Assassinat de Bhutto: la controverse s'amplifie

Publié le par Adriana Evangelizt

Assassinat de Bhutto: la controverse s'amplifie

par Jooneed Khan

Le Parti du peuple pakistanais (PPP) a écrit à l'ONU pour demander une enquête internationale sur l'assassinat de son chef, Benazir Bhutto, le 27 décembre dernier au Pakistan.

C'est ce qu'a annoncé à Islamabad Asif Ali Zardari, mari de Mme Bhutto et coprésident du PPP. Des copies ont été adressées aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité ainsi qu'au premier ministre par intérim du Pakistan.

La demande, appuyée par une volumineuse documentation, précise les circonstances du drame et souligne la position changeante des autorités ainsi que les failles de l'enquête.

Dans les heures suivant l'assassinat, le Conseil de sécurité a émis une déclaration affirmant que Mme Bhutto a été tuée par «des terroristes». Cela a été mal accueilli par les Pakistanais, dont la moitié, selon des sondages, pensent que les services de sécurité sont impliqués dans l'assassinat.

«Le régime lui-même blâme Al-Qaeda, une organisation internationale avec des bases hors du Pakistan. C'est une raison de plus pour que l'ONU enquête», a affirmé Zardari.

Scotland Yard a dépêché des enquêteurs au Pakistan, mais Zardari a estimé que le mandat était insuffisant, «car il se limite aux causes du décès et n'englobe pas les commanditaires et exécuteurs de l'assassinat».

Dix jours après le drame, le président Pervez Musharraf a admis sur CBS que Mme Bhutto «a pu avoir été tuée par balles». Les autorités avaient soutenu que, sous le choc de l'attentat suicide, elle s'était frappée la tête contre le toit ouvrant de son véhicule.

Elles avaient aussi mis en cause un chef islamiste, Beitullah Mehsud, en diffusant un appel enregistré où un homme, censé être Mehsud, se félicite de l'attentat. Mais Mehsud a nié tout rôle dans l'événement, et des images vidéo ont montré un homme armé tirant trois balles sur Mme Bhutto, qui s'effondre avant l'explosion.

D'autres révélations ont fait surface. Selon un policier blessé dans l'attentat, une «foule mystérieuse» a surgi devant la voiture de Mme Bhutto. «Ils brandissaient sa photo en lançant des slogans du PPP. La voiture a dû s'arrêter.

Mme Bhutto s'est mise debout par le toit ouvrant et un homme aux verres fumés a tiré sur elle et une énorme explosion a suivi», a-t-il raconté sur son lit d'hôpital.

Le quotidien The News fait état d'un «rapport préliminaire» d'une «agence officielle» rejetant la thèse de Mme Bhutto se frappant la tête contre le toit ouvrant.

Un revolver Norinco, de fabrication chinoise et portant le no 311-90, ainsi qu'un détonateur MUV-2 ont été retrouvés sur les lieux, selon ce rapport, que les autorités ont refusé de commenter.

Avec Dawn; The News; Daily Times; Indian Express; AP; Reuters; AFP.

Sources Cyberpresse

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans PAKISTAN

Commenter cet article