Trois personnes tuées dans un attentat visant les Etats-Unis

Publié le par Adriana Evangelizt

Et oui, comme nous le disions ICI, c'était couru. Et cela n'est que le début. L'attaque de l'Iran se trouvant fortement compromise par la fin de non recevoir de Bush dans les pays du Golfe, les mercenaires de l'Ombre vont se livrer à tout un tas de massacres pour passer leur nerfs. Ont été visés, l'ONU en Algérie, la Finul au Liban et maintenant les Américains. C'est-à-dire tous ceux qui empêchent que soit perpétré le pire. ON comptait beaucoup sur Bush mais il a raté ce pour quoi il était programmé. Attendons-nous donc au pire. Il va y avoir un déferlement de violence. Les Palestiniens en font déjà les frais, 21 morts en deux jours. ON passe ses nerfs comme on peut, n'est-ce pas ?

 

Les Etats-Unis visés par un attentat à Beyrouth

par Mouna Naïm


Une semaine après un attentat contre la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), dans le sud du pays, un autre attentat a visé, mardi 15 janvier, un véhicule de l'ambassade des Etats-Unis, à Beyrouth. Trois personnes ont été tuées.

Le véhicule visé étant blindé, le chauffeur et son passager, tous deux Libanais, ont été légèrement blessés, de même qu'une vingtaine de personnes dans les immeubles alentour. Parmi ces blessés se trouve un Américain, Mathew Clason, enseignant à l'Ecole nationale évangélique située près du lieu de l'explosion. L'attentat n'a pas été revendiqué.

C'est la première fois que les Etats-Unis sont directement visés dans la série d'actes terroristes dont le Liban est le théâtre depuis 2004. Les cibles étaient jusqu'à présent des hommes politiques et de plume de la majorité parlementaire antisyrienne, ainsi que le chef des opérations militaires de l'armée libanaise, le général François Al-Hajj.

Le moment choisi pour cet attentat a été jugé doublement symbolique. Il a été perpétré à quelques jours du départ définitif du Liban de l'ambassadeur des Etats-Unis, Jeffrey Feltman, et il est concomitant de la tournée de George Bush au Moyen-Orient.

Le président américain se trouvait mardi en Arabie saoudite. "Les Etats-Unis ne renonceront pas à leurs efforts visant à aider le peuple libanais, les forces démocratiques (...) à résister aux ingérences dans leurs affaires intérieures", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, à Riyad.

A l'issue de la réunion d'un cabinet restreint convoqué en urgence, le gouvernement libanais a estimé que cet attentat, par-delà sa cible immédiate, s'inscrivait dans la série d'actes qui visent à porter atteinte à "la sécurité et à la stabilité du Liban et des Libanais". Il a affirmé sa détermination à ne céder devant "aucune menace ni intimidation". Il a exhorté toutes les parties politiques au Liban à mettre "immédiatement" à exécution la feuille de route suggérée par les 22 pays membres de la Ligue arabe pour placer le pays sur les rails d'une solution à la crise politique.

Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, était attendu mercredi à Beyrouth où il est chargé d'examiner les moyens d'appliquer cette feuille de route. Celle-ci vise à élire sans plus tarder un président de la République - le Liban est sans président depuis le 24 novembre 2007.

Sources Le Monde

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans LIBAN

Commenter cet article