La lutte de classe éclate en Afrique du Sud

Publié le par JC

 

 

 

 

 

 

 

La lutte de classe éclate en Afrique du Sud

 

 

par Ann Talbot

 

 

 

La grève des 1,3 million de travailleurs du secteur public en Afrique du Sud représente une escalade significative de la lutte de classe internationale en réaction à la récession mondiale et aux mesures d’austérité que les gouvernements ont adaptées de la par le monde. Elle traduit la contradiction fondamentale existant entre les intérêts des travailleurs et l’ensemble des gouvernements qui défendent le système capitaliste.

 

C’est ce qui est catégoriquement prouvé dans le cas du Congrès national africain (ANC) qui est arrivé au pouvoir avec le soutien d’un mouvement de masse populaire.

 

Aucun gouvernement n’a joui d’une aussi longue période de bienveillance que l’ANC depuis qu’il est entré en fonction en 1994 sous la présidence de Nelson Mandela, en mettant fin au système d’apartheid et en promettant de créer une « nation arc-en-ciel » dans laquelle la population entière partagerait les profits économiques du pays riche en minerai. Au lieu de cela, la division entre les riches et les pauvres s’est creusée tandis qu’une infime couche d’hommes d’affaires associés à l’ANC sont devenus des millionnaires. La « responsabilisation économique noire » (Black Economic Empowerment) a relégué la majorité des partisans du gouvernement dans les townships et les zones rurales où les équipements essentiels même font défaut.

 

Les tensions de classe s'accroissent depuis plusieurs années tandis que l’ANC poursuit la politique de libre marché qui a entraîné un chômage grandissant et ne satisfaisant pas les besoins de la masse de la population. Le président Jacob Zuma a évincé le successeur de Mandela, Thabo Mbeki, en promettant de fournir des emplois, des logements et des services sociaux. Mais il a poursuivi la même politique pro-patronale, conduisant à la désillusion grandissante et à la colère, et qui a abouti au mouvement de grève actuel.

 

Ce qui avait débuté comme un conflit faisant partie des négociations salariales annuelles habituelles, avec les fonctionnaires, les enseignants et les travailleurs hospitaliers revendiquant une augmentation de salaire et du paiement des prestations comparable à celle acquise par les autres sections de travailleurs, menace à présent de paralyser l’économie sud africaine. Les mineurs et les autres travailleurs industriels sont en train d’entamer des actions de solidarité. Il paraît que la grève coûterait d’ores et déjà 1 milliard de rands ou 135,5 millions de dollars par jour.

 

La grève a engagé la classe ouvrière dans un conflit direct avec le gouvernement ANC ainsi qu’avec l’Etat sud-africain, avec la police utilisant des balles en caoutchouc et des canons à eau contre les grévistes, avec les tribunaux qui interdisent à certaines sections de travailleurs de se joindre à la grève et l’armée qui a été déployée dans les hôpitaux. Le gouvernement et les médias qui l’appuient ont commencé une campagne de diffamation contre les grévistes. Les ministres du gouvernement ont accusé les travailleurs de « meurtre. »

 

Le gouvernement est déterminé à briser la grève et à faire un exemple des fonctionnaires. La grève a pris une dimension politique dont le gouvernement est conscient. Il voit que sa crédibilité est mise en jeu.

Les politiciens de l’opposition, Alliance démocratique, posent la question à savoir si c’est le gouvernement ou les syndicats qui dirigent l’Afrique du Sud. Mais ce qui est plus important encore, ce sont les banques mondiales et les spéculateurs qui observent de près pour voir si l’ANC fait preuve de suffisamment de détermination pour venir à bout de la classe ouvrière.

 

Ce que l’élite dirigeante craint est que la majorité de la population qui n’est pas organisée syndicalement, commence à se mobiliser et qu’une insurrection de masse comme celle qui avait mis fin à l’apartheid ne se déclenche. Près de la moitié des jeunes est au chômage. Le taux de chômage officiel est de 30 pour cent et le taux réel est certainement de l’ordre de 40 pour cent. Les conditions sont là pour une explosion sociale, et une grève prolongée dans le secteur public pourrait bien produire l’étincelle qui mettrait le feu aux poudres.

