Plus de 150 rebelles kurdes tués en Irak le 16 décembre

Publié le par Adriana Evangelizt

Inutile de dire que les bombardements turcs tuent aussi des civils mais  ça, c'est passé sous silence...

Plus de 150 rebelles kurdes tués en Irak le 16 décembre


ANKARA - Entre 150 et 175 rebelles kurdes ont été tués le 16 décembre lors de frappes aériennes de l'aviation turque sur le nord de l'Irak, où l'armée turque mène depuis plusieurs semaines des opérations contre les rebelles séparatistes du PKK, a annoncé mardi l'état-major.

"Entre 150 et 175 terroristes ont été neutralisés" lors de ce raid, a affirmé l'état-major de l'armée turque dans un communiqué publié sur son site web.

"Ce chiffre ne tient pas compte des terroristes qui ont été éliminés lorsque leurs abris se sont effondrés sous l'effet des frappes", a ajouté l'état-major, précisant que le raid avait fait aussi de nombreux blessés dans les rangs du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"De nombreux terroristes ont été transportés dans les hôpitaux d'Erbil, Raniyeh, Kaladiza et Choman, dans le nord de l'Irak", ajoute le communiqué.

Au Kurdistan irakien, un responsable kurde "proche du PKK", refusant d'être identifié, a démenti le bilan avancé par l'armée turque, affirmant que "cinq combattants ont perdu la vie dans les frappes du 16 décembre comme il avait été annoncé par le PKK après l'attaque".

L'armée turque a mené depuis le début du mois de décembre plusieurs opérations aériennes contre des positions dans le nord de l'Irak des rebelles du PKK, qui utilisent la région autonome du Kurdistan irakien, frontalière de la Turquie, comme base arrière pour leurs actions en Turquie.

Ces raids font suite au feu vert donné par le Parlement turc à des opérations militaires contre le groupe séparatiste dans le nord de l'Irak.

Le 16 décembre, des raids avaient notamment frappé le massif de Qandil, une région montagneuse du Kurdistan irakien, où se trouve le quartier général des quelque 3.500 rebelles du PKK repliés dans le nord de l'Irak.

Une seconde série de raids, le 22 décembre, a visé "des caches et des batteries d'armes anti-aériennes", a précisé le communiqué de l'état-major.

Depuis, les services de sécurité dans le nord de l'Irak ont fait état de plusieurs autres raids, dont une brève frappe mardi, qui n'a pas été confirmée par l'armée turque.

Les frappes du 16 décembre, les plus intenses de cette série, soutenues par des tirs d'artillerie, ont détruit toutes leurs cibles, y compris seize bases de commandement, d'entraînement et de logistique, 82 caches pour les rebelles, dix batteries anti-aériennes ainsi que quatorze dépôts de munitions du PKK, a ajouté l'état-major.

Le PKK a engagé depuis 1984 une lutte armée contre le pouvoir central d'Ankara pour obtenir l'autonomie de l'est et du sud-est de la Turquie, des régions peuplées majoritairement de Kurdes. Ces violences ont fait jusqu'à présent 37.000 morts.

Le PKK est considéré comme un groupe terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne.

Sources
Romandie

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans TURQUIE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article