Le fils et le mari de Benazir Bhutto, nouveaux chefs de son parti

Publié le par Adriana Evangelizt

Voilà un petit topo du veuf -Asif Ali Zardari- et du fils -Bilawal Zardari- Bhutto en corrélation avec ce que nous disions ICI... le jeune homme est un ange et le pater se traîne des casseroles qui auraient été très néfastes pour les élections. Bilawal est le fils unique de Benazir. Il était certainement bien plus proche de sa mère que de son père. Il faut aussi savoir que le mariage Benazir-Alif était arrangé. Quand on sait que le père de Bénazir fut pendu en son temps, on ne peut s'empêcher de penser qu'une "malédiction" pèse sur cette famille. Deux personnes impliquées dans la politique de leur pays sont déjà mortes. Nous n'osons penser jamais deux sans trois mais nous y pensons vu la monstruosité qui sévit en haut lieu.  On pourrait imaginer que le jeune Bilawal serait la troisième victime de ce qui règne au Pakistan mais pourtant nous inclinons à penser que c'est plutôt le père qu'ils viseront. Parce que les assassins qui commettent ces crimes suivent une stratégie. Le but du jeu est de gagner les élections en terrassant les têtes du PPP, parti très populaire et qui gagnerait haut la main. Musharraf et sa clique de militaires ont fait assassiner Benazir parce qu'elle était très encombrante et signait leur défaite. On voit la déstabilisation que cela produit dans le pays. En optant pour se débarrasser du fils, les émeutes au Pakistan seraient encore pires et là le régime prendrait le risque d'un renversement certain. A notre avis, les machiavéliques vont penser qu'en se débarrassant du père, le fils ne restera pas au pouvoir. Il n'a, de toute façon, pas l'envergure pour diriger cet Etat et cela ne l'intéresse pas. On pense même qu'il a été forcé par son père à endosser ce rôle. Vu la timidité du jeune homme, c'est le père qui "haranguera" la foule pour les prochaines élections et c'est lui qui est dans le viseur. Affaire à suivre...

Ci-dessous, la photo du jeune homme le jour de l'enterrement de sa mère. Il est effondré. Et nous pensons fortement qu'il serait mieux ailleurs qu'à la tête du PPP.

Le fils et le mari de Benazir Bhutto, nouveaux chefs de son parti

Le fils de Benazir Bhutto, Bilawal, âgé de 19 ans et son mari, Asif Ali Zardari, ont été nommés dimanche à la tête du Parti du peuple Pakistanais (PPP) que dirigeait l'ancien Premier ministre assassinée jeudi.

A 19 ans, Bilawal a été nommé président du parti dont Benazir Bhutto s'était auto-proclamée présidente à vie, son père prenant la vice-présidence. Le veuf de Benazir Bhutto a révélé dimanche que cette dernière l'avait initialement choisi pour lui succéder mais qu'il avait préféré laisser le poste à leur fils.

Bilawal Bhutto : Unique fils de Benazir Bhutto, il devient à 19 ans le troisième leader du PPP fondé par son grand-père Zufilqar Ali Bhutto, renversé en 1977 puis exécuté en 1979. Bilawal est né en septembre 1988, un mois avant que sa mère ne remporte les élections générales, sous le régime du dictateur Zia-ul-Haq, pour devenir la première femme Premier ministre d'un pays musulman.

Aux côtés de sa mère et de ses deux soeurs, Bilawal a ensuite connu l'exil à partir de 1999, partagé entre Londres et Dubaï. Il s'illustre alors dans plusieurs disciplines sportives, comme le tir et l'équitation.

Comme Benazir Bhutto, qui étudia à Harvard et Oxford, Bilawal avait entamé des études dans cette prestigieuse université anglaise.

Même s'il semble marcher sur les pas de sa mère, le jeune homme "n'a que 19 ans, il doit encore terminer sa formation", estimait avant sa nomination l'analyste politique et ancien général Talat Masood.

"Bilawal ne tient pas beaucoup à entrer dans l'arène politique", avait assuré à l'AFP l'ex-porte-parole de Mme Bhutto, Sherry Rehman, avant l'annonce de dimanche.

Asif Ali Zardari : Surnommé "Monsieur 10%" en raison d'accusations de commissions touchées à l'époque où Benazir Bhutto était Premier ministre, Asif Ali Zardari, 51 ans, est issu d'une famille de propriétaires terriens du sud du pays, de la province de Sind.

Né le 21 juillet 1956, il fait des études à Karachi dans un lycée militaire.

Marié en 1987 à Benazir Bhutto, dans le cadre d'une union arrangée, il profite des deux périodes au pouvoir de son épouse pour se construire une position d'influence.

A peine Mme Bhutto renversée en 1996, il est emprisonné. Il restera au total 8 ans derrière les barreaux, dont cinq ans durant lesquels sa famille est en exil, avant d'être libéré en novembre 2004 après avoir été blanchi des accusations de corruption, meurtre et trafic de drogue.

Sa passion bien connue pour les chevaux est à l'origine de ses déboires. Zardari a ainsi été accusé d'avoir entretenu une coûteuse écurie sur les deniers de l'Etat, dans la résidence officielle du Premier ministre.

"Zardari présente un passé très chargé. Il ne se considère sans doute pas lui-même comme un leader approprié", estimait Talat Masood avant l'annonce de sa nomination comme numéro deux du PPP.

"Il pourrait laisser le leadership à l'un des responsables du parti. Cela serait préférable pour lui et pour le parti", avait ajouté M. Masood.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans PAKISTAN

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article