Nucléaire iranien: le contrôle de l'AIEA est complet

Publié le par Adriana Evangelizt

La Russie envoie des petits bulletins très courts mais chaque mot compte. Et on peut même dire que chaque mot est un avertissement. Il a beaucoup averti Poutine, et chaque fois qu'il a promis qu'il ferait quelque chose, il l'a fait. Il a menacé de se sortir du FCE et mis sa menace à exécution. Il envoie son armada en Méditerranée. Comme ça il sera sur place puisqu'on encercle son flanc sud pour limiter son action. Il a dit "L’usage de la force n’est légitime que sur la base d’un mandat des Nations unies, pas de l’OTAN ou de l’Union européenne"... là, un de ses ministres dit que le nucléaire Iranien est sous le contrôle complet de l'AIEA et, en plus, il considère que l'Iran n'a pas poursuivi son programme nucléaire jusqu'en 2003. Ce qui signifie que le dernier rapport américain est tant soit peu mensonger. Si l'Iran est attaqué, Poutine ne restera pas sans rien faire. Et pas que lui d'ailleurs. Il y a dans le monde, beaucoup de pays qui en ont assez des agressions sionisto-américaines. Et beaucoup qui pensent qu'il va falloir que cela cesse.

Nucléaire iranien: le contrôle de l'AIEA est complet

 (vice-ministre russe des AE)

MOSCOU, 15 décembre - RIA Novosti. Le programme nucléaire iranien est sous contrôle intégral de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a fait savoir le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Kisliak.

"L'AIEA contrôle l'ensemble de l'activité de l'Iran dans le domaine nucléaire. Tant que l'AIEA sera sur le terrain, même si l'on soupçonne l'Iran de chercher à obtenir de l'uranium enrichi, ce pays n'en aura pas la capacité", a-t-il déclaré samedi au cours d'une conférence de presse au siège de RIA Novosti.

En outre, le vice-ministre considère que l'Iran n'a pas poursuivi son programme nucléaire jusqu'en 2003, comme le prétend un récent rapport des renseignements américains.

Sources Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article