions de personnes, ou plus de sept millions de familles.

Ces informations étaient contenues sur deux cédéroms, envoyés en octobre par un responsable des services fiscaux à un organisme officiel de contrôle des dépenses publiques, le National Audit Office, à sa demande. Ces disques informatiques, non-cryptés, étaient protégés par un simple mot de passe. "Un rêve de criminel", note un journal.

Le transport a été confié à la société privée TNT, mais les cédéroms n'ont pas été envoyés en courrier recommandé. Ils n'ont jamais atteint leur destinataire.

Mercredi matin, M. Darling a fait la tournée des radios et télévisions, se livrant à un délicat exercice de contrition après ce qu'il a qualifié d'"erreur catastrophique".

"Je m'excuse sans aucune réserve. (...) C'est une erreur colossale qui n'aurait jamais dû arriver", a-t-il déclaré sur Sky News.

Le chef du principal parti d'opposition, le conservateur David Cameron, a pour sa part affirmé que cette "bourde consternante" était la dernière d'une série d'erreurs similaires révélant des "défaillances endémiques" au sein des services fiscaux britanniques.

M. Cameron a rappelé au passage que la fusion des services des impôts et des douanes avait été achevée en 2005 sous la houlette du prédécesseur de M. Darling, un certain Gordon Brown.

La presse de mercredi accordait une large couverture à ce cafouillage sans précédent, déjà baptisé "Discgate" par le Guardian. Les journaux multipliaient les conseils pratiques aux Britanniques, notamment pour vérifier que leurs comptes bancaires n'ont pas été piratés.

Ce scandale tombe au plus mal tant pour M. Darling, déjà contesté pour sa gestion du dossier de la banque en difficulté Northern Rock, que pour le Premier ministre, au plus bas dans les sondages après qu'il a renoncé à convoquer des élections législatives anticipées le mois dernier.

Pour l'heure, l'opposition n'a pas encore demandé expressément la tête du Chancelier de l'Echiquier. Mais pour le Daily Telegraph, M. Darling est désormais en sursis. "Nous ne doutons pas qu'il va rester à son poste en attendant de faire le ménage - mais ses jours sont sans doute comptés", estime le quotidien de droite.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans BUSH BLAIR

Commenter cet article