URGENT les Etats-Unis n'excluent pas la possibilité d'un affrontement direct avec la Russie

Publié le par Adriana Evangelizt

Bush et sa clique continuent leur rhétorique mensongère à propos de l'Iran pour installer leur engin de mort en masquant leur vrai dessein. Le premier étant d'isoler l'Europe de la Russie. Allez sur la carte géante ICI et regardez... les pays "démocratisés" par les US font une ceinture... Estonie, Lettonie,  Lituanie,  Pologne, République Tchèque, Hongrie, Ukraine, Roumanie, Yougoslavie, Bulgarie...  Si un conflit mondial éclate, ces chevaux de troie avec les bases américaines implantées bloqueront les pays de la vieille Europe s'ils veulent aider la Russie et vice-versa. Un aveugle y verrait.

Quand on sait de surcroît qu'il y a, au minimum, 460 têtes nucléaires entreposées en Europe + la Sardaigne dans des bases de l'OTAN. Ca promet un beau feu d'artifice pour les récalcitrants. Mais surtout une grande paralysie. Alors les géopolitiques, ils sont où là ? Personne ne voit rien venir ? On fera remarquer que lors de la dernière guerre, ils avaient laissé réarmé Hitler, sans broncher. Là, ils laissent les USA disséminer leurs bombes dans le monde entier. Quand on voit comment ils ont anéanti deux pays souverains et qu'ils s'apprêtent à en détruire un troisième, il semble que l'on devrait faire quelque chose et cesser de considérer le gouvernement Bush comme un ami. Il n'en est pas un. Les gens qui sont derrière lui avec Cheney en tête sont pires qu'Hitler. Guantanamo, Abou Graib, et des centaines d'autres endroits en sont la preuve. Vladimir Poutine est le seul qui a compris et qui s'oppose à ce qui se prépare.

Un membre conservateur de la chambre des Lords dit qu'il est raisonnable que les Russes se posent la question "Pourquoi ici ?" A cela, il voit deux possibilités dont une « plus préoccupante » qui est de « vouloir neutraliser la capacité nucléaire russe. La Russie serait alors dans l’incapacité de riposter à une attaque américaine nucléaire ou conventionnelle (...) Si c’est ce qui se joue, la réponse russe est compréhensible. La Russie joue la seule carte qu’elle a. » Aussi quand on voit tous les Européens faire le jeu américain et critiquer Poutine alors qu'il est le seul à tirer la sonnette d'alarme, et le seul à leur dire ce qu'ils pensent, on n'a pas honte de dire que les chefs d'état de l'Union sont comme Mussolini, Franco et tous les autres. Ils pactisent avec le fachisme et ils nous emmènent à la destruction. Des gens comme ça ne méritent pas de gouverner. Ils sont incapables de protéger leurs populations. On devrait les virer. Et on va le faire. On va le faire parce que ce sont nos vies qui sont en jeu. Croyez-le, ils ne sont pas au bout de leur peine.

Les Russes disent que les Etats-Unis n'excluent pas la possibilité d'un affrontement direct avec la Russie suite à l'entrevue que vous trouverez en bas. Ce qui signifie que s'ils persévèrent dans leur position, il y aura affrontement... les Russes ne laisseront pas placer le bouclier...

URGENT les Etats-Unis n'excluent pas la possibilité

d'un affrontement direct avec la Russie

 (Balouïevski)

 

 

MOSCOU, 15 décembre, RIA Novosti. Les Etats-Unis n'excluent pas la possibilité d'un affrontement global et direct avec la Russie, estime le chef d'Etat-major général des Forces armées russes Iouri Balouïevski.

"La question d'un affrontement avec la Russie, notamment direct, n'a malheureusement pas été retirée de l'ordre du jour par mes partenaires du Pentagone", a déclaré M. Balouïevski samedi au cours d'une conférence de presse au siège de RIA Novosti.

Selon lui, c'est ce qui explique le déploiement du bouclier antimissile américain (ABM) en d'Europe orientale, qui représente un élément de la défense stratégique antimissile américaine.

Sources
Ria Novosti

 

 

ABM: les consultations russo-américaines ont été substantielles

 (sous-secrétaire d'Etat)

WASHINGTON, 15 décembre - Les consultations russo-américaines sur le problème du bouclier antimissile américain (ABM) qui ont eu lieu à Budapest ont été substantielles, a déclaré vendredi le sous-secrétaire d'Etat au contrôle des armements et à la non-prolifération John Rood.

"Les consultations qui se sont déroulées à Budapest ont été substantielles. Nous avons évalué la menace d'une éventuelle attaque de missiles", a fait savoir M. Rood au cours d'une conférence de presse à Prague, où il s'est rendu afin de mener des négociations sur l'ABM avec le ministère tchèque des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis étaient représentés au cours des consultations par M. Rood. La délégation russe était conduite par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï. Kisliak.

"Les Etats-Unis considèrent que la menace d'un bombardement provenant de pays comme l'Iran est réelle, s'intensifie et change de forme", a déclaré le diplomate américain.

M. Rood a appelé à "prendre acte des récentes déclarations du ministre iranien de la Défense, qui permettent de conclure qu'il considère lui aussi que l'Iran étend et complexifie ses modalités d'attaque au missile".

"Il (le ministre iranien de la Défense) a fait récemment savoir que l'Iran était en train de créer deux nouveaux missiles balistiques d'une portée de 2.000 km, ce qui démontre selon nous l'avancée du programme des missiles iranien. Les Etats-Unis sont préoccupés, et la menace est réelle pour nos alliés au sein de l'OTAN", a conclu M. Rood.

Au printemps dernier, Washington a annoncé son intention d'implanter dix missiles intercepteurs en Pologne et une station radar du système ABM en République tchèque. Les missiles doivent entrer en service d'ici 2013. Préoccupée par le désir des États-Unis d'installer le système ABM à proximité de ses frontières, la Russie leur a proposé d'utiliser conjointement le radar de Gabala, en Azerbaïdjan, en qualité d'alternative.

Moscou a formulé cette proposition officiellement au cours de la rencontre des ministres des Affaires étrangères et de la Défense russes et américains à Moscou à l'automne dernier. Six semaines après, Washington a donné une réponse qui, selon M. Lavrov, a déçu la partie russe, parce que les Américains ne souhaitent pas coopérer à l'évaluation et à la lutte contre les menaces et accueillir les militaires russes sur des sites qui feront partie du bouclier antimissile américain en Europe.

Sources Ria Novosti

Posté par Adriana Evangelizt

Publié dans Poutine Bush

Commenter cet article