Robert Gates critique l'Otan dans le sud afghan, vive réaction néerlandaise

Publié le par Adriana Evangelizt

Robert Gates dit tout haut ce que tout le monde  pense tout bas. Six ans après l'invasion de l'Afghanistan, c'est pire qu'au début. Les talibans ont repris dessus.

Robert Gates critique l'Otan dans le sud afghan,

 vive réaction néerlandaise

 

Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a vertement critiqué les compétences des forces de l'Otan dans le sud de l'Afghanistan en matière de contre-insurrection, provoquant surprise et indignation dans les rangs de l'Alliance atlantique.

Le Pentagone a cherché mercredi à tempérer les propos de M. Gates, en assurant que celui-ci n'avait "jamais critiqué publiquement les performances ou l'engagement de pays particuliers" et que "ses critiques visaient l'Alliance dans sa globalité".

Le chef du Pentagone estime, dans un entretien au Los Angeles Times publié mercredi, que les forces de l'Otan engagées dans le sud de l'Afghanistan, principalement composées de soldats britanniques, canadiens et néerlandais, ne sont pas suffisamment préparées à combattre les insurgés talibans.

"Je suis préoccupé par le fait que nous déployions (des conseillers militaires) qui ne sont pas correctement entraînés et que certaines de nos forces militaires ne savent pas conduire des opérations de contre-insurrection", déclare-t-il dans cet entretien réalisé le 7 janvier.

"La plupart des forces européennes, des forces de l'Otan, ne sont pas entraînées pour la contre-insurrection", assène M. Gates, soulignant qu'elles l'étaient plutôt pour des opérations classiques comme au temps de la Guerre froide.

Dans le Los Angeles Times, M. Gates compare les difficultés des forces de l'Otan dans le sud, où se concentre le plus dur des combats, avec les "progrès" que feraient, selon lui, les troupes américaines dans l'est de l'Afghanistan.

"Nos hommes dans l'est (...) font un boulot fantastique. Ils ont compris la stratégie de contre-insurrection. Mais je pense que nos alliés n'ont pas d'expérience dans ce domaine", a-t-il déclaré.

Le commandant des forces américaines au Moyen-Orient, l'amiral William Fallon, s'est prudemment refusé mercredi à alimenter le débat.

"J'aimerais voir plus de provinces dans la situation de celle de Khost (est)", a-t-il déclaré à quelques journalistes. Mais "je ne jugerai pas les forces de l'Otan dans le sud, je n'ai pas passé beaucoup de temps là-bas".

Les déclarations de M. Gates interviennent alors que les Etats-Unis viennent de décider d'envoyer 3.200 soldats supplémentaires au printemps en Afghanistan, après avoir en vain cherché à convaincre les autres membres de l'Otan d'accroître leur contribution en troupes.

Parmi ces renforts, quelque 2.200 Marines seront déployés dans le sud au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf) de l'Otan, qui compte plus de 40.000 hommes.

Les critiques américaines ont été mal accueillies par l'Alliance atlantique et les Pays-Bas, dont quelque 1.660 soldats sont déployés dans l'Uruzgan, province du sud afghan.

"Tous les pays engagés dans le sud, où c'est le plus dur, font un excellent travail", a rétorqué le secrétaire général de l'Otan, le Néerlandais Jaap de Hoop Scheffer.

Le gouvernement néerlandais a convoqué l'ambassadeur des Etats-Unis à La Haye au ministère de la Défense pour des explications.

"Nous ne nous reconnaissons pas dans l'image créée" par M. Gates, a réagi le ministre néerlandais de la Défense Eimert van Middelkoop, soulignant l'expérience et le professionnalisme de ses troupes.

Le commandant du contingent néerlandais dans l'Uruzgan, Nico Geerts, s'est aussi indigné, estimant que les soldats néerlandais "font un excellent travail".

Ces critiques sont d'autant plus mal perçues que nombre d'acteurs au sein de l'Otan mettent la résurgence des talibans sur le compte de la faible présence américaine en Afghanistan jusqu'en 2006, date à laquelle les forces de l'Alliance ont pris le contrôle des opérations.

En outre, l'Isaf insiste sur le fait que la montée des violences s'explique aussi par la multiplication des offensives menées pour chasser les insurgés.

Sources AFP

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans AFGHANISTAN

Commenter cet article