 

Les dirigeants syndicaux tels le secrétaire général de la Fédération syndicale sud-africaine, la COSATU, Zwelinzima Vavi, se sont appliqués à critiquer les ministres du gouvernement et ont fait appel à leur rhétorique la plus à gauche possible pour essayer, quoi qu’il advienne, de conserver la direction de la grève. Ils sont conscients de l’ampleur de la colère de leurs membres et cherchent à tout prix à mettre fin à la grève avant d’en perdre le contrôle. Ils avaient repoussé la grève jusqu’après la Coupe du Monde en recommandant initialement que les travailleurs du service public acceptent l’offre du gouvernement. En recherchant désespérément des négociations au plus haut niveau, ils ont demandé à Zuma de revenir de son voyage en Chine pour pouvoir négocier avec lui.

 

L’opposition de la COSATU au gouvernement est de nature rhétorique. Elle continue de faire partie de l’alliance tripartie avec l’ANC et le Parti communiste d’Afrique du Sud (SACP) qui a soutenu le gouvernement au pouvoir durant ces dernières quinze années. Les travailleurs d’Afrique du Sud ont acquis une démocratie parlementaire de pure forme mais il n’y a rien de vraiment démocratique dans un gouvernement qui place la défense des profits au-dessus du droit des travailleurs à un niveau de vie décent.

 

De profondes fissures se font jour au sein du mouvement national sud-africain au moment où des conflits de classe fondamentaux ressurgissent avec une force considérable sous l’impact de la faillite mondiale du système capitaliste. Celles-ci ne peuvent que s’accroître au fur et à mesure que le gouvernement tentera d’appliquer les exigences des marchés internationaux face à la concurrence avec d’autres économies émergentes telles le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. De plus en plus, les travailleurs sud-africains entreront en conflit avec leurs propres dirigeants syndicaux et le SACP qui insistera pour que l’alliance tripartite soit maintenue.

 

La présence de la COSATU et du SACP dans la coalition gouvernementale a contribué à maintenir l’illusion que l’ANC est d’une certaine manière une organisation reflétant les intérêts de la population laborieuse. C’est un mouvement bourgeois nationaliste qui défend les intérêts de la classe capitaliste. Sa charte constitutive stipule explicitement son intention de créer une Afrique du Sud capitaliste – dans laquelle les hommes d’affaires noirs peuvent participer à l’exploitation de la classe ouvrière aux côtés de leurs homologues blancs – et c’est précisément ce qui se passe et ce qui se poursuivra.

 

Le SACP a procuré une couverture de gauche à l’ANC en affirmant que le socialisme pourrait être réalisé en Afrique du Sud par un processus en deux étapes dans lequel un gouvernement majoritaire serait atteint en premier. Lors d’un stade ultérieur, a affirmé le SACP stalinien, il serait possible de débuter la lutte pour le socialisme. En conséquence, les travailleurs devaient subordonner leurs intérêts de classe à la lutte nationale jusqu’à l’existence d’un Etat démocratique.

 

Les staliniens ont condamné le programme marxiste de la Révolution Permanente qui insiste pour que la classe ouvrière organise son propre mouvement révolutionnaire indépendant tout en préservant sa direction sur les masses paysannes en opposition à la bourgeoisie nationale et sur la base d’un programme socialiste et internationaliste. Comme Léon Trotsky l’a toujours souligné, les tâches démocratiques auxquelles sont confrontés les pays opprimés tels l’Afrique du Sud ne peuvent être résolues qu’au cours d’une révolution socialiste et de l’établissement d’un Etat ouvrier.

 

Le déclenchement d’une lutte de classe ouverte en Afrique du Sud, la rébellion de millions de travailleurs contre le gouvernement nationaliste bourgeois de l’ANC, démontre de façon concluante que la seule voie pour faire aboutir la révolution démocratique et résoudre les problèmes profondément ancrés, tels la distribution de la terre et la mise à disposition de services sociaux, est de renverser le système capitaliste et d'organiser la production sur la base des besoins sociaux et non du profit.

 

 

Sources WSWS

 

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans AFRIQUE

Commenter cet article