Poutine : Les États-Unis à l'origine d'une scission en Ukraine

Publié le par Adriana Evangelizt

On notera l'humour et le sarcasme de Vladimir Poutine lorsqu'il déclare au Times "Les États-Unis ont décrété qu'une partie de l'élite ukrainienne est pro-américaine, alors que l'autre est pro-russe. Et ils ont décidé de soutenir la partie qu'ils considèrent comme pro-américaine, les "révolutionnaires oranges"... et d'ajouter qu'ils sont "responsables de la division en Ukraine". Voilà un homme qui ne mâche pas ses mots et bien sûr, ça dérange. Mais il ne dit que la vérité. "Les États-Unis ont provoqué une scission en Ukraine et ont appuyé les actions anticonstitutionnelles de certains hommes politiques, suscitant la méfiance réciproque au sein des forces politiques et des couches de la population ukrainienne." Et de balancer à l'adresse de Ioutchenko "Un homme politique qui veut être populaire dans son pays doit défendre les intérêts nationaux et être un nationaliste ukrainien dans le bon sens du terme." Et il en sait quelque chose de la popularité Poutine et à quoi il la doit. La nationalisation de Ioukos, par exemple, qui allait partir dans l'escarcelle américaine, a permis de créer un fond qui compte aujourd'hui des milliards de dollars. Tout ce qu'il fait c'est pour son pays, pour essayer de le sortir de l'ornière où il était lorsqu'il a été élu président. Quant à l'Ukraine dont on l'accuse de tout un tas de maux, il faut bien savoir que la Russie a subventionné ce pays pendant plus de quinze ans à raison de 3 à 5 milliards de dollars par an. Il nous étonnerait fort que les Etats-Unis en fasse autant. Ils préfèrent donner leur argent à Israël. Pourtant c'est bien la clique à Bush qui a déstabilisé l'Ukraine. Et Vladimir Poutine d'ajouter sarcastique...  "La Russie n'a pas l'intention d'incorporer l'Ukraine à son territoire, malgré la proximité spirituelle de ce pays qui compte 17 millions de Russes ethniques sur 45 millions d'habitants, dont 80% considèrent le russe comme leur langue maternelle. Nous ne souhaitons intégrer personne au territoire russe, ne fût-ce que parce que cela constituerait une charge supplémentaire pour notre économie"

Les États-Unis à l'origine d'une scission en Ukraine

(Poutine)

MOSCOU, 19 décembre - RIA Novosti. Les États-Unis sont responsables de la division de l'Ukraine en deux parties - pro-occidentale et pro-russe, a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans une interview au magazine américain Time.

"Les États-Unis ont décrété qu'une partie de l'élite ukrainienne est pro-américaine, alors que l'autre est pro-russe. Et ils ont décidé de soutenir la partie qu'ils considèrent comme pro-américaine, les "révolutionnaires oranges", a dit M.Poutine.

Le président russe juge inadéquate cette partition de l'Ukraine. Un homme politique qui veut être populaire dans son pays doit défendre les intérêts nationaux et être un nationaliste ukrainien dans le bon sens du terme, a noté le président.

Les États-Unis ont provoqué une scission en Ukraine et ont appuyé les actions anticonstitutionnelles de certains hommes politiques, suscitant la méfiance réciproque au sein des forces politiques et des couches de la population ukrainienne.

Quand tout le monde a constaté la déstabilisation de la situation en Ukraine, on a essayé de remédier à la situation en politisant la question de la livraison des produits énergétiques pour inciter la Russie à subventionner l'économie ukrainienne.

Le président a rappelé que la Russie avait subventionné l'économie ukrainienne à hauteur de 3-5 milliards de dollars par an pendant quinze ans.

Toutefois, la Russie n'a pas l'intention d'incorporer l'Ukraine à son territoire, malgré la proximité spirituelle de ce pays qui compte 17 millions de Russes ethniques sur 45 millions d'habitants, dont 80% considèrent le russe comme leur langue maternelle.

"Nous ne souhaitons intégrer personne au territoire russe, ne fût-ce que parce que cela constituerait une charge supplémentaire pour notre économie", a dit M. Poutine.

Sources
Ria Novosti

POsté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article